Les apparences sont toujours trompeuses

Au cours du dernier parlement, Jean Charest est apparu comme étant un premier ministre à la hauteur de la situation, en apparence dis-je bien

Tribune libre 2008


Le 1er décembre dernier et sous la plume de Joël-Denis Bellavance,
il était révélé qu’un sondage Crop-La Presse mené auprès de 603 répondants
du Québec, démontrait qu’une large majorité d’entre-deux (76%) était en
faveur de la coalition gouvernementale (en attente) à Ottawa, afin de
gouverner le Canada de manière raisonnable et approprié en ce temps de
crise économique, s’annonçant comme étant l’une des plus difficile, voire
pire, depuis la Grande Dépression suivant le Krach boursier d’octobre 1929.
Est-ce à dire que le peuple québécois, représenté par les répondants du
sondage en question, n’acceptent pas l’idéologie de droite ayant refait
soudainement surface la semaine dernière dans la mise à jour économique,
présentée au Parlement canadien par le ministre des Finances, le très
conservateur Jim Flaherty ? Discours contenant des mesures ayant fait bondir d’un seul trait et de manière commune les trois chefs de l’opposition officielle, les soudant alors en une coalition impensable jusqu’alors ?
Alors si tel est le cas, et la lecture que les québécois portent sur les événements se déroulant actuellement à Ottawa semble l’indiquer, ainsi nous devrions y penser deux, trois et quatre fois avant de donner une majorité parlementaire à Jean Charest le 8 décembre prochain.
Pourquoi donc ?
Au cours du dernier parlement, Jean Charest est apparu comme étant un premier ministre à la hauteur de la situation, en apparence dis-je bien, ayant un tempérament beaucoup plus posé, en apparence dis-je bien, et en apparence à l’écoute des québécois, dis-bien aussi. Tout ça c’est le Jean Charest chef d’un gouvernement minoritaire, ayant l’obligation de se concilier avec les autres formations politiques élues à l’Assemblée nationale du Québec, tenant ce que l’on appelle dans le jargon des affaires un « low profile ». Mais avons-nous la mémoire si courte que ça au Québec, pour ainsi oublier le vrai visage de Jean Charest ?
D’abord, ayons clairement à l’esprit que Jean Charest n’a rien d’un libéral au sens strict du terme « libéral » en politique. Jean Charest était, est et sera un conservateur pour toujours.
Jean Charest est de la même mouture politique que son homologue d’Ottawa, en l’occurrence Stephen Harper.
Jean Charest est dans sa véritable nature, le premier ministre majoritaire, qui de 2003 à 2007, n’en a fait qu’à sa tête à l’Assemblée nationale du Québec, enfonçant dans la gorge des québécois des projets dont la grande majorité du peuple au Québec ne voulait rien entendre.
Qu’ont été ces quatre années d’un gouvernement majoritaire de Jean Charest ? Le tarif des garderies augmenté de $5 à $7 par jour (promesse brisée); des lois anti-syndicales (dont un jugement vient de reconnaître l’anticonstitutionnalité); la gestion d’une seule idée à propos du Mont-Orford à l’encontre de la majorité de la population locale et provinciale; ce fut également la gestion d’une seule idée à propos du projet de centrale au gaz de Beauharnois; c’est la gestion parlementaire de lois passées sous le bâillon et d’un comportement anti-démocratique. Besoin est-il de dresser une liste encore plus longue de mauvais souvenirs d’un gouvernement majoritaire de Jean Charest ?
Alors au lieu de nous laisser endormir par le discours actuel de monsieur Jean Charest nous quémandant la clé d’un pouvoir absolu et autoritaire, prétextant la nécessité d’une stabilité gouvernementale illusoire, ayant démontré dans un passé tout récent qu’elle mène presqu’au bord du désordre social, nous devrons nous interroger sur la nécessaire police d’assurance que constitue un gouvernement minoritaire mené par un supposé libéral à la substance nettement conservatrice.
Il y a pourtant bien d’autres options sur la table en ce moment, n’est-ce pas ?
Normand Perry, b.ph.

L’auteur fut chroniqueur politique à Webzine et Vigile jusqu’en 2007.

Il a été candidat de Québec solidaire aux élections provinciales de 2007 dans Beauharnois.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 91 053

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé