Le sens d'une déclaration

2006 textes seuls


Lu dans Le Devoir du 25 mars 2006 :
« Selon M. Boisclair, le Québec ne doit pas s'attaquer au
problème de la dette avant d'avoir réglé celui du déséquilibre
fiscal. »
À la lecture de cette phrase, on ne peut que s'interroger sur le
sens de cette déclaration qui semble contredire l'objectif premier
du Parti Québécois : réaliser la pleine autodétermination du
Québec en amenant les Québécois à l'appuyer massivement. M.
Charest pourrait évidemment dire la même chose.
En effet, s'il préconise la correction du « déséquilibre fiscal »
entre le gouvernement central canadien et la « province de Québec
», cela ne suppose-t-il pas qu'il accepte le système actuel et le
statut de « province » ? N'admet-on pas en poursuivant un tel
objectif qu'on accepte de se soumettre à la constitution
illégitime imposée par P.E. Trudeau en 1982 et que notre Assemblée
Nationale a rejetée à l'unanimité ? Il y a là un sérieux problème
de logique...
Normalement, ne doit-on pas s'attendre à ce que le chef du PQ
saisisse toutes les occasions pour affirmer et démontrer que la
seule façon logique et réaliste de régler tout « déséquilibre
fiscal » est la perception par le Québec de toutes les ressources
fiscales sur le territoire ? Seule l'indépendance politique permet
de régler ce « problème » que le Canada refuse de reconnaître dans
ce régime prétendument fédéral.
On s'attend naturellement à ce que celui qui dit vouloir conduire
le Québec vers le statut de pays indépendant et responsable
accorde ses déclarations avec cet objectif.
Quant à notre dette nationale, il importe bien sûr de la réduire
le plus vite possible au strict minimum, à défaut de l'annuler à
court terme comme l'a fait la province d'Alberta.
Mais encore faut-il avoir l'intelligence, l'audace et le courage
d'imiter cette dernière qui a réussi cette opération largement au
moyen des redevances qu'elle tire de sa grande ressource naturelle
: le pétrole. Les Albertains savent apparemment bien s'occuper de
leurs intérêts et prendre les moyens requis pour les servir.
Or, on n'a peut-être pas encore découvert beaucoup de pétrole au
Québec, mais nous savons que notre territoire est d'une richesse
inouïe en ressources minérales de toutes sortes qui rapportent
énormément à des intérêts étrangers, et ce depuis toujours en nous
laissant des miettes. Qu'on songe, par exemple, aux centaines et
centaines de millions de tonnes de minerais de fer que le Premier
ministre Duplessis a laissées aux multinationales à 1 sou la
tonne, et peut-être moins en moyenne. Qui sait ce que nous
rapportent les millions de tonnes de minerais précieux extraits
chaque année dans de grandes exploitations au nord du Québec, la
plus grande partie étant traitée à l'étranger ?...
Par conséquent, M. Boisclair serait bien avisé et démontrerait ses
capacités de chef et de bon gestionnaire en faisant faire une
étude fouillée des redevances qui sont versées à l'État québécois
depuis une centaine d'années sur tous les minerais qui sont
extraits de notre sous-sol pour être largement transformés à
l'extérieur la plupart du temps.
À partir d'une telle étude, il y aura certainement moyen, avec
l'aide d'experts, d'élaborer avec tous les partenaires un solide
projet de redressement des finances du Québec basé en grande
partie sur le versement de redevances justes par tous les
exploitants du sous-sol québécois. Ces ressources naturelles
incluent évidemment L'EAU et LES FORÊTS qui sont parmi nos biens
les plus précieux.
Cela devrait faire partie d'un véritable grand projet mobilisateur
d'exploitation intelligente de notre territoire au profit de tous
les citoyens actuels et de leurs descendants.
Or, ce n'est qu'un des grands projets essentiels que le Parti
Québécois et ses partenaires doivent élaborer au plus tôt avec
compétence pour espérer rallier une solide majorité de Québécois à
la cause de l'autodétermination nationale. Mais celui qui a perdu
les pédales en s'empressant de désavouer le Conseil de la
Souveraineté qui vient de publier « Parlons de souveraineté à
l'école » saura-t-il lancer ces grands projets ???


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé