Donnez-moi un pays !

Donnez-moi un pays là, maintenant Sinon je ne comprendrai plus rien

Tribune libre 2008


Donnez-moi un pays qui a du souffle et de l’aile

Qui avance comme une vague déferlant vers son destin

Un pays porteur de lumière

À hauteur des rêves du soleil.

Donnez-moi le pays dont je rêvais en pleine jeunesse

Celui que je voulais à l’aurore du monde.

Donnez-moi un pays que je m’assois à la table d’un festin

Un pays de noces et de rires

D’enfance et d’horizon.

Donnez-moi le pays d’un poète

Le pays de Félix, de Neruda

Le pays de Vigneault, celui de Lorca

Donnez-moi un pays ancré en demain

Soustrait à l’odeur de la mort.


Donnez-moi un pays maintenant

Puisque c’est aujourd’hui que nous sommes vivants

Que nos poings s’ouvrent, que nos bras se tendent

Que notre parole se lève encore.

Donnez-moi un pays qui parle ma langue

Qui me parle en français et en joual

Qui me répond, qui me comprend.

Donnez-moi un pays pour la route de mes vacances

Pour le café du jour et le vin du soir

Qu’autour de la table, les désirs des hommes et des femmes d’ici

Libèrent nos frontières

Que leurs passions éclatent à la face la Terre.


Donnez-moi un pays là, maintenant

Sinon je ne comprendrai plus rien

N’oserai plus me souvenir d’hier

De la voix de mes ancêtres

De leurs espoirs, de leurs chemins.

Sinon, je deviendrai silence

Regret, désillusion.

Donnez-moi un pays bon pour l’âme

Bon pour la route

Bon pour la suite des jours

Un pays à portée de main

À hauteur des rêves du soleil.

Donnez-moi vite un pays

Le temps d’aujourd’hui compte ses heures

Et ma requête porte la voix

D’un peuple inquiet

Malgré des siècles de résistance légendaire.
France Bonneau

14 septembre 08

Featured 9667633ae5aaba20845bac85fb41b69e

France Bonneau39 articles

  • 29 183

France Bonneau est professeure de français auprès des adultes-immigrant-e-s . (MICC)





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Fernand Couturier Répondre

    15 septembre 2008

    Je viens d'entendre à la radio une chanson du nouveau disque de Gilles Vigneault dont voici le refrain:
    Sortir de sa cage
    Et trouver sa voie
    C'est un long voyage
    Arriver chez soi!
    Cité de mémoire. Le poète peut ici fort bien parler du pays,
    Patience et longueur de temps...
    Vigilance et vaillance !

  • Gaston Boivin Répondre

    15 septembre 2008

    Donnez-moi un pays!
    Je suis las d'être dehors,
    tout seul et tout nu dans la tempête,
    à y crier, à tue-tête,
    le désespoir de mes espérances,
    malgré ma rage de n'y être entendu,
    à m'époumonner,
    à travers le fracas du vent,
    vainement,
    comme un mortel en mal d'éternité,
    à qui l'écho même a renoncé à répondre.
    Donnez-moi un pays,
    comme l'on donne une maison
    aux sans-abri!
    Donnez-moi un pays,
    comme l'on donne un abri
    à ceux que l'ouragan
    a dépossédé!
    Donnez-moi un pays!
    Redonnez-moi le pays de mes ancêtres!
    Pour que cesse l'injustice faite à mon existence,
    pour que la liberté la reconnaisse,
    et pour qu'enfin je puisse m'en accommoder!
    Pourquoi ne nous ferions-nous pas cet accommodement,
    plus que raisonnable,
    cet accommodement juste et raisonnable!?