Les dessous (cachés) du parti indépendantiste

Ou comment Éric Tremblay séduit trompeusement le mouvement souverainiste

Tribune libre 2008

Avec l’avènement de l’ère des communications, la politique a radicalement changé. Je pense que c’est pour le meilleur, même si j’avoue que ce n’est pas toujours évident de le constater. Le rapport avec le parti indépendantiste est qu’il est, à mon avis, l’exemple parfait au Québec de comment faire de la politique commerçante, de la politique marketing ou de la politique de consommation, appelons-la comme on veut.
Je vais essayer de m’expliquer en utilisant de manière très superficielle l’élection du nouveau président français Nicolas Sarkozy à titre d’exemple (à ne pas suivre !!). En un minimum de mots, la campagne et l’élection de Sarkozy se résume à ça : maximum d’image et d’apparences, et minimum de contenus et de projets réels. Pour prouver ce que j’avance, je vous invite à voir les vidéos suivants. Sarko s’est donc fait élire sur des mensonges et une fausse plate-forme politique.
Maintenant, pour en venir au rapport avec Éric Tremblay et son très cher parti indépendantiste, j’avance la position suivante : il obéit au même principe du maximum d’esthétique et du minimum de contenu. En effet, tout ce qui sort de sa bouche c’est « le PQ nous a trahi » et « il nous faut un pays ». Bon, je ne dis pas que c’est faux, ni que c’est vrai. Mais je critique le fait que c’est tout ce qu’il dise et que ce faisant il nourrit la rancune, la frustration et le mécontentement. Construire un pays dans ce climat, je trouve que ça ne peut pas mener au bien. Son problème est simple : il se cache derrière le fait qu’il n’a pas de véritable projet politique politique pour le Québec.
Certains diront : « non ce n’est pas vrai, allez sur son site et vous verrez tous les projets de son programme autant dans les domaines de l’économie, l’infrastructure, et l’éducation. » C’est vrai, la liste est assez longue, et bien présentée. Mais d’où vient-elle, et quand est-elle apparue ? Elle n’existait pas aux débuts du parti indépendantiste, elle est apparue progressivement seulement plus tard, alors que le parti a réussi à séduire des penseurs et des intellectuels, pour prendre leurs idées, et les mettre dans leur panier d’idées jusque là vide. Un autre point sur leur liste de projets : où est l’explication détaillée de chacun de ces projets ? Où sont les ébauches d’un montage financier, d’une explication plus détaillée et contextuelle de la proposition ? J’ai bien beau vous dire que je vais offrir un « soutien adéquat aux créateurs d’œuvres artistiques », mais dans la réalité, concrètement, ça veut dire quoi ? Où est l’explication de ces belles paroles ? Si quelqu’un me dit : « je vais te rendre heureux », je veux bien le croire, mais j’aimerai bien des explications d’abord sur sa méthode ! Mais non, il n’y a aucune explication détaillée sur leur site. Pourquoi ? Soit les projets ne viennent pas d’eux, soit eux-mêmes ne savent pas comment les réaliser !
La seule plate-forme politique du parti à sa création était « la création d’un pays ». Pas de projets sociaux, économiques ou politiques concrets, pas de réformes majeures, pas grands travaux d’infrastructure, rien. Un grand vide idéologique. La seule idée : la création d’un pays. Oui, des ambassades québécoises, une place aux Nations Unies, la création d’un ministère des affaires étrangères, des équipes nationales de hockey et de soccer, la création d’un bureau québécois des brevets, la création d’un service québécois des postes… Attendez un peu, serait-ce une blague ou voilà simplement des conséquences directes de la création d’un pays ? C’est comme si je vous disais que j’allais vous faire une excellente omelette. Et quand vous me posez des questions pour en savoir plus, je vous répondais : je vais utiliser des œufs, un peu d’eau, un batteur pour la préparation, une poêle pour la chauffer… Vous ne prendrez mon omelette pas tellement au sérieux, et je vous comprendrai ! Où est la différence avec le parti indépendantiste ?
Ce que je trouve personnellement douteux d’Éric Tremblay c’est qu’en tant qu’avocat vraiment souverainiste (comme il prétend l’être), il devrait avoir des idées intéressantes en terme constitutionnel, institutionnel, légal, juridique, mais pas un mot de ce côté-là. C’est louche. Je n’envisage pas l’option qu’il n’ait aucun plan car il me semble néanmoins doté d’une certaine intelligence et il ne serait pas en train de s’investir autant. Il a donc un plan, mais il se garde bien d’en parler. Pourquoi ? Une seule raison reste apparente : parce qu’il est beaucoup plus sombre que ses beaux yeux bleus. Quel est-il en détail ce plan ? Je ne sais pas. Mais un indice est très frappant : son allégeance ouverte et intégrale au principe du libre-échange. Libre-échange, libre marché, néo-libéralisme, etc. ne sont-ils pas incompatibles avec les valeurs québécoises de justice et égalité sociale ? (Je suis en train de rédiger un article sur ce sujet que je publierai dès que je l’aurai terminé, en espérant vous dévoiler l’arnaque qui se cache derrière cette théorie économique.) M. Éric Tremblay cache donc son véritable projet légal et juridique tout en attirant des sympathisants avec le discours simpliste de « on veut un pays ». Ensuite, il rallie des projets appréciés par la population de manière purement extérieure et superficielle question de s’inventer une légitimité politique, et le tour est joué. Reste maintenant à maintenir une bonne campagne publicitaire et de relations publiques, faire attention à ne pas trop se faire exposer (comme je suis en train de le faire !!), et peut-être arriveront-ils à atteindre un certain statut dans l’échiquier politique du Québec.
Je ne cherche pas à semer ni la zizanie ni la division du vote, mais simplement de montrer ce qui d’après moi saute aux yeux : la séduction qu’opère le parti indépendantiste et son chef Éric Tremblay auprès de la population québécoise, des souverainistes plus particulièrement, et de manière encore plus particulière auprès des souverainistes désabusés.
Je m’attends peut-être à ce que la personne concernée lise cette article. Je lui dis que je suis ouvert à toute discussion, et même au débat public sur le sujet s’il le faut, et que je suis quelqu’un qui essaie de voir la réalité en face, et que si je me suis grossièrement trompé je l’admettrai et m’en excuserai ouvertment.
Finalement, pour ceux qui disent que la critique est facile, mais l’art difficile, je vous invite à consulter le site de mes idées et projets politiques : http://deputezmoi.wordpress.com/

Featured 9b58db51190bb21057768414cc94dec9

Romain Angeles5 articles

  • 7 085

Je suis né en 1984. Je suis tuteur. Je me suis présenté à deux élections comme candidat indépendant. J’écris des articles surtout axés sur la politique et la philosophie. Je défends l’idée de la souveraineté pour le Québec.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Michel Guay Répondre

    7 août 2008

    Le PQ avec 49% des votes au dernier référendum à énervé beaucoups de fédéralistes et que reste -t-il comme argument aux fédéralistes quer de diviser le vote indépendantiste pour faire réélire Charest ? Alors apparurent Dumont, puis David puis les verts puis Tremblay et un seul ennemi pour tous le Parti Québecois .

  • Archives de Vigile Répondre

    7 août 2008

    Je suis totalement d'accord avec vous M.Angeles.
    N'importe qui peut écrire un grand chapitre de grandes intentions, mais il faut avoir l'équipe pour les réaliser. Ça me rappelle quelqu'un ça...et j'ai nommé Mario Dumont.
    Des grands parleurs et des petits faiseurs, j'espère que les québécois vont avoir compris que ça ne peut que mener à la catastrophe. Me semble qu'avec Mario Dumont, plusieurs devraient avoir compris qu'on ne met pas nos affaires importantes dans les mains de n'importe qui. En plus me semble qu'il faut une équipe solide pour diriger un pays. Il met la charrue devant les boeufs(pas d'équipe sérieuse à date).
    En plus j'essaie de savoir c'est qui Éric Tremblay? J'ai cherché son curriculum vitae, des informations sur lui, quelles sont ses expériences politiques? A t'il déjà dirigé un ministère?...je n'ai rien trouvé de lui, même pas sur son site.
    Votez pour moi qui dit!...

  • Érik Poulin Répondre

    6 août 2008

    Vous êtes bien le premier à dire que nous avons un agenda caché et un programme qui n'est pas claire, net et précis. Peut-être auriez-vous dû faire ce style de texte à propos de Mario Dumont et de l'ADQ.
    De plus, il me semble que c'est évident que nous sommes loin de vouloir pratiquer le néo-libéralisme. Je vous invite à consulter cette partie du programme:
    - Nationalisation de l’éolien
    - Contrôle national de l’eau, de la forêt et des mines
    - Sécurité agroalimentaire par la protection de notre système de gestion de l’offre, le développement d’une agriculture biologique vivrière diversifiée et l’adoption d’une politique d’achat de produits agricoles québécois
    - Préservation du caractère public de notre système de santé et du caractère universel des soins de santé

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    6 août 2008

    Monsieur Angeles,
    Je ne suis que peu familier avec le Parti Indépendantiste; je m'abstiendrai de le critiquer, comme de le défendre (à ce stade-ci, en tout cas)...
    Je veux cependant vous dire que si jamais le PI, ou ses dirigeants, font de la politique-marketing, comme vous dites, eh bien, pour poursuivre avec votre métaphore, ils n'ont pas eu besoin de faire une grosse et bien complexe campagne de mise en marché. Non, une simple mais juste étude de marché, leur a sans doute suffi, pour comprendre ce qui se passait... À savoir qu'il y avait une "DEMANDE", pour un parti comme ça ; un nouveau parti souverainiste, avec une image plus aggressive, une façon plus directe de parler du POURQUOI du projet d'indépendance.
    Il faut admettre que depuis les années Bouchard (post-référendum), le PQ a déçu, beaucoup, beaucoup, d'entre nous...
    Alors, déjà, il y avait un contexte favorable, à l'apparition d'un phénomène comme le PI ; mais ajoutez à ça, la réalité politique d'aujourd'hui avec Johnny Charest réélu, et une opposition officielle digne d'élections étudiantes d'une école secondaire!
    Je n'hésiterai pas à vous dire que, quand au soir de la journée des dernières élections provinciales, j'ai appris que Johnny Charest et sa "gang" (le pire gouvernement que le Québec ait connu, depuis peut-être l'époque de Craig) étaient réélus pour quatre autres années (!?!)... et qu'en outre, nous nous retrouvions avec l'ADQ comme opposition officielle, je me suis dit: "SCÉNARIO CAUCHEMAR"!
    Oui, franchement, ce soir-là, je me sentais déprimé, découragé. Pourrait-on, honnêtement, m'en blâmer?
    Si le PQ ne s'était pas autant ramolli ; si ce même parti ne s'était pas non plus, aussi "Montréalisé"; et sans les erreurs de campagne électorale d'André Boisclair, je suis loin d'être sûr qu'il se serait formé, ce nouveau parti-là!
    Que Pauline Marois et ses deux derniers prédécesseurs ne viennet pas pleurer sur les pots cassés: ils ont créé un vide, que le PI semble combler...enfin, jusqu'à un certain point. Et il est vrai qu'il est encore jeune, ce parti; il faudra le voir évoluer. Après tout, il y a dix ans, qui aurait cru que l'ADQ deviendrait un jour l'opposition officielle?
    Je vais me documenter, faire mes propres recherches: je verrai, si, comme vous dites, le PI est aussi vide de véritables projets, idées.
    Entretemps, disons que le fait-même d'apprendre que ce parti existait, m'a redonné un certain espoir.
    Un espoir, oui, car je commencais à croire, que nous avions récemment vu le début de la fin, pour le Québec et le fait français en Amérique. Quand même que le PI ne nous aurait donné que ça... C'EST DÉJÀ ÉNORME, eu égard aux circonstances!

    Cordialement,
    Jean-François
    Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    6 août 2008

    Avant toute chose, je me demande s'il existe un forum, un endroit, un lieu ou l'on peut discuter, échanger et, bien sur, ''préparer'' la prochaine bataille pour le pays ? Est-ce que le PQ, avec tout son pouvoir et ses ressources, possèdent ce lieu ? Est-ce que moi, indépendantiste, un peu décu et désabusé de la situation actuelle je peux trouver, en dehors de vigile et en personne, un lieu pour me ressourcer, pour aller chercher la motivation nécessaire lorsqu'elle manque, ou je peux demander certaines réponses à des questions/obstacles dont je me fais poser par des gens pas encore convaincus ?
    Bref, en sommes-nous rendus à palabrer que sur le net?
    Bon, pour ce qui est de M. Tremblay, je le félicite et je salue son courage et sa volonté. A-t-il raison ? Dois-je le suivre aveuglément ? Est-ce que son parti est la seule voie en ce moment ? Je ne le sais guère mais il a le mérite de faire bouger les choses (enfin, un tout petit peu) et de parler d'INDÉPENDANCE, déjà là c'est mieux que Mme Marois, Gérald Larose, Mario Dumont et Francoise David ensemble !!!
    Je ne veux pas m'enfarger dans les fleurs du tapis, critiquer sa présence ou perdre trop de temps à analyser s'il a un plan derrière la tete mais je veux qu'il fasse bouger les choses, qu'il bouscule le PQ, qu'il mette de la pression à Mme Marois ou tout autre leader souverainiste.
    Je nous demande à nous tous de pointer nos fusils dans la meme direction. Je nous demande de faire bouger cette cage dans laquelle nous sommes enfermés. Je nous demande de travailler fort et de s'enteter à trouver la solution ou plutot la clé qui remettra la souveraineté sur les rails.
    Rencontrons nous, discutons en, soyons opportunistes, soyons créatifs, soyons énergiques, soyon la relève et la sagesse en meme temps....Je ne sais pas mais il faut faire quelque chose, diantre !!!!
    On est pas capable de se voir et de s'en parler ailleurs qu'ici. On est pas capable de se réunir, de quoi avons nous peur ? C'est à nous de faire la stratégie qui forcera tout le monde à en parer, parti politique, média, syndicat et peuple confondus.
    En passant, je ne tient pas à diminuer vigile mais plutot à l'encenser.....mais il faut aller plus loin, il faut pousser, pousser et pousser.
    M. Angeles, peut-etre que mon message n'a pas grand chose avec votre lettre qui mérite la lecture mais je vous félicite de participer aux débats.