Absence de stratégie d'État - L'exemple américain

Les problèmes financiers du Québec sont attribuables à la mauvaise gestion du gouvernement du Québec, non par la faute d'Ottawa.

Tribune libre 2009


Dans son éditorial de dimanche 22 mars 2009, portant pour titre : [Le comble de l'irresponsabilité->18782], il est évident qu'André Pratte a reçu des ordres "d'en haut". À moins de ne plus avoir à recevoir aucun ordre, ayant été conditionné à perpétuité.

Les problèmes financiers du Québec sont attribuables à la mauvaise gestion du gouvernement du Québec, non par la faute d'Ottawa. Il n'y a pas à en sortir. Le message est clair.

Que le gouvernement du Québec augmente taxes et impôts et diminue ses services et il sortira de la crise. Que de telles mesures provoquent des crises encore plus graves et potentiellement explosives n'a aucune importance. Lorsque le monde n'aura plus de pain, il mangera de la galette. Les nantis ne le verront pas.

Le gouvernement d'Ottawa est blanchi. Le fédéralisme canadien reste intouchable. Le blâme d'André Pratte en fournit une preuve irréfutable.

Aucune référence de part et d'autres, soit de Monique Jérôme-Forget, soit d'André Pratte, aux principes élémentaires qui gouvernent toute stratégie d'État depuis des millénaires et qui finissent par avoir le dernier mot, non par force d'arguments mais par la force des choses, par les lois naturelles.

Quatre de ces treize principes occupent une position centrale dans cet ensemble destiné à servir de guide et de régulateur à l'action:

1. Concentration de l'effort dans l'espace et dans le temps;

2. Économie de l'effort ;

3. Simplicité ;

4. Flexibilité ou souplesse.

On ne peut concentrer et économiser l'effort que dans la mesure où un État possède en partant tous les pouvoirs de décision et toutes les compétences.

La dispersion des pouvoirs et des compétences, telle que nous la vivons actuellement, est un obstacle à l'action. Aucune décision simple et d'envergure ne peut être prise et mise à exécution. Tant que les pouvoirs sont divisés entre un niveau "fédéral" et un niveau "provincial", les solutions se limiteront à des expédients commodes.

Pourtant, les assises de l'État du Québec sont en place depuis des centaines d'années, très longtemps avant la création forcée de l'État "fédéral canadien", qui tente depuis les débuts à accaparer tous les pouvoirs d'État.

Cette perspective n'est jamais invoquée ni par André Pratte ni par aucun représentant du Parti Libéral du Québec.

Quant au Parti Québécois, les principes qui gouvernent toute stratégie d'État sont encore trop peu connus pour s'en servir dans les discussions officielles. Discuter de questions d'État doit se baser sur des arguments statutaires et des arguments principes, que les provinciaux ne connaissent pas. Les inféodés doivent rester dans l'ignorance des principes de l'action d'envergure et limiter leurs discussions à quelques arguments de surface.

Avec un seul gouvernement d'État, le sien, qui plonge de longues racines dans la géographie et l'histoire du Québec, le Québec actuel peut agir avec pertinence et célérité. C'est le premier argument statutaire en faveur de l'indépendance du Québec.

Par lui-même et pour lui-même, le Québec constitué en un seul État peut apprécier avec rigueur contextes et situations tels qu'ils sont et non tels que représentés par les propagandistes de l'État unitaire dominant des provinces inféodées et interdites d'agir en fonction de la réalité et ses principes.

Partant, il devient possible de déterminer des objectifs praticables et réalisables en termes d'espace et de temps, de maintenir la confiance, le moral et la dynamique de la nation québécoise, décider où et comment l'effort et les moyens seront concentrés, agir avec simplicité et souplesse, obtenir la coopération de tous, coordonner efficacement l'effort et pourvoir à la logistique nécessaire.

Il n'est pas possible de mettre ces principes en pratique alors que le Québec, qui possède depuis longtemps ses propres assises d'un État naturel et optimal, doit s'arrêter à chaque instant et attendre ce que décide l'autre État avant d'agir.

Le pouvoir d'enrayer de cet autre 'État, post-impérial, unitaire et arbitraire d'Ottawa, n'a pas encore créé suffisamment de problèmes pour décider les Québécois à s'en défaire, ne serait-ce que pour enfin concentrer l'effort sur l'essentiel et atteindre les objectifs du Québec avec une économie de l'effort et des moyens.

Les principes de concentration et d'économie de l'effort s'opposent à l'inertie et l'entropie qui caractérisent les gouvernements qui tentent de s'imposer par la loi de la pesanteur.

C'est le cas du gouvernement du Canada, à l'origine créé arbitrairement pour exploiter les chemins de fer et les richesses naturelles d'un espace géographique aux dimensions continentales et aux populations trop dispersées et trop faibles pour s'y opposer.

De cette manière, le centralisme unitaire. mis en place par les Orangistes et les Loyalistes, a servi à construire une oligarchie maintenant énorme, regroupée à Bay Street à Toronto et connue comme Canadian Establishment.

"Fort au centre" disait Jean Chrétien, qui, comme PE Trudeau avant lui, n'a travaillé toute sa vie qu'au service de cette oligarchie. C'est le veau d'or des idolâtres, qui paralyse l'action, tant au Québec que dans les autres provinces. Éloge de l'inertie. Jamais il n'a été question de concentration et d'économie de l'effort et des moyens.

Sur une plus grande échelle, les États Unis souffrent du même mal. Une poignée d'individus, dont la pensée plane au dessus des contingences de ce monde, qui "voient tout et savent tout", décident de tout pour des millions d'autres qui ne "voient rien et ne savent rien".

Avec des clichés commodes, comme le "comble de l'irresponsabilité", André Pratte travaille à maintenir ce système en place. Monique Jérôme-Forget ne saurait y répondre. Le Parti Québécois non plus.
***
L'exemple américain
L'économie américaine est en mutation depuis au moins trente ans.

C'est comme si des Américains avaient prévu la catastrophe actuelle, non par un coup de génie isolé des contextes et des situations qui se présentent, mais précisément en fonction d'événements contextuels qui ont secoué les États Unis depuis la première crise du pétrole vers 1973-75.

Tout a commencé avec les vastes mouvements migratoires du nord vers le sud à l'occasion de la première grande crise du pétrole. Le Nord et le Midwest ont été littéralement abandonnés par 40 000 000 (oui, quarante millions) de jeunes américains qui ont émigré vers le Sud, où l'économie naissante annonçait de belles années à venir, dans un climat chaud, loin du froid et de la neige.

Kirkpatrick Sale, que nous avons rencontré à Manchester NH, lors que la Troisième Convention des États Sécessionnistes (il y en a 45 maintenant), a débuté il y a trente ans avec une vaste étude de ces mouvements migratoires et leurs conséquences sur toute la vie américaine. L'homme a 72 ans et travaille encore comme un forcené.

Son opus major s'intitule: Power shift. The rise of the Southern Belt and its challenge to the Eastern Establishment.

C'est lui, Kirkpatrick Sale, qui dirige le Middlebury Institute de New York et les recherches sur ces phénomènes de grande envergure dont la trame exacte nous échappe. C'est là que nous devons trouver les renseignements que nous cherchons. J'irais y travailler volontiers et d'ailleurs, Kirkpatrick Sale m'y a invité mais je dois terminer le livre que j'ai entrepris et qui exige tout mon temps.


Le Nord s'est réorganisé en mouvements coopératifs inspirés de nos propres coopératives, y compris les Caisses populaires. Le Nord s'est doté d'une économie de troc et d'une monnaie de troc qui gagne en intensité chaque mois. Par exemple, Ithaca dans l'État de New York possède depuis longtemps sa monnaie de troc.

Une organisation a pris naissance: Le Northeast-Midwest-Economic-Advancement-Coalition, que nous aurions grand tort d'ignorer. Jamais nous ne devons oublier, nous Québécois, que les événements les plus décisifs de notre histoire se sont produits aux États Unis, depuis la grande révolte des Amérindiens des grands Lacs, la Guerre d'indépendance américaine, la Guerre de 1812, la construction du canal Érié, des chemins de fer américains, les guerres économiques entre les Américains et la Grande Bretagne et les autres guerres qui ont suivi, les économies d'après guerres, les décolonisations, tout a joué en notre faveur, souvent à notre insu.

Ces événements ont exercé une influence majeure sur les Anglais qui n'avaient pas autre choix que réorganiser l'Amérique Britannique du Nord en conséquence. Tout ce qui s'est passé au sud de notre frontière a fait notre jeu.

Tout ce qui s'est passé en Europe avec la Guerre de Sept Ans a aussi fait notre jeu. Comment pouvez-vous expliquer que, petit peuple isolé et sans défense, nous avons non seulement survécus, envers et contre l'adversité: nous avons progressé et pris de l'expansion au point de devenir une nation reconnue et avoir organisé les assises de notre propre État, naturel et optimal.

Notre confusion vient de ce que nous fonctionnons mentalement et intellectuellement dans le virtuel plutôt que dans l'actuel. Nous n'avons pas encore compris le premier principe de stratégie d'État: Appréciation rigoureuse du contexte. Ce principe ne nous entre pas dans la tête. Nous continuons à croire que notre imaginaire nous mène plus loin que la Réalité (causale) et le Réel (relationnel).

Tout ce système économique qui s'installe peu à peu remplace le pouvoir central américain en un essaim de pouvoirs régionaux que nous devons étudier de près.

Ces études sont nécessaires mais comme les universités québécoises sont inféodées et servilement soumises aux diktats d'Ottawa, alors nous devons entreprendre ces études par d'autres moyens., notamment en fréquentant le Middlebury Institute de New York.

De telles connaissances mènent beaucoup plus loin qu'aller mourir sur les barricades comme le veulent certains indépendantistes que je nommerai pas et qui osent appeler "révolution" ce spectacle sado-masochiste.

La véritable révolution est déjà en train de se faire et c'est elle qui nous invite à agir d'une manière autrement plus adaptée et exigeante que les manifestations de surface sans lendemains.

JRMS










Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 236 134

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    24 mars 2009

    M. Sauvé,
    Encore une fois Merci pour votre texte plein de sagesse, il n'y a rien à redire, rien d'insultant pour quiconque, de la Géopolitique à l'état pure. C'est bien de vous lire ici sur Vigile et dans le journal le Québecois, mais j'aimerai vous lire aussi dans les journeaux à grand tirage, revues spécilisées, etc. Vous auriez intérets à vous faire connaître par la population en générale, par ricochet ça nous servirait à nous aussi les indépendantistes.
    Vous êtes plus qu'une lueure d'espoir voue êtes à mon sens un Phare.
    Continuez votre bon travail, ça nous change des insultes gratuites.
    Simon Lavallée

  • Gaëtan Dostie Répondre

    24 mars 2009

    Monsieur,
    Vos textes, vos explications sont éblouissants de lucidité, de la science de l'agir.
    Merci de continuer votre enseignement. Je, nous sommes grandis par la justesse et la pertinence de votre vision.
    Je vous en suis reconnaissant et je vous lis toujours avec la plus grande attention.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2009


    Monsieur Tellier,
    Le Québec a été reconnu nation par une motion du Parlement
    d'Ottawa le 29 novembre 2006.
    La motion, en anglais a stipulé que "Quebec is a nation
    within a united Canada" ce qui a été traduit en françsis
    par "le Québec est une nation dans le ssin du Canada uni".
    Remarquez que la version anglaise ne bascule pas dans
    l'obstétrique comme la version en français et pour cause.
    Cette motion passée en milieu anglo-saxon, dont la politique
    est fondée sur l'usage, se situe toujours en devenir, ce qui
    n'est pas le cas de la version en français, cartésienne
    et génératrice d'idées fixes dans un domaine ou tout est
    effectivement en perpétuel devenir.

    Le statut reconnu de nation pour le Québec est en conformité
    avec la défintion géopolitique expliquée dans Géopolitique et
    avenir du Québec, que j,ai fini de rédiger et faire publier
    en septembre 1994, ouvrage qui n'a pas été popularisé mais
    qui a été reconnu.
    La nation est une société territoriale, qui a INVESTI un
    territoire, non pas ENVAHI MAIS INVESTI. en l'occurence,
    la vallée du Saint Laurent au Québec et qui, d'un domaine
    parmi les plus inhospitaliers de la terre, un domaine de
    survie, en a fait une terrre hospitalière dans laquelle
    il est possible de vivre et prospérer.
    Ni les Amérindiens,
    qui ont survécu, non pas vécu mais survécu dans le Saint
    Laurent ni les Anglais, n'ont pu le méconnaître.
    Ma thèse a fait son chemin et a joué son rôle dans la
    reconnaissance du Québec comme foyer national d'un peuple.
    Le terme nation dans la motion du Parlement d'Ottawa ne
    fait aucun doute quant à son sens, sa signification, sa
    portée et sa dynamique. C'est au Québec qu'il revient de
    donner à ce statut reconnu tout son sens mais peu de gens
    au Québec savent même ce que veut dire le terme STATUT ET
    STATUER EN GÉOPOLITIQUE ET EN POLITIQUE.
    Le sens de "within a united Canada" et non within THE united
    Canada signifie le caractère transitoire de cette unité.
    Le précédent est celui de l'Empire Britannique, devenu
    "united" par le Unionb Act de 1707, renforcé en Amérique
    Britannique du Nord par le Union Act de 1840, s'est révélé
    transitoire par les actes qui ont suivi, dont les Westminster
    Revised Statutes de 1931 et les décolonisations qui ont
    suivi la seconde Guerre mondiale.

    Le Canada Act de 1982
    signifie un autre éloignement de l'unité impériale, suivie
    de l'unité canadienne, associée avec l'inféodation
    incoditionnelle des provinces d'Empire au pouvoir
    centralisateur, unitaire et arbitraire d'Ottawa.

    Que ce pouvoir ne représente plus ce qu'il représentait est
    évident au Canada anglais (sauf dans les média) mais pas au
    Québec, encore asujetti aux commandites.
    D'où l'expression "a" united Canada, qui fait pléonasme et
    irréel face aux pressions des provinces pour obliger l'État
    central à dévoluer comme en Grande Bretagne où il est
    évident que Londres ne représente plus ce qu'il représentait.
    La reine elle-même est très consciente de ces perspectives
    nouvelles et les accepte d'avance,afin de ne causer aucune
    tension inutile. Elle a accepté d'honorer l'acteur Sean
    Connery,un Écossais indépendantiste qui a donné des millions
    de sa fortune personnelle au Scottish National Party. La
    céréomine a eu lieu au château de Holyrood en Écosse et la
    reine ne portait aucune tiare ni diadème ce qui veut dire
    qu'elle appuie les revendications des Écossais mais sans
    acrimonie.
    Le Parlement d'Ottawa n'a pu ignorer le fait que, le
    7 décembre 2000, l'Assemblée Nationale du Québec adoptait
    la LOI 99, qui répondait au Bill C-20 et le neutralisait
    en quelque sorte.
    La Loi 99 reconnaît le Québec comme l'État du Québec, ce à
    quoi personne ne s'est objecté au Canada anglais ni à Ottawa,
    excepté ce Brent Tyler du Québec, qui n'est allé nulle
    par avec des objections.
    Le 15 février 2000. j'ai comparu devant la Commission des
    Institutions de l'Assemblée Nationale et fait un exposé
    géopolitique avec présentation de mon livre pour appuyer
    la Loi 99 proposée alors. Tous les libéraux présents, en
    premier Benoît Pelletier, ont approuvé. Seul Henri Gautrin
    a exprimé des réserves mais la lOI 99 a fini par être
    adoptée et à Ottawa, elle a été suivie six ans plus
    tard par une première motion reconnaissant la nation
    Québécoise mais non l'État, qui exige d'autres conditions.

    Car l'État est une société architectonique et
    la reconnaissance de l'État du Québec sera suivie
    par d'autres provinces qui vont en exiger autant.

    Ceci peut avoir des conséquences très graves, dont une
    guerre civile au Canada anglais et entre Canadians.

    Personne au Québec n'est prêt à le croire, tant la question
    de l'indépendance du Québec est affaire d'émotions et de
    ressentiments plutôt que de statuts de facto reconnus
    de jure.

    J'espère avoir répondu à votre question.
    JRMS

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2009

    Bonjour M.René Marcel Sauvé
    Vous dite que la province de Québec est devenue «une nation reconnue». Depuis quand? Par qui?
    Nous avons nos mouvements migratoires;
    -l'ouest canadien...travail
    -les USA...travail/retraite
    -l'Europe...travail des artistes
    -autres destinations soleil...la retraite
    Je vois les fédérastes comme très aidant pour faire arriver le Pays Québec.Utiliser leurs discours pour les vaincre en 2013.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2009

    Bonjour!
    L'irresponsabilité fiscale est une tradition libérale et péquiste au Québec depuis longtemps.
    Mon adaptation du texte de M.Pratte,22mars 2009;
    Budget 2009—Le gouvernement Charest est irresponsable
    http://espace.canoe.ca/jptellier/blog/view/349872