La RCMP tue lâchement un homme sans raison à Vancouver

Tribune libre - 2007

Voici un exemple de l'indescriptible incompétence, extrême lâcheté et inqualifiable racisme de la part de la Royal Canadian Mounted Police, détachement de Vancouver, affecté soi-disant à la sécurité d'un aéroport qui n'a besoin d'aucune sécurité, sauf contre sa propre insignifiance.

Tout a commencé lorsqu'un pauvre homme, un immigrant polonais dans la quarantaine, a été obligé de poireauter pendant dix heures dans l'aéroport parce qu'un fonctionnaire avait décidé de l'ignorer et que personne d'autre n'avait jugé bon de s'occuper de lui.

Fatigué par le voyage et énervé, l'homme a perdu patience et a donné des signes de sa mauvaise humeur, ce que personne n'a le droit de faire dans le grand et beau Canada des United Empire Loyalists et des Orangistes.

Voyant que l'homme s'énervait, quelqu'un a tout de suite appelé la RCMP qui a couru sur place pour régler le cas. Cinq hommes de grosse taille armés jusqu'aux dents, y compris des fusils électriques Tazers pour abattre un homme seul et sans défense, et qui avait de plus le défaut très grave de ne pas parler anglais.

S'adressant au pauvre polonais comme s'ils avaient affaire à un dangereux criminel armé, alors que l'homme ne faisait que saisir une table pour se protéger, les sbires de la RCMP lui ont donné des ordres en anglais, que l'homme n'a jamais compris. Sans perdre une minute, security you know, les agents ont tiré avec leurs Tazers, abattant l'homme qui est tombé par terre. Non contents de voir l'homme tombé et impuissant par terre, les cinq se sont rués avec la dernière lâcheté sur le corps de l'homme déjà presque mort et sans défense, pour l'abattre davantage. Finalement, ils ont constaté qu'il était mort et que le use of force was no longer necessary.

La RCMP ne pourra mentir sur les faits puisque quelqu'un a filmé la scène en vidéo et qu'on peut le voir presque partout maintenant, y compris sur Vidéotron et LCN. Sur la Toile, il suffit de taper RCMP Vancouver et vous verrez la scène et les commentaires furieux en provenance, non du Québec mais du Canada anglais qui est humilié par sa propre police et aussi de Pologne. La ville de Vancouver perd la face. Difficile de comprendre qu'un corps de police puisse être aussi dégradé.

Le temps est venu pour nous de mettre la GRC dehors du Québec et d'y substituer des milices territoriales de citoyens soldats entraînés et formés comme en Suisse et en Suède, capables de faire le pendant de la force policière.

NOUS, avons déjà à régler avec la RCMP un compte particulièrement chargé. Le temps d'une première décision d'envergure est arrivé.

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 231 147

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    18 novembre 2007

    "Mettre la GRC dehors du Québec"
    Au rythme où Ottawa nous dépouille des services fédéraux qui nous coûtent cher, ces gens seraient morts de rire de se retirer sans compensation, comme au collège militaire, dans les bureaux de Postes qui ferment, les aéroports, les douanes où le personnel du B.C. font leur fête de port d'armes en se moquant des "poutines" québécoises.
    Craignent tellement l'indép. qu'ils vident les lieux depuis 30 ans et coupent l'emploi pour nous appauvrir et nous aculturer comme ils ont fait avec les premières nations,

  • Raymond Poulin Répondre

    17 novembre 2007

    La proposition de monsieur Sauvé équivaut à créer une Garde nationale québécoise, idée que j'applaudis des deux mains. Cependant, est-ce possible légalement au Canada? Ma préoccupation n'est pas juridiste mais pratique: si ce n'est pas possible sur le plan constitutionnel, ne risquons-nous pas qu'on nous en empêche par l'intervention armée (à supposer, bien entendu, qu'un gouvernement québécois ait le courage d'explorer cette avenue)? J'apprécierais qu'on nous éclaire là-dessus. Merci, monsieur Sauvé.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 novembre 2007

    Bonjour M. Jodoin,
    peut-être ne voyez-vous pas une levée de boucliers, mais je suis convaincu que sur ce passage, plusieurs actions souhaitent être prises par certains : «Le temps est venu pour nous de mettre la GRC dehors du Québec et d’y substituer des milices territoriales de citoyens soldats entraînés et formés comme en Suisse et en Suède, capables de faire le pendant de la force policière».
    Votre levée se manifestera à ce moment là, lorsque l'on demandera des volontaires pour entraîner des citoyens-soldats.
    Je demeure convaincu que beaucoup de gens de mon âge au lieu de palabrer comme réaction préfèreraient lever des boucliers de type milicienne. Pas ne passer à l'action à l'aveuglette, mais au moins savoir qu'on se prépare de notre côté. Juste ça vaudrait mille et un boucliers que vous voulez.
    Bien sûr, je ne connais pas tout ce qu'une milice implique, tous les jeux politiques que cela implique, comment elle doit être montée, les pièges que nous réserverons nos ennemis dans sa réalisation.
    Une levée de bouclier... facile, créer là cette milice ça sera de vrais boucliers.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 novembre 2007

    Bonjour monsieur Sauvé,
    Vu le sujet de votre intervention, je m'attendais à une 'levée de boucliers' de la part des lecteurs face à cet incident. Mais non, ce sujet est sans doute trop terre-à-terre. Est-ce de l'indifférence, ou bien refus, chez les Indépendantistes, de voir la réalité bien en face, telle que révélée par cet évènement!?
    Cette absence de réaction, vraiment trop tranquille, me fait penser au 'SILENCE' mis en lumière par Jean-Claude Pomerleau sous le titre "La STASI canadienne: Le silence des agneaux", il y a quelques jours, ici même. L'absence de commentaires, là aussi, est fracassante, si j'ose dire. Pourtant, ce texte est à lire et relire!
    Il y a une contribution sur un site européen (www.theatrumbelli.hautetfort.com) dont le contenu vous est sans doute familier. C'est le 15 novembre qu'elle a été affichée sur ce site-là. C'est daté (1999) mais on y trouve ce qui est pour le commun des mortels, détails après détails d'une réalité qui contredit l'image béate qu'ON veut bien nous donner de la "canadian confederation". (Mérite pas de majuscules) En espérant que les lecteurs iront y voir, et verront qu'il y a continuité entre ce qui s'y trouve, et ce que vous nous révélez ici, monsieur.
    Claude Jodoin