Mauvais parti

D’ici quelques semaines, les électeurs de Bourget et de Pointe-aux-Trembles auront l’occasion d’élire les premiers députés du Parti Indépendantiste

Tribune libre 2008


En novembre dernier, le député bloquiste Maka Kotto faisait part de son
intention de représenter le Parti Québécois, à l’élection partielle de
Bourget, parce qu’il estimait que les projets de loi Marois sur l’identité
québécoise valaient le saut. Depuis cette annonce, la députée
démissionnaire du PQ couronnée chef, écartait l’idée d’étendre aux services
de garde la loi 101, se soustrayait à « l’obligation » de tenir rapidement
un référendum, faisait la promotion de l’anglicisation des Québécois et
lançait la mise en œuvre d’une conversation sur la souveraineté, rebaptisée
« débat » en conseil national.
Mais un débat n’est pas un combat. À l’heure où le français connaît un
recul historique au Québec, c’est l’indépendance du Québec qu’il faut
mettre en branle. C’est ce que le PQ se refuse à faire même si certains
espèrent encore et croient qu’en livrant bataille aux crypto fédéralistes,
les semblants de souverainistes et les opportunistes du parti, ils le
rendront tel qu’ils le rêvent : indépendantiste.
À l’image de Maka Kotto, les indépendantistes du PQ semblent déterminés à
faire du Québec un pays de langue française. Les raisons qui les animent,
sont les bonnes. C’est le parti qu’ils ont choisi qui n’est plus à la
hauteur de leurs attentes. Les résultats des dernières élections en sont
pourtant une éloquente illustration. Ils indiquent qu’un parti fondé pour
réaliser l’indépendance du Québec n’a pas à jouer au chat et à la souris.
Il a à être ce qu’il est.
Le Parti Indépendantiste, qui faisait en 2007 son apparition sur la scène
politique quant à lui propose, plutôt que la mise au rencart d’un
référendum, une déclaration d’indépendance à la suite d’une victoire
électorale. Contrairement aux péquistes, les indépendantistes du P.I.
estiment qu’une véritable course contre la montre s’est engagée pour la
survie du Québec français et qu’il n’y a pas à tergiverser de midi à
quatorze heures sur l’application de la loi 101 dans les centres de la
petite enfance et sur l’obligation pour tous de fréquenter les cégeps
français.
D’ici quelques semaines, les électeurs de Bourget et de
Pointe-aux-Trembles auront l’occasion d’élire les premiers députés du Parti
Indépendantiste et de mettre la table pour 2009, lors du déclenchement
d’élections générales. Ils pourront, en appuyant Richard Gervais (Bourget)
et Colette Provost (PAT) signifier aux crypto fédéralistes, les semblants
de souverainistes et les opportunistes, leur désir de liberté.
Caroline Moreno

porte-parole du Parti Indépendantiste
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 621

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé