Dubaï et phase II de la crise

Qu'est-ce que le Canada sinon des mines à exploiter pour s'enrichir tout en ignorant le peuple?

Tribune libre 2009

Les mauvais investissements et les pertes de la Caisse ont dépassé le bas niveau de la morbidité. Ce que nous pouvons en avoir des grands spéculateurs en bourse qui connaissent tout sauf l'essentiel.

Tout cela parce que nous m'avons pas le contrôle des mines et si nous n'avons pas le contrôle des mines, c'est parce que nous n'avons aucun titre sur le fond de terre. Ce titre est détenu par la Reine qui en fait jouir qui elle veut, en commençant par un nommé Timmins, grand ami de la famille royale et toute la clique de Bay Street, qui savent se cacher comme personne. Allez voir leurs grosses maisons sur la colline de Westmont. Vous aurez envie de les faire sauter? Allez-y. Ils n'attendent que celà pour retirer de grosses sommes des compagnies d'assurances qui se sont enrichies avec l'argent des pauvres.

Qu'est-ce que le Canada sinon des mines à exploiter pour s'enrichir tout en ignorant le peuple? Pourquoi la clique d'Orangemen qui ont fondé Ottawa et Bay Street ont-ils construit canaux et chemins de fer avec nos capitaux à nous, bande de nonos que nous sommes?

Pour atteindre tous les fonds de terre profitables, dont les mines du nord du Québec et de l'Ontario, qui leur rapportent des fortunes solides et bien protégées pour eux et personne d'autre. Bay Street est la seule bourse White Anglo Saxon Protestant, United Empire Loyalist et Orangiste du monde. Elle est isolée en Ontario méridional, protégée contre les Américains depuis les lendemains du canal Érié et du chemin de fer Erié-Lackawannah.

Pas moyen de mettre dans la caboche des Québécois que la possession du fond de terre est essentielle au pouvoir.

Pourquoi pensez-vous que la Reine demeure seule possédante en titre du territoire? Que le traité de Paris du 10 février 1763 n'a jamais été résilié, même avec les Statuts Refondus de Westminster de 1931 et le Canada Act de 1982.

Pour les Québécois, le traité de Paris du 10 février 1763, c'est du passé pis on en parle pu.

Comme si un titre de propriété qui remonterait 75 ans en arrière n'aurait aucune valeur.

Les titres sur un territoire peuvent demeurer en vigueur pendant plus de mille ans.

Qu'attendons-nous pour fonder l'État et résilier ce titre en vertu du droit de quatir ? (Squatter's rights) puisque NOUS avons bel et bien investi 400 ans de travail dans le défrichement et la mise en valeur d'un territoire qui compte parmi les plus rudes de toute la terre, et dont les Anglais s'en sont emparés par la force et le dol, alors que ni eux ni les Autochtones n'ont rien ou presque rien investi pour défricher le territoire du Québec et le mettre en valeur comme nous avons fait et que nous faisons encore et toujours?

Les investissements des United Empire Loyalists et entrepreneurs anglais sur le territoire du Québec, nous les avons presque tous achetés avec nos coopératives.

Donc, les titres sont à nous et non à la Reine d'Angleterre.

Le pouvoir est complètement dans ses communications et les grosses fortunes stables sont assises dans la possession du fond de terre. Contrôlez les communications et le fond de terre et vous contrôlez tout le reste.

Très difficile à enseigner au Québec. Trop "abstrait", pas assez "concret" que je viens de me faire dire.

Durs, durs, durs de comprenure les Québécois, pour qui la politique est l'affaire des politiciens et politiciennes alors, que, fondamentalement, elle est géopolitique et appartient à qui tient l'État.

Dimanche dernier, au dîner de Saint Ours sur Richelieu, Marc André Bédard, l'ancien ministre de la justice de René Lévesque, que je connais depuis longtemps et qui a étudié Géopolitique et avenir du Québec, m'a fait la remarque suivante:"Tu sais, la géopolitique, c'est bien plus fort que la politique".

Oui parce que la géopolitique traite des fondements et la politique de la surface.

Les personnalités passent mais l'État demeure. Trop abstrait pour trop de monde ???

Ce dont le Québec a besoin, c'est l'État avec la majuscule, ce qui aura pour première conséquence de mettre fin à l'insignifiante politique de partis.

Il y a du travail à faire.

JRMS

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 234 837

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    29 novembre 2009

    Vous avez tout à fait raison et c'est bien ce que pense et dit M. Sauvé quand il parle des demi-instruits. Nos gouvernants et administrateurs, ces demi-instruits n'ont pas de vision à moyen terme et à long terme. Ils ont la vue courte et ne comprennent pas que toute la question du territoire est d'une importance capitale. Enfin!
    Et merci pour votre commentaire si intéressant et surtout encourageant! Je me sens moins seule.
    Il faudrait bien une autre révolution..., une vraie, si nous voulons survivre...

  • Archives de Vigile Répondre

    29 novembre 2009

    Monsieur Sauvé,
    J'ai beaucoup apprécié votre dernier texte. Je suis originaire du nord-ouest québécois, de l'Abitibi pour être plus précis et les ravages de mines après
    exploitation (sites abandonnés), c'est encore très courant. J'ai déjà vu,dans l'hebdo La Frontière de Rouyn-
    Noranda, des photos d'un site abandonné de mine près d'un lac, à faire dresser les cheveux sur la
    tête. Et pensez à la ville de Malartic où dans le centre-ville, 200 maisons devront être
    déménagées afin de permettre à une compagnie minière d'exploiter un gros gisement
    d'or avec des faibles compensations versées aux personnes affectées par ce déménagement.
    Ce que je viens de décrire rejoint assez bien vos propos sur les titres de fond de terre. Les compagnies minières canadiennes, comme vous savez,
    n'ont pas bonne presse partout dans le monde. C'est le plus bel exemple de capitalisme sauvage. Il est temps que les Québécois prennent conscience qu'aucun pouce carré de terre au Québec ne leur appartient. La Couronne a le pouvoir de vous
    exproprier où que vous soyez sur tout le territoire du Québec afin de permettre aux
    compagnies minières ou forestières d'exploiter nos ressources naturelles. Et les droits miniers et forestiers que
    ces compagnies versent à notre gouvernement sont ridicules. Nous sommes vraiment exploités tant dans le domaine minier que celui de la foresterie. D'ailleurs, Richard
    Desjardins l'a assez bien démontré avec son film "L'erreur boréale".
    En terminant, un gros merci à Marie France Vallée pour m'avoir donné la chance de regarder
    le vidéo sur l'exploitation de l'uranium dans la région de Sept Iles. Ça fait peur!
    André Gignac le 29-11-09

  • André Taillon Répondre

    29 novembre 2009


    @Marie Mance Vallée
    Je comprends votre indignation face à cette situation inacceptable et j’ai regardé avec attention toutes les vidéos sur le sujet !
    DÉPLORABLE !
    Pauvre Québécois parlant à tue-tête lorsque viens le temps d’écouter cet avertissement sur la radioactivité dans leurs propre cours.
    Encore une fois aucun respect ! Quand vous dites, « Je n’en dis pas plus parce que je suis en colère. Et donnez-vous la peine de visionner ce vidéo si ce n’est pas trop fatigant puisqu’il dure 10 minutes. Comme les Québécois n’ont plus la capacité de s’indigner, j’espère qu’ils seront effrayés par ce qu’ils verront et surtout entendront les participants à ce vidéo. » Je suis 100 % d’accord avec vous ! Il n’y à plus d’indignation au Québec et nous nous laissons mourir.
    Message envoyer avec ma signature contre l’exploitation de l’uranium
    TOLÉRANCE ZÉRO !
    J’ai toujours dit que nous devrions faire les choses autrement : réfléchir et inventer de nouvelles façons de faire, développer de nouvelles règles et les mettre en place.
    Avoir une vision à court et long terme afin de protéger nos ressources et nos territoires contre l’envahisseur.
    Garantir notre avenir et celui de nos enfants. Nos responsabilités et devoirs nous obligent, comme société à opérer nous même la gestion de nos ressources de manière à promouvoir une redistribution de la richesse vers la collectivité et exploiter ses propres ressources en respectant l’équilibre sur l’environnement et assurer sa continuité.
    Ce tour de force représente une charge de travail colossale, cela exige du courage et de l’audace, mais c’est tellement motivant.
    Il est facile de s’impliquer avec passion et mettre son cœur à l’ouvrage quand il s’agit de l’avenir de nos enfants.
    Il est impératif d’avoir pour vision l’objectif d’opérer la mise en œuvre de ces changements éminemment louables et souhaitables.
    Encore aujourd’hui ici dans nos terres et régions nous sommes obligés de sortir et manifester contre ce que j’appellerai « la trahison. » Les grands projets annoncés qui en fin de compte détruisent des familles et des villages. Le capitalisme versus le prolétariat n’a plu sa raison d’être. J’entends ici Sept-Îles, Val-D’Or, Asbestos, Malartic et combien d’autres endroits surexploité, saccagés et abandonnés par des spéculateurs malhonnêtes! La plus part du temps AMÉRICAIN.
    La prospérité économique d’une région doit être confiée et gérée par les gens du milieu pour leurs propres intérêts et bien être de sa communauté, et non par des industriels qui cherchent à s’enrichir au détriment de ces même communautés.
    Il n’y a actuellement aucune volonté politique de changer quoi que ce soit du sacro-saint modèle, cela menace beaucoup trop les acquis des mieux nantis de notre société.
    En terminant je vous félicite pour votre travail sur le terrain, et je me joins à vous dans cette effort constant afin de sauvegarder ce qui reste de nos acquis.
    Il faut changer ces paradigmes qui nous contrôlent.
    BRAVO !
    ANDRÉ TAILLON
    À voir toutes les vidéos
    http://www.youtube.com/watch?v=iLce...

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2009

    Merci M. Sauvé de nous sauver de l'ignorance crasse.
    Je vous inviterais tous à visionner ce vidéo au sujet de l'uranium de Sept-Iles.
    Mais qui dans le Sud s'intéresse à ces choses, sinon pour partir un débat, parler et jaser, créer une fondation qu'on s'empressera d'oublier ou encore pour passer « à tévé ». Là n'est pas la question.
    Qui a entendu parler de cette affaire? Où sont les journalistes du Sud ? Le gouvernement, Opposition comprise, et tous ces demi-instruits auxquels fait référence M. Sauvé. Qui permet à ces compagnies de l'Ouest canadien pour la plupart ou encore de Bay Street de ravager cette région?
    Je n'en dis pas plus parce que je suis en colère. Et donnez-vous la peine de visionner ce vidéo si ce n'est pas trop fatigant puisqu'il dure 10 minutes. Comme les Québécois n'ont plus la capacité de s'indigner, j'espère qu'ils seront effrayés par ce qu'ils verront et surtout entendront les participants à ce vidéo.
    http://www.youtube.com/watch?v=iLceGUMjseE
    Source : Dany Leblanc sur le forum de Le Québécois. Ainsi que d'une association de métis de la Côte-Nord.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    28 novembre 2009

    Quand on voit nos gouvernements s'écraser devant les minières qui ne respectent aucune entente, s'en vont sans nettoyer, en nous insultant en pleine TV, on se dit que quelque chose les tient à la gorge. On se doutait bien que la Couronne était maître d'oeuvre sans recours.
    Récemment, du pétrole apparaît à Saint-Augustin-de-Desmaures. Les journalistes parlent de la compagnie québécoise Junex. Jamais on ne mentionne que son partenaire Gastem Inc., basée à Montréal, explore en Alberta et dans les basses terres du Saint-Laurent depuis des années, et surtout, est une Major U.S. independant Oil & Gas public company... (pas loin de la Reine, on peu soupçonner)

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2009


    La Reine n'a pas de "droits" monsieur Bousquet. Elle a des
    pouvoirs et ce n'est pas la même chose.Ces pouvoirs, elle
    les détient par vertu d'un titre sur le territoire, ce qu'aucun Canadian ou Québécois ne détient.
    Différence énorme entre "droits" et POUVOIRS.
    Voilà ou je veux en venir et où je m'adresse à Patrice
    autant qu'à vous. Que les gens ordinaires ne connaissent
    que peu la différence entre droits et pouvoirs, passe.
    Mais que les intellectuels et les diplômés ne connaissent
    pas cette différence, voilà qui est grave.
    Je suis de Saint Henri, le quartier le plus prolétaire de
    tout le Québec, tout le Canada et peut-être de toute
    l'Amérique du nord. J'ai vécu entre le canal Lachine, les lignes de chemin de fer et les usines. Pour m'endormir la nuit, j'ai encore besoin d'entendre passer les trains.
    Je connais les gens ordinaires parce que
    j'en suis. Leurs préoccupations sont quotidiennes mais ils
    sont pas bêtes comme une foule de demi-instruits qui ont lu
    des livres mais sont incapables de discernement.

    Voilà ce qui me chagrine.
    JRMS

  • Raymond Poulin Répondre

    28 novembre 2009

    Complément d’information pour M. Bousquet. Voici l’article 4 du Traité de Paris. À ma connaissance, il n’a jamais été résilié.
    Article 4
    Sa Majesté Très Chretienne renonce à toutes les Pretensions, qu'Elle a formées autrefois, ou pû former, à la Nouvelle Ecosse, ou l'Acadie, en toutes ses Parties, & la garantit toute entiere, & avec toutes ses Dependances, au Roy de la Grande Bretagne. De plus, Sa Majesté Trés Chretienne cede & garantit à Sa dite Majesté Britannique, en toute Proprieté, le Canada avec toutes ses Dependances, ainsi que l'Isle du Cap Breton, & toutes les autres Isles, & Côtes, dans le Golphe & Fleuve S' Laurent, & generalement tout ce qui depend des dits Pays, Terres, Isles, & Côtes, avec la Souveraineté, Proprieté, Possession, & tous Droits acquis par Traité, ou autrement, que le Roy Très Chretien et la Couronne de France ont eus jusqu'à present sur les dits Pays, Isles, Terres, Lieux, Côtes, & leurs Habitans, ainsi que le Roy Très Chretien cede & transporte le tout au dit Roy & à la Couronne de la Grande Bretagne, & cela de la Maniere & de la Forme la plus ample, sans Restriction, & sans qu'il soit libre de revenir sous aucun Pretexte contre cette Cession & Garantie, ni de troubler la Grande Bretagne dans les Possessions sus-mentionnées. De son Coté Sa Majesté Britannique convient d'accorder aux Habitans du Canada la Liberté de la Religion Catholique; En Consequence Elle donnera les Ordres les plus precis & les plus effectifs, pour que ses nouveaux Sujets Catholiques Romains puissent professer le Culte de leur Religion selon le Rit de l'Eglise Romaine, en tant que le permettent les Loix de la Grande Bretagne.-Sa Majesté Britannique convient en outre, que les Habitans François ou autres, qui auroient eté Sujets du Roy Très Chretien en Canada, pourront se retirer en toute Sûreté & Liberté, où bon leur semblera, et pourront vendre leurs Biens, pourvû que ce soit à des Sujets de Sa Majesté Britannique, & transporter leurs Effets, ainsi que leurs Personnes, sans être genés dans leur Emigration, sous quelque Pretexte que ce puisse être, hors celui de Dettes ou de Procés criminels; Le Terme limité pour cette Emigration sera fixé à l'Espace de dix huit Mois, à compter du Jour de l'Echange des Ratifications du present Traité.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2009

    C’est notre ministère des Ressources naturelles du Québec qui me semble contrôler les exploitations minières sur tout le territoire du Québec même s’il semble mal le contrôler parce qu’il est négligent.
    Notre reine peut bien avoir des droits légaux sur nos mines ou être élue par Dieux en principe comme en pratique, elle peut faire quoi au Québec ou dans le ROC avec ces droits là ? Par contre, j’ai toujours compris que nos cours d’eau et nos lacs relèvent du fédéral. Est-ce qu’ils pourraient, en pratique, nous en interdire l’accès ?
    Pourquoi, selon vous, ce contrôle de nos mines par notre reine n'est pas soulevé par le PQ ni par Québec solidaire ?

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2009

    Monsieur Sauvé,
    Je vous lis souvent et j'apprécie grandement. Vous savez expliquer la forêt quand la majorité ne voit que les arbres. Vous expliquer la réalité des choses, les rapports de forces et les affaires d'intérêt sans y mêler inutilement les émotions. Vous expliquez pourquoi le loup mord sans reprocher au loup de mordre, ni à la moufette de puer.
    Mais je sens aujourd'hui dans votre chronique une amertume qui ne vous va pas très bien.
    Vous dites aussi, comme on entend souvent, des choses telles que "durs, durs, durs de comprenure les Québécois" et "pas moyen de mettre dans la caboche des Québécois". Comme si les Québécois étaient plus attardés que les autres. Les gens en général comprennent mal les grands enjeux et les Québécois ne sont pas pire que les autres.
    Les working poors qui sont légions aux États-Unis ne voient sans doute pas plus que nous les grands enjeux. Les masses laborieuses dont parlaient Marx, je crois, n'étaient pas composées de grands penseurs qui réfléchissaient à tous les jours à la lutte des classes. Et que dire des peuples africains qui meurent de faim sous le règne de dictateur.
    Dire que "on le sait bien, nous autres, au Québec, on ne comprend pas" relève d'une tendance que nous avons parfois à nous dénigrer nous-mêmes, même vous, un véritable éveilleur de conscience, en semblé atteint.
    Les gens ne comprennent pas les grands enjeux, ils n'ont pas la vision d'ensemble de la réalité, mais nous ne sommes pas pire que les autres.
    Ceci étant dit, continuez à expliquer la réalité des choses, ça m'intéresse.
    Patrice