Ceux qui menacent notre identité collective, nos valeurs de société

Quand l'exclusion est-elle préférable à l'inclusion?

15 catégories d'inassimilables à exclure

F9fbf287df56c68e80549e6eddfbde56

Tribune libre

Il appert que certaines catégories d'immigrants étrangers originaires du tiers-monde viennent s'installer au Québec dans le but avoué de rejoindre leur communauté ethnique et de vivre principalement entre eux en milieu fermé, en reproduisant le plus possible le mode de vie de leur pays d'origine.



On doit considérer que ces gens-là ne méritent tout simplement pas d'être admis dès le départ pour cause de déséquilibre social qui met en péril l'identité collective nationale et les valeurs intouchables de notre société. C'est pourquoi l'exclusion peut devenir préférable à l'inclusion tant vantée par la propagande mondialiste.



Certaines catégories d'immigrants ne seront jamais les bienvenus:



1- les immigrants qui arrivent ici avec l'idée bien arrêtée de continuer à vivre le plus possible dans leur langue, repliés à l'intérieur de leur communauté en marge de notre société, établissant le moins de contact possible avec la majorité qu'ils cherchent à éviter



2- ceux qui veulent poursuivre la pratique d'une religion qui va à l'encontre de nos valeurs de société, et qui favorise la radicalisation de certains pouvant provoquer un dangereux passage à l'acte; ceux qui désapprouvent les religions autres que la leur; ceux qui ont une attitude vindicative envers les non-croyants; ceux dont les représentants religieux condamnent ouvertement notre type de société en recommandant d'instaurer leur propre système social à sa place



3- ceux qui ne mangent que d'une sorte d'alimentation avec des exigences telles qu'elle requiert de faire preuve de cruauté envers les animaux sous forme d'abattage rituel sanglant



4- ceux qui refusent de fournir le moindre effort d'intégration à la société moderne occidentale



5- ceux qui ne participent en aucune façon à la vie de notre culture locale et qui n'en consomment pas une miette



6- ceux qui refusent d'abandonner toutes les pratiques répréhensibles, attitudes douteuses et comportements inacceptables qui ont cours chez eux mais qui vont à l'encontre des notions du bien-vivre ensemble ici, à l'image d'un face-à-face entre 2 locomotives. On pense à la violence conjugale, aux mariages arrangés de mineures, aux vengeances de déshonneur familial, au choix forcé de la profession des enfants, à la maltraitance physique et psychologique des enfants, à l'obligation de la femme de remettre sa paie à son mari et de voter selon les ordres du mari, à l'interdiction d'épouser quelqu'un d'une autre religion ou d'une autre ethnie que la leur. S'ajoutent à cela ceux qui professent la haine des animaux comme le porc ou les animaux de compagnie comme le chien, pourtant considéré le meilleur ami de l'homme en Occident



7- ceux qui multiplient les exigences d'accommodements religieux comme les cimetières ségrégationnistes réservés uniquement aux leurs. De telles demandes prouvent sans l'ombre d'un doute qu'ils tiennent à rester à part, même morts. Ajoutons à cela le port ostentatoire de signes religieux ou des demandes irrecevables comme des périodes de bain public réservées à leur seule communauté ou encore des vitres givrées dans les centres sportifs.



8- ceux qui veulent implanter des systèmes judiciaires parrallèles comme le tribunal de la charia, basé sur des préceptes arriérés et archaïques



9- ceux qui n'approuvent pas l'égalité des sexes en tout et partout et qui par leurs exigences infériorisent et asservissent la femme au quotidien, considérée par eux comme une servante docile et une esclave à vie, qu'on peut châtier en la battant au besoin pour la punir ou pour le plaisir pathologique de raffermir son autorité, sa domination, exacerbée par le port d'un voile avilissant



10- ceux qui en tant qu'ethnie pratiquent systématiquement la persécution (antisémitisme, persécution des catholiques, razzias génocidaires tribales) et la cautionnent



11- ceux qui ne conçoivent absolument pas qu'on puisse critiquer librement religions, systèmes politiques, manière de vivre, ou tout autre mode de fonctionnement social



12- ceux qui utilisent contre nous les lois initialement conçues pour nous, dans le but de faire avancer leurs visées douteuses, souvent hégémoniques



13- ceux dont la mentalité incompatible se situe aux antipodes de la nôtre, qui est la mentalité occidentale évoluée, et ceux qui s'opposent à elle sur tous ses aspects importants



14- ceux qui apportent avec eux les conflits de leur pays de misère et qui manifestent sur nos places publiques pour des causes qui ne nous concernent pas, et qui dégénèrent en affrontements violents et en vandalisme sur le bien public.



15- ceux dont la communauté établie a opté pour l'anglais et qui ne veulent rien savoir du français



En un mot comme en mille, tous ces gens-là ne seront jamais les bienvenus.



Car ils représentent une menace grandissant en proportion de leur nombre croissant, à la façon d'une tache d'huile qui se répand, provoquant embâcles et dégats irréparables.



Accepter leur présence indésirable équivaut à laisser s'échafauder une société parallèle de façon parasitaire, avec des enclaves virtuellement murées d'où les natifs deviennent rapidement exclus. Tous les locaux finissent même par sentir qu'ils n'y pénètrent qu'à leurs risques et périls. Le sentiment d'insécurité se généralise, forçant les gens à éviter certains quartiers et parcs devenus dangereux, et à craindre de sortir de chez eux le soir.



Et ce danger d'envahissement est décuplé lorsqu'ils parlent une langue à haut risque de propagation et de rétention comme l'arabe. Plus la langue étrangère peut se maintenir et se répandre, plus il leur devient facile de continuer de vivre à l'ethnique en marge de la société.



C'est pourquoi un test d'adhésion à nos valeurs devra être effectué périodiquement pour suivre le progrès de chacun dans le bon sens. Ceux qui échoueront objectivement leur tentative d'adaptation devront quitter sans plus tarder. Ce sera un signe clair qu'ils n'ont pas respecté leur engagement premier.



Ces immigrants inassimilables devront être placés devant le choix de retourner d'où ils viennent ou bien d'aller s'installer ailleurs au Canada. Et nous ne nous en porterons que mieux. En poussant un grand soupir de soulagement suivant leur départ.



L'inclusion tant vantée par les multiculturalistes diversitaires ne doit pas devenir synonyme d'intrusion.



Quelqu'un qui refuse de s'intégrer, quelqu'un qui n'en possède pas la capacité, quelqu'un qui n'est pas assimilable à 100% en 3 ans maximum, n'est certainement pas le bienvenu ici. Car il représente alors une nuisance au maintien de l'identité collective du peuple fondateur. Il est un effriteur, il désagrège, il participe à la substitution de la population native par un mélange disparate d'étrangers sans aucune base commune qui est le liant de toute société, sans l'adhésion inconditionnelle à nos valeurs qui est indispensable au maintien de la cohésion sociale et du bien-vivre ensemble.



En conclusion, l'inclusion, c'est pas toujours bon. Oh, que non.



(Note: la thématique des illustrations de cet article porte sur la situation similaire à la nôtre qui sévit en Suisse, pays de dimension comparable au Québec. En fait, leur situation reflète ce qui se passe dans à peu près tous les pays occidentaux aux prises avec cet épineux problème. On se réjouit que les Suisses aient réagi sainement contre l'immigration massive incontrôlée)


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie589 articles

  • 1 112 986

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 585 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé une réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé