Loin

Billet de Caroline

Certains souhaitent ardemment que les forces souverainistes s’unissent.

Ils semblent dire qu’on ne peut y parvenir

qu’en se rangeant derrière la fanfare péquiste

laquelle s’est mise à faire un peu de bruit

avec son projet de loi sur l’identité québécoise.
Jamais encore, affirmait en novembre dernier Nicolas Girard,

un parti politique, le sien, n’était allé aussi loin dans l’affirmation

de l’identité québécoise.

« Il faut aller plus loin », répétait Pauline Marois

lors des audiences nationales de la commission B.-T.

qui se déroulaient le vendredi 14 décembre dernier.
Le plus loin, c’est l’indépendance.

Le plus court chemin, le P.I.
Sommes-nous péquistes ou indépendantistes ?

Tranchons !

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 533

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    17 décembre 2007

    Je ne comprends pas l'intervention de Frédéric Picard quand il prétend que c'est maintenant au tour de Mme Moreno, du PI, de faire appel à mes services. Je n'ai lu cela nulle part. Qui a donc la berlue ?

  • Frédéric Picard Répondre

    17 décembre 2007

    Quelle situation ironique ! Il n'y a pas 6 mois, la haute direction du parti indépendantiste refusait de parler avec Pierre Schneider pour des raisons qui me sont, encore aujourd'hui, plutôt nébuleuses.
    Maintenant, Mme Moreno l'appelle et appelle tous les indépendantistes à revenir au PI.
    Il y a 8 mois, j'étais un ardent défendeur péquiste de l'unité indépendantiste et Pierre créait le PI. Maintenant, je suis membre de l'UDIQ et lui prône le retour au PQ.
    C'est VRAIMENT cocasse !!!

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    17 décembre 2007

    Oui, urgence, péril même en la demeure, concernant le 400ième.
    Tous n'éprouvent pas le même sens de l'urgence. Exemple, "La fresque..." publié sur cette tribune libre jeudi dernier, par une coalition d'artistes:
    Québec, 22 novembre 2007 – Une coalition de personnes et de groupes issus des milieux artistiques, communautaires et universitaires de Québec demande à la Commission de la capitale nationale du Québec et au gouvernement Charest de revoir le projet de fresque de l’édifice Marie-Guyart, pour le rendre davantage conforme à l’esprit des fêtes du 400e de Québec, qui est de célébrer la fondation de la ville en 1608. Ce cadeau, le même qui sera successivement offert à toutes les capitales du Canada, peu importe leur âge, ne célèbre en rien les quatre cents ans de Québec. Il est donc proposé de repenser le projet actuel, d’une esthétique discutable, en vibrant hommage à la vitalité de la ville. Il est aussi préconisé d’abandonner l’idée d’une murale, d’autant plus que celle-ci est totalement incongrue dans le contexte architectural de l’édifice Marie-Guyart. À cet égard, une analyse architecturale du projet, récemment menée par l’architecte Marcel Junius, en dénonçait le caractère malséant.
    « Voilà l’occasion de profiter du dynamisme du milieu », explique le porte-parole de la coalition, M. Louis Germain du Comité des citoyens du Vieux-Québec. « Il s’agit d’inviter les créateurs de toutes disciplines, par voie de concours, à proposer un cadeau qui mette en valeur toute la richesse du patrimoine urbain. La générosité de la Banque de Montréal doit déboucher sur un projet rassembleur et porteur d’avenir. » Un comité organisateur, composé de personnes principalement issues du milieu artistique, serait formé pour préciser les détails du projet, procéder aux consultations requises et y donner suite en collaboration avec les instances publiques.
    Reste moins de 2 semaines, pour "former un comité qui précise les détails, consulte et donne suite en collaboration..."

  • Archives de Vigile Répondre

    17 décembre 2007

    Effectivement sur le plan électoral, nous n'avons pas le choix, nous devons nous rallier au seul parti organisé et dont les députés siègent à l'Assemblée Nationale du Québec. Le PQ n'est pas parfait mais il a droit à notre appui. Que cela nous plaise ou pas c'est cela le pragmatisme.
    Par contre, le rôle du Réseau de Résistance du Québécois fera en sorte que le train ne déraille pas en cour de route et qu'il arrive le plus tôt possible en gare.Il jouera un double rôle. Premièrement, il sera un puissant empêcheur de tourner en rond. Puis il motivera et mobilisera les militants par des actions politiques directes un peu plus musclées sur le terrain.
    Le premier mandat du RRQ devra s'inscrire dans le cadre des fêtes du 400ème anniversaire de la ville de Québec où les fédéralastes en auront pour leur argent s'ils désirent servir une fête insignifiante dénuée de tout son aspect identitaire.
    N'oublions pas que le 3 juillet 2008 n'est pas uniquement la date de la fondation d'une ville, elle constitue l'acte de naissance de la nation québécoise en terre d'Amérique.
    Merci monsieur Harper d'avoir reconnu la nation québécoise! (sic, sic et resic) Vous devrez maintenant venir à Québec pour célébrer son anniversaire de naissance.Vous constarez que les indépendantistes ont le sens de la fête et que les gens de Québec sont de fiers bons vivants.
    Vive la France! Vive la Nouvelle-France! Vive le Québec libre!

  • Archives de Vigile Répondre

    17 décembre 2007

    L'histoire récente nous a bien démontré que la multiplication de petits partis indépendantistes qui se fractionnent entre eux à la moindre divergence ou saute d'humeur n'est pas la solution pragmatique et empirique que nous devons adopter, NOUS TOUS LES INDÉPENDANTISTES pour réaliser rapidement notre projet de pays. Car il y a urgence en la demeure, les dernières statistiques fédérales le démontrent bien.
    J'appuie la solution du ralliement autour du PQ, mais avec un RRQ fort pour lui pousser dans le dos. Pour moi, le RRQ (Réseau de résistance québécois), c'est le RIN des années 2007-2008.
    Il va y avoir du sport !

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    16 décembre 2007

    Monsieur Denis,
    Puisque vous m’interpellez (et non pelez : tjrs petite faiblesse d’orthographe?) je me réjouis aussi avec vous de cet enthousiasme grégaire des « post-ados », que j’ai de même savouré à l’école Louis-Riel en novembre. Ceux parmi les jeunes que je trouve plus coriaces à aborder sont les jeunes financiers, industriels, professionnels, qui rêvent VASTE MONDE.
    « Heureux de vous voir heureux », de retour au P.Q., seul représentant de l’option à l’Assemblée Nationale. Espérant que vous ne soyez pas, de nouveau, une phase trop tard, où Pauline se retrouverait seule, hapée par le grenouillage. Mais avec vous, je compte sur le RRQ (non manipulé par radios-poubelles…) pour démasquer les rats qui tentent de la boiclairiser vers l’immobilisme. Ensemble, aidons-la à décapiter Charest sur la place publique pour enfin proclamer la République Démocratique du Québec!

  • Archives de Vigile Répondre

    16 décembre 2007

    Ceci démontre qu'on s'active en dehors du PQ pour trouver une issue à une situation qui n'en a pas. L'élite nationale ou souverainiste tourne en rond parce qu'elle n'ose pas franchir le Rubicon et comprendre enfin qu'on n'obtiendra rien à supplier le PQ. Il faut cesser de mettre des espoirs dans ce parti.
    En 2005, on demandait au PQ de se recentrer sur l'indépendance. En 2006, on le suppliait dans le même sens. En 2007, on insiste sur la même chose. En 2008, on reprendra la même supplique. En 2009, encore et encore. Jusques à quand... câlisse, jusques à quand! Tout ce beau monde est en effet pogné dans le péquisme critique, mais péquisme quand même. Le jour où ces beaux esprits diront: "Assez, c'est assez!" sera problament un des jeudis de la semaine qui en compte quatre! Ça commence à ressembler à une nouvelle démission des élites, comme à d'autres fois dans notre histoire nationale.

  • Archives de Vigile Répondre

    15 décembre 2007

    Madame Moreno,
    Quelle plaisir de reprendre contact avec vous. Vous me donnez enfin l'occasion de parler un peu de mon cheminement personnel depuis ma démission du PI.
    D'abord, j'ai réalisé que le Parti québécois était implanté profondément dans la fibre nationaliste du peuple.Nous l'avons dans la peau que cela nous plaise ou pas. Il fait maintenant intrinsèquement partie de notre imaginaire. Qu'on l'a dans les trippes!
    Aussi le parti québécois constitue malgré la dernière dégelée électorale, un véhicule puissant qui a des assises dans toutes les régions du Québec et que la bête est au repos prête à rugir à la première occasion.
    Je pense honnêtement qu'il faut faire confiance à madame Marois mais attention, pas de façon béate et m'explique.
    J'ai assisté jeudi dernier à Québec à la fondation du Réseau de Résistance du Québécois. Plus de 50 jeunes s'étaient entassés pour entendre Patrick Bourgeois du journal Le Québécois ainsi que Pierre- Luc Bégin des Editions du Québécois.Ces deux gaillards ont réussi à stimuler ces jeunes dont la moyenne d'âge se situait à peine à 20 ans, sur l'urgente nécessité d'aller porter le message de l'indépendance auprès de nos concitoyens.Puis on me dira que les jeunes ne s'intéressent pas à la politique.C'est rafraichissant de constater qu'il n'y a pas juste les vieux baboins comme moi qui se sentent interpelés par l'urgence de réaliser l'indépendance n'est-ce pas monsieur Ouhgo?
    L'atmosphère était survoltée.Bourgeois a bien expliqué qu'il urgeait que les indépendantistes reprennent le contrôle de l'agenda politique au Québec et cela le plus vite possible.
    Tous ont bien compris que la gouvernance ansi que la gestion du Québec ont conduit le PQ à négliger le nécessaire exercice de promotion et de pédagogie de l'option indépendantiste.Il a donné aux québécois, de très bons gouvernements malgré quelques épisodes malheureux que plusieurs d'entre nous connaissent.Il faut faire le constat suivant:''Il s'est lui-même piégé!''
    Somme toute, il a fait de son mieux mais maintenant, on ne peut plus se permettre de chialer sur le passé. Il faut passer à l'action. d'autant que l'ADQ est en chute libre, que Mario Dumont ne sait plus à quel sein populiste se vouer et qu'Harper est en train de tisser la corde pour se pendre lui-même avec Kyoto et l'Afghanistan.Le momentum nous est favorable. Allez madame Marois montrez-nous de quel bois vous vous chauffer!
    Finallement le Réseau de la Résistance du Québécois remplira le rôle que le RIN aurait jouer s'il ne s'était pas dissout au profit du Parti québécois. Le RIN aurait dénoncer avec force la venue de Claude Morin sur la scène politique avec sa funèbre modification du programme du PQ. Il aurait jouer son rôle de chien de garde de l'ortodoxie indépendantiste.
    Le RRQ jouera à fonds ce rôle. Il va permettre une véritable action politique sur le terrain, une action musclé et direct. Il va faciliter la remotivation et la remobilisation des vieux militants fatigués qui se sont sentis trop souvent instrumentalisés par le PQ.
    La seule loyauté du RRQ ira à la promotion active de l'indépendance du Québec libérée des obligations inérantes à la lutte partisane, électorale et parlementaire.
    En terminant, je demeure convaincu que les gens du PQ eux-mêmes devraient se réjouir de l'arrivée sur le terrain politique de cette gang de joyeux larrons.
    Le RRQ fera flèche de tout bois. Il dénoncera la place exorbitante qu'occupe l'option fédéraliste dans les médias, il ira porter le message indépendantiste partout, il veillera au grain sur les fêtes du 400 ième. Il fera en sorte que le PQ demeure fidèle au grand rêve de Bourgault de faire du Québec notre patrie, notre pays!
    Si le PQ est trop pris par sa gestion, il va trouver le RRQ sur son chemin.Il le trouvera dans la bonne humeur et un esprit positif.
    Patrick Bourgeois le disais si bien à Québec jeudi dernier. ''Moi, je veux retrouver le plaisir à militer pour l'indépendance du Québec!'' Vous auriez dû voir la réaction des jeunes dans la salle.Les yeux pétillaient d'espoir!
    J'invite les indépendantistes de coeur à se joindre au Réseau de Résistance du Québécois.
    Donnons à madame Marois la chance qu'elle mérite!
    Son projet de citoyenneté québécoise obtient l'appui de la grande majorité des québécois et des québécoises, ce n'est pas rien! En ce qui me concerne, elle a mon appui.
    Il faut mettre fin à la création de ces partis politiques et ces nombreux goupuscules qui ne servent plus la cause indépendantiste. Ils divisent et contribuent à aigrir les militants.
    Ma réflexion m'a amené à réaliser que les conditions gagnantes sont maintenant réunies. La combinaison gagnante, c'est le RRQ/PQ. Chacun jouant son rôle dans son arène respectif. Pourquoi n'y avons-nous pas pensé?
    Vive l'indépendance!

  • Archives de Vigile Répondre

    15 décembre 2007

    Aujourd'hui plus que jamais, le Québec nécessite des militants pragmatiques pour réussir sa pleine souveraineté
    «La personne intelligente multiplie les succès de l'autre et celle qui est maladroite diminue leur importance.» J.L. Iborte Baqué
    ________________________
    C’est justement la fragmentation militante du PQ qui rendrait inutilisables la force politique et la crédibilité qui lui sont propres, ce parti étant l’unique mouvement souverainiste représenté à l’Assemblée nationale et ayant des atouts essentiels pour réaliser la pleine liberté du peuple québécois.