Déciviliser le Québec à tout prix? non merci

Couper les ponts au corridor migratoire Haïti-Montréal

Au nom de la préservation de notre niveau social

F19a7f37dc948804cc3d2a04d2f51db4

Tribune libre

Peut-être serait-il grand temps de songer à couper les ponts du corridor migratoire Haïti-Montréal très actif et à sens unique.



Pour bien en comprendre les raisons, donnez-vous la peine de regarder les illustrations de cet article.



Ce sont toutes des photos récentes de la population haïtienne, une pauvre société considérée comme l'une des plus mal fichue au monde, occupant le 170ième rang sur 189 pays dans l'échelle du degré de civilisation et du développement humain.



Les photos de cet article nous montrent des citoyens haïtiens ordinaires vaquant à leurs occupations quotidiennes, se comportant et réagissant aux diverses situations de la vie de la façon qui leur est coutumière.



Malgré toute l'aide humanitaire internationale et les milliards de dollars envoyés depuis 100 ans pour  rebâtir et développer, pour instruire et former, pour mettre fin à la violence, la corruption généralisée et au despotisme, la situation de crise et de marasme permanente ne semble vouloir qu'empirer avec le temps. Il faudra bien finir un jour par avoir l'honnêteté intellectuelle d'admettre que tous les ennuis, tous les problèmes, ne peuvent être toujours attribuables à des facteurs externes, à de malheureux coups du sort hors de leur contrôle.



L'erreur, le voeu pieux, communément repris par les diversitaires remplacistes consiste à faire croire qu'il suffit de parachuter au Québec de ces pauvres Haïtiens par centaines de milliers pour qu'ils deviennent instantanément et comme par enchantement des citoyens honorables, civilisés, bien élevés, éduqués, cultivés, raffinés, aux bonnes manières, parfaitement adaptés à la vie occidentale moderne qu'ils n'ont d'autre part jamais connue.



Non, ils restent comme sur les photos.



Et on en remplit la province à fond de cale, volontairement aveugle aux conséquences désastreuses.



Lors de la période de vaccination contre la covid-19 en avril 2021, les autorités sanitaires ont été forcées de communiquer en dialecte créole avec la communauté haïtienne montréalaise devant leur manque de collaboration civique, dans le but de tenter de les convaincre de participer à l'opération et de vaincre leur ignorance. Qui a prétendu qu'ils étaient francophones fonctionnels...



Les multiculturalistes de bas acabit voudraient même nous faire croire que ces pauvres hères deviendront du jour au lendemain, du simple fait de nous cotoyer, des êtres articulés, allumés, productifs, abonnés à l'OSM, lisant Marie Laberge, assistant au théâtre de Robert Lepage, s'extasiant devant la magistrale fresque de 40 m Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle, qu'ils acquerront une mentalité évoluée d'un simple claquement de doigts, se transformant en beau cygne blanc par osmose du simple fait qu'on leur accorde de venir vivre parmi une population à la mentalité plus évoluée.



Non, ils restent comme sur les photos.



Il faut voir les choses en face, faire preuve de lucidité et de clairvoyance. Un abîme infranchissable sépare la civilisation occidentale du reste du monde.



C'est pourquoi il importe de ne pas laisser venir le tiers-monde nous déciviliser. Le retour à la barbarie est la conséquence directe et inévitable de l'immigration massive aveugle et désordonnée.



Ce serait totalement insensé et irresponsable de laisser entrer par millions tous ces tiers-mondistes (et pas seulement les Haïtiens) dans un pays avancé comme le nôtre, en faisant fi de tous les dommages qu'ils finiront par y causer. Ensauvagement des moeurs, hausse marquée de la violence, de la criminalité, abaissement du niveau intellectuel général, création d'un climat de tensions explosives, insécurité des natifs, monopolisation des hlm conçus pour nos pauvres à nous et des banques alimentaires qu'ils pillent sans scrupule aucun, recours abusif et chronique aux services de santé, aux prestations d'aide sociale et vampirisation des organismes de charité qui font des dons de meubles et de vêtements, croyance au vaudou et autres superstitions, violence conjugale, et ce n'est là qu'un bref échantillon de la pléthore de troubles associés à leur afflux massif indiscriminé.



L'immigration tiers-mondiste coûte beaucoup plus cher qu'elle ne rapporte. Elle n'apporte que l'appauvrissement général.



La situation problématique qui vient d'être décrite par rapport à Haïti sera problablement bientôt rejointe par la problématique islamiste apportée par les musulmans qui ont pris pour cible le Québec. Et c'est sans parler de la problématique africaine et hindoue dont il faudra également reparler en temps et lieu.



Devons-nous nous réjouir au plus haut point que Montréal soit en passe de devenir la deuxìème ville haïtienne en importance après Port-au-Prince?



Au nom d'une certaine idéologie diversitaire indéfendable, le Québec doit-il être forcé de prendre un virage aussi périlleux, d'adopter un visage qui n'est pas le sien, ce phénomène de transformation démographique nous étant présenté comme si c'était là l'évolution normale de toute société, comme si c'était la promesse de jours meilleurs, l'aube d'un âge nouveau?



Il serait temps de songer à couper pour de bon les ponts du corridor migratoire Haïti-Montréal en aller-simple, avant que la situation ne se dégrade au point de ne plus être humainement gérable, et que nous devions tous en faire les frais.



Parce qu'eux restent comme sur les photos.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie606 articles

  • 1 128 962

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    8 septembre 2021

    La prolifération des crimes commis par des regroupements de Haïtiens ne connaît pas de limites.


    Elle est directement proportionnelle à leur accroissement en nombre.


    Une lutte de pouvoir se dessinerait entre un ambitieux caïd des Rouges et le clan de celui que la police a déjà décrit comme le « parrain » des gangs de rue montréalais, le criminel noir Gregory Woolley dont le bras droit est le criminel noir Jean Winsing Barthelus.





    Fondateur du gang les Syndicates, Gregory Woolley fut membre d’un club-école des Hells Angels et garde du corps de leur ancien chef, Maurice Mom Boucher, durant la guerre des motards, avant d’être condamné pour avoir comploté des meurtres.



    L’influent noir Woolley a été emprisonné durant cinq ans pour gangstérisme, avant d’obtenir sa libération conditionnelle en novembre dernier. Il doit rester en maison de transition jusqu’à l’automne prochain.



    Qu'on ait laissé sortir un criminel irrécupérable comme cette brute tient de la démence judiciaire.





    Le criminel noir haïtien Arsène Mompoint aurait profité de la détention de Woolley pour « se démarquer » et prendre du galon sur l’échiquier du crime organisé, d’après le SRCQ. 



    Le criminel noir haïtien Arsène Mompoint est présentement derrière les barreaux où il attend de subir un procès pour complot et trafic de stupéfiants. Qu'il n'en sorte jamais plus.



    Ex-leader des Unit 44, le criminel noir haïtien Arsène Mompoint est connu des services policiers depuis le début des années 1990. Et pourtant on finit toujours par le relâcher! Il doit être banni à vie du pays et retourner dans son pays de misère avec ses semblables.



    Son organisation serait impliquée dans le trafic de drogue, le trafic d’armes, l’extorsion et le racket de protection, d’après le SRCQ.





    Le criminel noir haïtien Frank Pascal Dieudonné, un « proche collaborateur » de Mompoint selon le SRCQ, a quant à lui été assassiné. Bon débarras.





    Cela fait dire au SRCQ que Mompoint serait en conflit avec certains représentants du crime organisé, dont possiblement Gregory Woolley et le bras droit de ce dernier, le criminel noir haïtien Jean Winsing Barthelus.





    Ce sont les groupes affiliés aux gangs de rue qui sont les plus actifs en matière de proxénétisme. Ils représentent en effet 10 des 16 organisations, soit une proportion de 62 %, selon le SRCQ.



    Tous les immigrés criminels doivent être expulsés du pays à la première offense.



    Source: Le «parrain» des gangs arrêté


  • Réjean Labrie Répondre

    4 septembre 2021

    Plus le nombre de Haïtiens augmente, plus la criminalité causée par des Haïtiens augmente.



    Déjà 100 fusillades à Montréal rien que cette année!



    L'ensauvagement de la société québécoise par les racailles ethniques criminalisées s'accentue de jour en jour à Montréal. Imaginez un peu:



    Selon une compilation de l'expert déposée en cour, environ 400 douilles ont été trouvées sur les scènes de crime à Montréal dans 115 évènements, en 2020. Cette année, en date du 24 août, on comptait déjà 367 douilles retrouvées lors de 100 fusillades.



    Les gangs de rue noirs s'entretuent à qui mieux mieux.



    Plus ils seront nombreux, plus la violence augmentera.



    Source: La presse 1er septembre 2021  Une centaine de fusillades à Montréal en 2021




    La brute Hensley Jean, toujours prêt à tuer sans aucun remords


    Cet immigré criminel endurci de race noire proche du puissant gang Zone 43 a été reconnu coupable par un jury d’une tentative de meurtre avec une arme à feu à Saint-Eustache en 2019. Il serait lié à un autre meurtre à Laval.



    La brute Hensley Jean, toujours prêt à tuer sans aucun remords



    Illustration: L'assassin et complice Jean Gérard Sterling III, toujours prêt à tuer sans aucun remords


    L'assassin et complice Jean Gérard Sterling III avait été condamné à 10 ans de pénitencier l’automne dernier pour son implication dans ce crime « ignoble ».


  • Réjean Labrie Répondre

    15 août 2021

    Ce qui complique la situation de retard du pays et de sa population, c'est la fuite des cerveaux.


    La fuite de cerveaux est un enjeu parce qu’elle touche plus de 75 % des Haïtiens sur le territoire, ayant un niveau post secondaire. A cet égard, Haïti occupait en 2013, la 2e position dans le classement mondial selon le rapport de la Banque Mondiale.


    Haïti est l’un des pays les plus drainés au cerveau au monde. Selon la publication du Fonds monétaire international de Statistique de l’éducation, le taux de scolarisation des universités en Haïti est légèrement inférieur à 1 pour cent, tandis que 84% des diplômés universitaires ont quitté le pays.



    Le journaliste haîtien Nelson Deshommes écrit: "Non, la fuite des cerveaux n'est pas une chance pour Haîti. Et avant de trouver la meilleure solution pour faire revenir nos expatriés, essayons de trouver une formule pour diminuer la fuite de nos cerveaux vers l'extérieur"


    Tous les Haîtiens ayant quitté leur pays ont le devoir moral d'y retourner sans délai pour aider à faire sortir leur pays de la misère. Le geste égoîste et l'intérêt personnel ne sont plus admissibles comme raison de quitter. Leur nation a besoin d'eux et elle doit redevenir leur priorité.


    Des programmes de rapatriement doivent être mis sur pied pour le salut de leur pays.