Le temps de dire la véritable histoire de l'Acadie

Le «Grand Dérangement» de 1755, non pas une simple déportation mais bel et bien un génocide

Un groupe de sept historiens mordus de l’histoire de l’Acadie a fondé en mars 2009 une association dont la mission est de « défendre la véracité historique sur l’histoire acadienne en particulier mais non exclusivement, sur la période de la Déportation ».

Le président de la Société internationale Veritas Acadie (SIVA), M. David Le Gallant, a déclaré lors d’un entretien avec Vigile que ces historiens issus de l’Acadie, du Québec et de Nouvelle-Angleterre voulaient rejeter des expressions telles que « grand dérangement » et « déportation » et rétablir les faits sur le « nettoyage ethnique » effectué par l’armée britannique de 1755 à 1762. Pour ces historiens, il ne s’agissait pas simplement d’une déportation mais bien d’un « génocide »

En guise de premier geste d’appui fraternel à leur cause, Vigile publie aujourd’hui le Manifeste Beaubassin qui, pour expliquer leur démarche, avait été publié dans la premier numéro de VERITAS ACADIE (automne 2012).

Le lieutenant-gouverneur Charles Lawrence a été nommé par Londres pour « britanniser la Nouvelle-Écosse » et imposer la volonté royale sur ce territoire. Celui-ci a alors ordonné au lieutenant-colonel John Winslow et au colonel Robert Monckton de capturer et de déporter les Acadiens. Des plus de 15 000 Acadiens établis là en 1755, il n’en restera qu'environ 2 500 en 1762. Plus du tiers des premiers occupants trouvèrent la mort lors de ces opérations militaires tandis que les autres étaient contraints de s’exiler.

On est loin de l’épopée d’Évangéline, décrite par le poète Longfellow, dans son récit romantique et imaginaire de ce que les Acadiens appelaient leur « Grand Dérangement ».

Téléphone : 902.854.3577
*********************************
Société internationale Veritas Acadie / SIVA
a/s de David Le Gallant, président
5842, route 11, RR 2 Mont-Carmel (Île-du-Prince-Édouard)
C0B 2E0

> Pour télécharger le mot du président

> Pour télécharger le manifeste

Featured b40a5d1b481c526fc08f3db3fa46b483

Gilles Paquin32 articles

  • 132 715

Ancien directeur de la section politique au quotidien La Presse. Journaliste pendant 35 ans, il a aussi travaillé à la radio et à la télé de Radio-Canada ainsi qu'aux quotidiens Le Droit à Ottawa et au Montréal-Matin. Il a été correspondant et envoyé spécial dans de nombreux pays en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    23 janvier 2017

    JE TROUVE QUE C'EST ODIEUX COMME CRIME JE SUIS RÉVOLTÉ , JE VIENS DE DÉCOUVRIR DANS MON ARBRE GÉNÉALOGIQUE QUE JE SUIS ACADIENNE , MON PÈRE QUI ES VIVANT NE M EN A JAMAIS PARLÉ ,QUELLE TRISTESSE ,MÊME A L ÉCOLE JE N AI JAMAIS ENTENDU PARLÉ DES ACADIENS,C EST INJUSTE POUR NOTRE PEUPLES ET NOS DESCENDANTS , JUSTICE DOIT ÊTRE FAITES POUR HONORER LA MÉMOIRE DE NOS ANCÊTRES , NOUS DEVONS SAVOIR D OU ONT VIENS POUR SAVOIR OU ONT VAS , NOUS SOMMES UN PEUPLES PACIFIQUES ET COURAGEUX MAIS CETTE BLESSURE EN ENCRER MÊME DANS NOTRE GÉNÉRATION ,DITES MOI QUAND NOS ÂMES TROUVERONT ENFIN LA PAIX.....LEVER VOUS PEUPLES ACADIENS CAR NOUS SOMMES FORT MÊME CE GÉNOCIDE N A PU NOUS EXTERMINÉ...JUSTICE DOIT ÊTRE FAIT , COMME DIT UNE CHANSON ...LA VIE NOUS LE DOIT ET SA COMMENCE AUJOURD HUI.

  • Laurent Desbois Répondre

    21 janvier 2016

    « Les autorités anglaises n'ont jamais cherché à punir les Acadiens. Ce qu'elles ont voulu, puis planifié et réalisé, c'est de faire disparaître totalement une nation. »
    Le génocide (déportation, grand dérangement [sic]) des Acadiens!!!!
    Après 1755, sur une population d'environ 13 500 Acadiens, on estime que plus de 12 600 furent brutalement déportés par le pouvoir colonial britannique. Les autres réussiront à atteindre le Québec et l'Acadie demeurée française (alors la Gaspésie, l'île Royale ou l'île Saint-Jean).En conséquence de cet exil ou en essayant d’y échapper, 7500 à 9000 moururent. Un tiers mourront de typhoïde et de fièvre jaune ! Des vies furent détruites, des femmes violées, des terres et des maisons volées.
    Un dérangement??? Tout un euphémisme par les révisionnistes Canadians!!!!!
    Bernard Landry, premier ministre québécois d’origine acadienne, appelle cela un « crime contre l’humanité ».
    Moi, j’appelle cela un génocide !!!
    http://www.vigile.net/Salut-Salam-Shalom

  • Laurent Desbois Répondre

    21 janvier 2016

    « Les autorités anglaises n'ont jamais cherché à punir les Acadiens. Ce qu'elles ont voulu, puis planifié et réalisé, c'est de faire disparaître totalement une nation. »
    Le génocide (déportation, grand dérangement [sic]) des Acadiens!!!!
    Après 1755, sur une population d'environ 13 500 Acadiens, on estime que plus de 12 600 furent brutalement déportés par le pouvoir colonial britannique. Les autres réussiront à atteindre le Québec et l'Acadie demeurée française (alors la Gaspésie, l'île Royale ou l'île Saint-Jean).En conséquence de cet exil ou en essayant d’y échapper, 7500 à 9000 moururent. Un tiers mourront de typhoïde et de fièvre jaune ! Des vies furent détruites, des femmes violées, des terres et des maisons volées.
    Un dérangement??? Tout un euphémisme par les révisionnistes Canadians!!!!!
    Bernard Landry, premier ministre québécois d’origine acadienne, appelle cela un « crime contre l’humanité ».
    Moi, j’appelle cela un génocide !!!
    http://www.vigile.net/Salut-Salam-Shalom