Migrants: 362 millions $ par année en aide sociale payée par les Québécois

40 000 pseudo-réfugiés vivant à nos crochets

La fraude migratoire, ça paie, et pas à peu près!

3b35ca72362e1f08bbda62c4cfaaaced

Tribune libre

Près de 40 000 pseudo-réfugiés vivent des gros chèques de notre aide sociale extorqués chaque mois, une fortune comparée au coût de la vie dans leurs pays de misère. Et ils n'ont même pas à lever le petit doigt pour l'obtenir, juste à maîtriser l'art de se faire prendre en pitié...



Le nombre de demandeurs d’asile prestataires des chèques d’aide sociale du Québec explose: il est passé de 12 958 en 2021 à 37 754 en 2022. Quels chiffres dévastateurs, catastrophiques!



Seulement en aide de dernier recours, il en coûte 20 millions de plus par mois aux contribuables depuis 1 mois!



Dans le cadre du programme d’aide sociale, la prestation mensuelle moyenne versée s’élève à 801,50 $.


37 754    x   chèque d'aide sociale de 801$  =  30 240 954 $    soit plus de 30 millions de dollars par mois


30 240 954    x    12 mois    =     362 891 448 $    soit plus de 362 millions de dollars par an



Le Québec assume les coûts d’un ensemble de services pour les demandeurs d’asile frauduleux, dont l’aide financière de dernier recours (chèque d'aide sociale gratuit).



Et c'est sans compter les millions pour les soins de santé, les logements sociaux qu'ils monopolisent, les banques alimentaires qu'ils pillent, et le reste.



Pire que pire, certains ont même droit à l’hébergement dans de grands hôtels, reçus comme des dignitaires royaux. Et c’est nous qui leur payons le grand luxe.


En effet, L’achalandage au chemin Roxham est tel que plus de 3600 demandeurs d’asile sont actuellement logés et nourris dans 20 hôtels et un site d’hébergement temporaire du grand Montréal. Une fortune gaspillé pour des gens malhonnêtes.


Le gouvernement du Québec dépense 50 M$ pour loger les demandeurs d’asile passant par Roxham. Notre argent!



Ce sont des sommes phénoménales qui sont complètement gaspillés pour des fraudeurs de frontières, des envahisseurs analphabètes et sans diplômes. Et c'est sans parler que la grande majorité d'entre eux viennent de pays dont le quotient intellectuel moyen est de moins de 75, à la limite de la déficience intellectuelle, ce qui aurait de graves conséquences débilitantes sur le pays.



Ne vaudrait-il pas mieux que tout cet argent serve plutôt à des programmes d'aide aux Québécois démunis, et non pas à des étrangers profiteurs recourant sciemment à des méthodes illégales pour entrer au pays.



Le nombre de demandeurs d’asile qui reçoivent des chèques d’aide sociale le 1er du mois est passé de 12 958 en 2021 à 37 754 en 2022. Ceux-ci se concentrent effectivement à Montréal dans la presque totalité des cas, provoquant une grave situation d'insécurité générale.



Référence officielle et complète de tous ces chiffres:  Migrants illégaux fraudeurs: le nombre de prestataires à l'aide sociale explose



La seule solution envisageable: dehors tous les migrants illégaux entrés au pays par effraction au plus coupant.



Qu'ils soient tous expulsés, et soient barrés à vie de faire une demande d'immigration officielle en punition.



Rappelons qu’ils savent très bien qu’ils posent des gestes illégaux, mais qu’ils le font quand même. Cela en dit long sur leur manque d’honnêteté foncière qui les rend très à risque. Ils sont prêts à toutes les entourloupettes pour obtenir ce qu'ils veulent. Ils sont également pleinement conscients du fait qu’ils ne seraient jamais acceptés au pays de toute façon, ne répondant à aucun des critères d’immigration officiels. Et ils s’essaient quand même!



Plus on en laisse entrer, plus il en viendra. Car cela confirme aux autres que le stratagème frauduleux fonctionne à plein.



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie850 articles

  • 1 466 588

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 850 articles publiés en ligne ont été lus un million 465 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé