Afghanistan, talibans, islamistes, tiers-mondistes

Impossible de civiliser les barbares

La seule solution: les garder à distance

986e617970ad93ae8301ffd7816b8fb5

Tribune libre

Lorsqu'on observe la situation du retrait des Forces alliées de l'Afghanistan après 20 de guerre pour rétablir l'ordre et établir de nouvelles fondations avantageuses pour sa population, le triste constat d'échec se décline en plusieurs éléments.



1- Il est impossible de civiliser une société barbare. C'est peine perdue.



Les Forces alliées ont vainement tenté durant 20 ans de libérer un pays entier de la tyrannie, alors qu'on s'aperçoit que la résistance au progrès est totale et que dans le fond tous tiennent au maintien rigide du statu quo.



2- Les barbares brutaux tiennent mordicus à toutes les formes de leur barbarie, l'abominable charia, lapidation, intégrisme religieux violent et coercitif, infériorisation sans ménagement de la femme, absence de libre-expression, tyrannie et oppression.



3- Ces barbares bornés ont eu 20 ans pour entendre raison, pour établir un monde évolué comme le nôtre basé sur la démocratie, l'égalité, la justice, la libre-expression, la liberté de pensée et de mouvement, l'instruction pour tous, de saines valeurs humaines, le respect de chaque individu, etc. mais ces êtres durs et intransigeants n'ont rien voulu apprendre ou comprendre. Ils se montrent obtus et inchangeables, refusant de reconnaître le moindre de leurs torts et travers, encore moins d'envisager d'y modifier quoi que ce soit.



4- La seule solution à adopter devant tous ces pays arriérés et sous-civilisés: les tenir à distance le plus possible, en refusant toute forme d'immigration et de réfugiés venant de ces endroits. Qu'ils continuent de se comporter comme des barbares décérébrés si ça leur chante dans leurs pays de misère, mais pas dans nos parages.



5- La mentalité fautive inculquée dès le plus jeune âge ne peut plus être changée à l'âge adulte, Ils ne peuvent que répandre encore plus le mal. Plusieurs s'en donnent même la mission dans un esprit diabolique de conquête hégémonique.



6- Dans un pays aussi infecté idéologiquement que l'Afghanistan, tous sont infectés à l'islam vengeur. Les hommes sont de vils soldats d'allah aux regards déments; les femmes ne sont que des fabriques de soldats d'allah; les enfants sont de futurs soldats d'allah. C'est un cercle vicieux qui s'auto-regénère sans le moindre espoir de changement. Personne ne peut être réchappé. Et les autres pays islamiques ne valent guère mieux.



7- Leur étroitesse intellectuelle les rend incapables d'un semblant d'évolution. On ne peut espérer les voir franchir les 1000 étapes de l'évolution vers la modernité lorsqu'ils se montrent tous incapables d'en franchir ne serait-ce que la première. Ils sont trop limités pour cela.



8- Il en en va de même pour tous les pays non-occidentaux issus du tiers-monde sous-développé économiquement, socialement, et mentalement. En 100, ans ils évolueront d'un an ou alors même pas du tout, mettant des siècles avant de nous rattraper, si jamais une telle chose est concevable. Servons-leur de modèle et d'idéal, soit, mais ne les laissons pas nous envahir par l'immigration de masse désordonnée et décivilisatrice.



Conclusion: Impossible de civiliser les barbares.



La seule solution: les garder à distance respectable.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie620 articles

  • 1 146 336

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    19 octobre 2021


    Sur un marché du sud de l’Afghanistan, les vendeurs sourient à côté de leurs sacs d’opium à vendre au plus offrant. Alors que le pays s’enfonce dans la misère, le prix de sa drogue phare s’est envolé depuis le retour des talibans au pouvoir.


    Les talibans cultivent et produisent une drogue qui fait des ravages en Occident et détruit des vies. En même temps, ils quémandent des milliards de dollars en aide internationale.


    À 40 ans, dont 20 passés à faire pousser du pavot, comme son père et son grand-père, un producteur ne croit pas que les talibans « puissent éradiquer tout l’opium en Afghanistan ».


    La production afghane d’opium reste très élevée. En 2020, le pays a produit 6.300 tonnes sur 224.000 hectares, selon l’ONU. Imaginez le nombre de morts et de vies détruites par ces barbares irresponsables.


    L'aide internationale ne doit commencer que lorsqu'il ne restera plus un seul champ de pavot.


    Source: Le marché de l'opium afghan, une arme de destruction massive de l'Occident


  • Réjean Labrie Répondre

    4 octobre 2021

    Pour illustrer l'état de barbarie et d'arriérage de certains peuples et la résistance opiniâtre au changement, voyons ce que disait un traducteur afghan.



    Référence:


    Une explication de l’échec des États-Unis en Afghanistan d'après un interprète afghan


    (extrait d’un texte publié dans le Washington Post par un interprète afghan ayant travaillé avec les forces spéciales américaines)



    «Oui, parfois, nous construisions de bonnes choses grâce à l'aide des forces alliées — des cliniques, des écoles, des puits. Mais lorsque la construction était terminée, nous partions aussitôt. Non seulement les talibans s’empressaient-ils de détruire les nouvelles installations, mais ils se méfiaient davantage de la communauté environnante parce qu’elle avait accepté des “cadeaux” de l’Amérique.



    Autre problème. Les troupes envoyées au front ne recevaient pas la moindre initiation à la culture afghane. Par exemple, les Marines avec qui je travaillais étaient choqués de me voir partager mes versets préférés du Coran avec des compatriotes afghans. Ils prenaient cela pour de l’extrémisme religieux.



    De la même manière, quand nous rencontrions des gens, les Marines n’enlevaient pas leurs lunettes de soleil. De quoi susciter la méfiance, dans un pays qui valorise les contacts visuels. Dans bien des cas, ils s’approchaient des femmes du village pour leur adresser directement la parole, ce qui est inconcevable dans la culture des régions rurales de l’Afghanistan.»



    Source : The Washington Post



    Cette dernière observation montre à quel point ces peuplades destructrices sont arriérées et engoncées dans leurs moeurs archaïques et dépassées. Imaginez: un homme qui n'a pas le droit d'adresser la parole à une femme! Rien à faire avec eux.



    C'est pourquoi il ne faut accepter aucun réfugiés ou immigrants des pays de misère, tous incapables de s'adapter ou d'évoluer tellement ils sont endoctrinés à jamais depuis l'enfance.



    20 ans de tentative de moderniser leur société se sont soldés par un échec dû à leur propre faute. Qu'on les laisse donc péricliter à leur guise en coupant toute forme d'aide internationale. Ils l'auront cherché.


  • Réjean Labrie Répondre

    6 septembre 2021


    De même qu'il est virtuellement impossible de civiliser tout un pays arriéré sur tous les plans, de même il est impossible de civiliser des réfugiés barbares issus de pays barbares. Ils le resteront à jamais. Leur simple présence contribue à l'ensauvagement des sociétés modernes, à les faire reculer, à menacer leur intégrité et leurs acquis.




    Cela prouve qu'on ne peut arriver quelque part et se faire dire: "à partir de maintenant, en un claquement de doigts, vous devenez 100% civilisés et vous allez vivre selon".



    Non, jamais en 100 ans. La courbe d'apprentissage et d'évolution est au-dessus de leurs capacités d'adaptation limitées, de leur capacité et volonté de changement, et de leur endoctrinement religieux martelé dès l'enfance.



    La seule voie à suivre: pas d'immigration et pas de réfugiés en provenance des pays sous-civilisés en Occident. Pas un seul.




  • Réjean Labrie Répondre

    4 septembre 2021


    Je découvre que le réputé site Polemia rejoint mes observations sur l'impossibilité pour les peuples barbares d'évoluer, de changer pour le mieux en un temps restreint:


    "Comment des fonctionnaires occidentaux en costume croisé ont-ils pu penser imposer la démocratie à ce pays ? Une guerre de vingt ans en aura apporté la preuve, la démocratie n’est  pas et n’a jamais été un système universel que l’on pouvait imposer après une guerre."


    (fin de l'extrait)



    Barbares un jour, barbares toujours.


    Barbares un millénaire, barbares un autre millénaire.



    L'islam rétrograde est destruction.



  • Réjean Labrie Répondre

    2 septembre 2021

    Le président américain Joe Biden a souligné ce qui a manqué à l'Afghanistan pour se débarrasser des Talibans: la volonté de se battre pour son avenir:


    (la traduction française suit le texte original)


    President Joe Biden refused to bow Monday to criticism over the chaos in Afghanistan after the Taliban sacked its capital city and returned to power, blaming the country’s leaders and security forces for refusing to fight.


    “We gave them every chance to determine their own future,” he said of the beleaguered country’s fallen former government and defeated security forces. “What we could not provide them was the will to fight for that future.”




    Le président Joe Biden a refusé lundi de s'incliner devant les critiques concernant le chaos en Afghanistan après que les talibans ont saccagé sa capitale et sont revenus au pouvoir, accusant les dirigeants et les forces de sécurité du pays de refuser de se battre.


    "Nous leur avons donné toutes les chances de déterminer leur propre avenir", a-t-il déclaré à propos de l'ancien gouvernement déchu du pays assiégé et des forces de sécurité vaincues. "Ce que nous ne pouvions pas leur fournir, c'était la volonté de se battre pour cet avenir."

    (fin de la citation)


    Ils ont baissé les bras et en ont payé le prix.


    Le Québec doit en tirer une leçon pour son propre salut. C'est à chacun de nous qu'il revient de lutter avec détermination pour la survie de la nation par le moyen de l'indépendance.



  • Réjean Labrie Répondre

    2 septembre 2021

    Selon les statistiques, 99 % des Afghans sont pour l’instauration de la charia, 85 % d’entre eux pour la lapidation des personnes adultères.


    Parmi les pays musulmans, l’Afghanistan occupe la 1re position pour la charia et la 2e position pour la lapidation.



    Importez la barbarie, et vous aurez la barbarie.



    La mentalité islamique instiguée dès le plus jeune âge devient une espèce de tartre tenace impossible à déloger de l'esprit atteint.



    Cela vaut pour tous les réfugiés barbares qui le demeurent à vie.



    Ils sont tous irrécupérables et inéducables. 20 ans de tentatives sur le terrain se terminent par un échec sur toute la ligne.



    Et le Canada aveugle parmi les aveuglés voudrait en accueillir des dizaines de milliers pour ensauvager davantage le pays.



    Non à l'importation de hordes de décivilisateurs.


    À lire: La mentalité islamique, tout aussi condamnable que la religion islamique. 20 raisons solides de s'y opposer