Ces lucides qui ne disent pas tout

Brève réponse à Joseph Facal*

Peut-on croire les politiciens?

Chronique de Louis Lapointe

Une récente série d'articles publiés dans le Journal de Montréal révélait que dans ce pays que Joseph Facal* décrit ironiquement comme néo-libéral - La Finlande - le réseau d'éducation était gratuit, public et universel du primaire à l'université.
Dans ce pays, il n'y a pas d'école privée, pas de commission scolaire, pas de droits de scolarité à l'université et les impôts des contribuables sont élevés.
Pour un nombre d'élèves équivalent, le budget que la Finlande consacre à l'éducation est le même que celui du Québec. Seule différence, à la fin des années 1980, la Finlande a réduit de 5000 à 500 le nombre de ses fonctionnaires au ministère de l'Éducation, créant des postes supplémentaires de spécialistes et d'enseignants dans les écoles et les classes de Finlande.
Ce n'est pas tout, pour s'assurer que tous les enfants aient mangé à leur faim lorsqu'ils sont assis sur les bancs d'école, la Finlande fournit gratuitement à tous les écoliers des repas complets.
Comme bien des politiciens, M. Facal s’accommode bien de la vérité qui fait son affaire! De quels tarifs parle-t-on au juste lorsqu'il s'agit de la Finlande?
Louis Lapointe
* Le temps de la lucidité, Le blogue de Joseph Facal, 24 mars 2009.

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 158

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    25 mars 2009

    Bonjour M.Duval,
    Si vous me lisez bien attentivement, vous allez remarquer que j’utilise l’expression « ironiquement » au premier paragraphe de ma chronique.
    Si nous convenons tous que M.Facal fait de l'ironie, le fait qu'il soulève que je ne l'aurais pas remarqué relève toutefois de la rhétorique. Comme il ne souhaite pas répondre à mes critiques au sujet de l'école en Finlande, il préfère la diversion.
    Louis Lapointe

  • Archives de Vigile Répondre

    25 mars 2009

    M. Lapointe,
    J'espère que vous avez bien vu que ce passage du texte de M. Facal (Finlande = néo-libéral) était de la pure ironie. Ne prenez pas ce passage au piede de la lettre.
    C'était un illustration, un contre-pied de l'argumentaire des "anti-lucides" qui visait à démontrer que même des pays sociaux -démocrates et opposés aux néo-libéralisme comme la Suède et la Finlande ont adhéré depuis quelques années à une réflexion pragmatique un peu comme celle des "Lucides". Ce dont nous ne sommes pas capable au Québec avec nos ornières idéologiques et dogmatiques...
    Martin Duval
    Saguenay.