Droits et passe-droits

Billet de Caroline


Manitoba
Il serait illusoire de penser qu’il est possible de vivre uniquement en français au Manitoba. Sans une excellente connaissance de l’anglais, il est pratiquement impossible de travailler au Manitoba. Tous les habitants du Manitoba ont donc une bonne connaissance de la langue anglaise, même les francophones, ce qui facilite notamment, dans la vie de tous les jours, les échanges avec les personnes unilingues anglophones. Tôt ou tard, vous devrez utiliser la langue anglaise pour faire des achats, obtenir un renseignement, prendre l’autobus, chercher du travail.
Cependant, il existe bel et bien au Manitoba une communauté francophone, dynamique et structurée, composée d’environ 45 000 personnes. Ces francophones vivent principalement dans les quartiers francophones de Winnipeg et dans une quarantaine de villages francophones situés surtout au sud de la province. (gouv.mb.ca)
Nouveau-Brunswick
La présence francophone n’est pas très visible au Nouveau-Brunswick, les services publics et privés sont rarement disponibles en français. La langue de travail est le plus souvent l’anglais et l’affichage public et privé est largement l’anglais. (A. Boudreau)
Québec
Les Québécois seraient naïfs de croire que

la Charte de la langue française et

la promulgation du français comme langue officielle du Québec

les protègent d’un sort auquel d’autres n’ont pu échapper.
Montréal
Devant un public de nouveaux arrivants

la députée de Papineau, Vivian Barbot,

laquelle convenait que « l’anglais revient de plus en plus »,

livrait néanmoins, le 10 octobre dernier,

un plaidoyer en faveur du bilinguisme :

« On veut parler anglais, mais le français doit continuer à exister. »
Pour ce qui est de la construction d’un futur méga centre hospitalier

de langue anglaise, Madame Barbot s’est dite d’avis que les anglophones

possédaient des droits.
* * *
Les droits des anglophones sont ceux que nous leur consentons.

Ils comportent celui de faire des Québécois

une communauté francophone qui devra, tôt ou tard,

utiliser la langue anglaise pour faire des achats,

obtenir un renseignement, prendre l’autobus, chercher du travail

se faire soigner…
Si les politiciens souverainistes ne sont pas en mesure

de faire la nuance entre droits et passe-droits

comment pourraient-ils bâtir autre chose

qu’une province canadienne ?

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 565

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    15 octobre 2007

    Merci messieurs Deshaies et Jodoin pour la substance, l'ouverture et les horizons que vous voulez dégager dans l'abord de la question nationale. Et ce n'est pas les commandites ni Kyoto qui justifient notre combat. Notre combat n'est pas d'abord motivé par notre opposition à des politiques accidentelles ou circonstancielles du fédéralisme (que représentent ces épisodes) mais par l'essence même d'un régime politique qui donne tous les droits à la majorité et des droits à la minorité, comme le rappelle fort justement Bruno Deshaies. Notre combat est contre l'essence même du régime et non contre ses manifestations superficielles. Le fédéralisme dessert et deservira toujours la partie minoritaire. C'est une question de nature et non de politique au quotidien. Peut-on dire que la démocratie interne du régime joue et jouera toujours en notre défaveur? Pour gagner en profondeur, c'est surtout sur ces aspects qu'il faut faire porter notre combat.
    Gilles Verrier

  • Archives de Vigile Répondre

    15 octobre 2007

    Madame Moreno, permettez que je replace ici, une réponse que
    j'ai faite ce matin à un texte de messieurs Deshaies et Déry.
    Je crois qu'il s'inscrit dans l'esprit et la lettre de votre texte, et des réponses qu'il a suscité:
    Monsieur Déry, vous êtes en plein dans le mille !!! Et toc, en pleine gueule des "Loyalistes" et de leur complexe. Les exemples de cette attitude de leur part abondent. Il y en a un qui me saute aux yeux. Suivez-moi :
    La pièce "Henry V" de Guillaume Shakespeare est une de leurs obssesions préférées. On y voit en effet la chevalerie française, et rien qu’elle, se faire donner une raclée par la piétaille d’Henry au lieu-dit Azincourt, près du Pas-de-Calais, en Normandie. Or, il s’agit d’UNE bataille ; dans leurs esprits retors, tordus, ils y voient LA grande victoire de la Guerre de Cent Ans. Ben voyons ! "How else could it be ?" Le tout entériné par un traité avec le roi de France Charles VI, traité cédant la fille de Charles à Henry (tout de suite) et le Royaume de France itou lors de la mort de Charles. Et tout cela nous donne du bon théâtre ! Mais, ... et la réalité, elle ?
    Eh bien, Charles était fou ! Alors un traité avec sa signature, bof et re-bof ! Lorsque qu’il est mort, Henry V a essayé, par divers moyens de s’emparer de la couronne de France, il n’y a PAS réussi !! Point. voir WIKIPEDIA sous la rubrique "Charles VI". C’est du propre ! Alors, il faut avoir un esprit bien faussé pour se persuader qu’UNE bataille lui a donné un Royaume. Et les nôtres y croient. Question de confort du colonisé ?
    D’ailleurs, Guillaume Shakespeare a écrit une autre pièce, "Henry VI" (le fils du V) et c’est lui qui a été l’anglais "boutu hors de Fance", selon le voeu de Jeanne d’Arc, et de ses Compagnons (donc, pas pucelle ?), et c’est Charles VII (le fils du VI) qui a repris la Couronne du Royaume de France. Mais, voyez-vous, cette pièce, ils l’ont occultée ; ils ne peuvent y faire face. Pôvres petits conquérants !!! Et s’ils SEMBLENT gagner, c’est qu’on les laisse faire. Pôvres petits conquis !!! Faut prendre ses responsabilités, maintenant !!!!
    Avissse à la population => Les exemples de ce type abondent ; à commencer par leurs PSEUDOS-victoires sur ce continent. C’est la couardise de notre élite qui leur a donné la Novelle-France. Grrrr,. ....Fouillez, renseignez-vous, faites preuve d’initiative "internautique", vous verrez.
    Le ton de ce qui précède peut sembler, disons, amusant. Le sujet, par contre, est autrement plus sérieux. Il s’agit ni plus ni moins, de révéler les perfidies par lesquelles nous nous maintenons dans un état qui ne sied pas à ce que nous sommes vraiment !!
    Claude Jodoin

  • Archives de Vigile Répondre

    14 octobre 2007

    Les Anglo-québécois ont tous les droits.
    Dimanche, 14 octobre 2007 Bruno Deshaies
    Les Anglo-Québécois n’ont pas de privilèges, ils ont des droits. Ils ont tous les droits de la MAJORITÉ CANADIAN.
    Les Anglo-Québécois n’ont pas de privilèges, ils ont des droits. Ils ont tous les droits de la MAJORITÉ CANADIAN.
    En revanche, les Québécois-Français sont une minorité au Canada ! Ils ont des droits seulement. En ce sens, ils ne peuvent jouir réellement de passe-droits. Le conflit national, il est là-dedans. Tant et aussi longtemps que nos souverainistes-optimistes croiront qu’ils ont tous les droits, ils continueront à faire des débats et des combats sur des choses secondaires.

  • Archives de Vigile Répondre

    14 octobre 2007

    Salutation citoyennes et citoyens,
    Suite à la lecture de votre texte, Madame Moreno, je me suis posé une question. En effet, pourquoi les Anglos-Québécois disposeraient-ils de droits historiques par ici ? Ne sommes-nous pas tous égaux devant la loi Québécoise ?
    Vos interrogations soulèvent de la poussière, continuez votre réflexion au nom de la Patrie !