Essais québécois

Beaucoup d'histoire et des débats

Questions de société

Est-ce un effet du 400e anniversaire de la fondation de Québec, qui se trouve aussi être, on ne le dit pas assez, l'anniversaire de l'Amérique française, mais toujours est-il que c'est l'histoire, cette saison, qui sera à l'honneur dans l'univers des essais québécois.

Le phénomène n'est pas vraiment nouveau puisque ce champ est toujours bien occupé d'une saison à l'autre, mais son ampleur, dans les prochains mois, sera particulièrement remarquable. Avant d'y venir, passons toutefois en revue quelques ouvrages plus directement reliés à l'actualité et aux autres champs.
Politique et société
S'ils se réclament tous les deux d'une certaine «lucidité» commune, Joseph Facal et André Pratte ne s'entendent pas sur le statut politique que devrait avoir le Québec dans l'avenir. Figurant parmi les meilleurs argumentateurs de leurs camps respectifs, ils échangeront, au Boréal, en mars, des Lettres sur l'avenir du Québec. Pour les amateurs de débats de qualité, c'est une bonne nouvelle.
Dans une perspective plus philosophique, chez le même éditeur, Daniel Jacques et Michel Seymour alimenteront aussi ce débat. Le premier signera Fatigue politique du Québec français et le second, De la tolérance à la reconnaissance. Une théorie libérale des droits collectifs. Plus tard en saison, Luck Mervil ajoutera son grain de sel à la discussion sur les accommodements raisonnables en publiant, aux Intouchables, Le métissage rend beau. Chez Novalis, Micheline Milot fera le point, en 25 questions, sur La Laïcité.
Chez Fides paraîtront deux brefs ouvrages qui se présentent comme des suppléments à L'Annuaire du Québec. La Culture, notre avenir! 21 priorités citoyennes pour la culture québécoise sera signé par Aude Lecointe et Céline Saint-Pierre et Osez la solidarité! L'innovation sociale au coeur de l'économie québécoise sera dirigé par Marie-Hélène Méthé. Aux PUL, Frédéric Boily se penchera sur Mario Dumont et l'ADQ: entre populisme et démocratie.
Aux Éditions Écosociété, quatre essais militants marqueront la saison: un Dictionnaire critique de la globalisation, de Jacques B. Gélinas, L'Impasse de la globalisation, de Michel Freitag, Le Livre noir du Canada en Afrique, d'Alain Deneault, et Pour une ville qui marche. Aménagement urbain et santé, de l'épidémiologiste Marie Demers.
Chez Lux, on annonce, entre autres, Propaganda. Comment manipuler l'opinion en démocratie, de l'Américain Edward Bernays, En lutte!, le volume II des écrits politiques de Charles Gagnon, et Les Dépossédés, du Français Daniel Bensaïd. Aux Éditions Mémoire d'encrier, le sociologue André Corten nous offrira L'Autre Moitié de l'Amérique du Sud. Lettre à mon petit-fils.

Chez Septentrion, un collectif de la chaire Raoul-Dandurand lancera L'Erreur. Pourquoi l'échec américain en Irak?. Chez Michel Brûlé, l'économiste Alain Therrien signera De l'urgence d'adopter le dollar US. Aux Éditions Nota bene, le trio Vincent-Laforest-Turbide analysera le phénomène de la radio de confrontation dans La Radio X, les Médias et les Citoyens.
Philosophie, psychologie et science
Beaucoup de philosophie, comme d'habitude, chez Liber. Le nihiliste Lawrence Olivier plaidera pour le doute radical dans Détruire. Autobiographie universelle. Le pédagogue Jacques Sénécal ira presque dans le sens contraire avec Le Bonheur philosophe, de Pythagore à Al Gore. Plus méditatif, Alain Médam livrera Penser, encore. L'éthicien suisse Roger Cevey nous introduira à L'Éthique selon Mafalda, alors que sa collègue québécoise Margaret Somerville analysera la portée éthique des avancées scientifiques dans L'Imagination éthique. Aux PUL, on rééditera un classique de Charles De Koninck bellement intitulé Tout homme est mon prochain.
Chez Fides, le romancier et penseur Jean Bédard nous proposera de choisir entre Le Pouvoir ou la Vie, alors que le vulgarisateur scientifique Claude Boucher racontera Une brève histoire des idées. De Galilée à Einstein. Il faudra attendre la fin de mars pour pouvoir lire, au Boréal, Parlons science, des entretiens avec Yanick Villedieu menés par Yves Gingras. Dans le registre théologique, on attend Le Miracle en nous. Le vrai message des Évangiles, de Tom Harpur.
Au rayon de la psychologie, trois titres se démarquent: Psychopathologie de la gestion, du psychologue styliste et humoriste Bernard Demers, chez Liber; Couple en crise. De la désillusion à la découverte, de François Lefebvre, chez Fides; Nouvelle masculinité, un ouvrage à saveur psychosociologique, sous la direction d'Isabelle Boisclair, chez Nota bene. À noter aussi, la parution des Mémoires d'Hubert Reeves, chez Boréal.
Littérature
Quatre titres retiennent l'attention. De chez Nota bene, on attend La Poésie immédiate, des essais de Pierre Nepveu sur la poésie québécoise contemporaine, Précarité de Brault, sous la direction de François Hébert et Nathalie Watteyne, et Le roman vu par les romanciers, un collectif portant notamment les signatures de François Ricard, Yvon Rivard et Michel Biron.
À L'Hexagone, Paul Chamberland publiera Coeur creuset, ses «carnets 1997-2004».
Histoire
De tout, donc, pour tous les goûts, en cette année du 400e anniversaire. Au Boréal, trois titres: Ignace de Montréal, de Roberto Perin, Le Peuple, l'État et la guerre au Canada sous le régime français, de la regrettée Louise Dechêne, et Une douce anarchie. Les années 1968 au Québec, une histoire du mouvement étudiant des années 1960 signée Jean-Philippe Warren. Aux PUQ, Karine Hébert lancera Impatient d'être soi-même. Les étudiants montréalais, 1895-1960.
Chez Michel Brûlé, cinq titres: le Journal de Lévis, présenté par Roger Léger, Honoré Mercier. Un des plus grands premiers ministres de l'histoire du Québec, par Pierre Couture, Plus ça change, plus c'est pareil, des chroniques de Guy Giguère inspirées par une relecture du journal La Minerve, Sur la piste de Jean-Daniel Dumas, un essai de Russel Bouchard sur un héros de la guerre de Conquête, et 101 mots à sauver du français d'Amérique, d'Hubert Mansion.
Chez Septentrion, plus d'une dizaine de titres, parmi lesquels Histoire populaire du Québec, tome 5, 1960-1970, de Jacques Lacoursière, Éxilés par ordre du roi. Le cas des fils de famille et des faux-sauniers en Nouvelle-France, de Josianne Paul, Onontio le médiateur. La politique coloniale française en Amérique du Nord (1603-1717), de Maxime Gohier, et La Censure du cinéma au Québec, d'Yves Lever.
Aux Intouchables, Éric Cardinal publiera Alliés depuis toujours, un essai sur la relation entre Blancs et autochtones, d'hier à aujourd'hui. Chez Fides, on pourra lire Les Origines catholiques de la Révolution tranquille, de Michael Gauvreau. Aux PUM, Pierre Bonnechère signera Profession historien, alors que Rodolphe De Koninck proposera Profession géographe et Jean-François Cottier, Profession latiniste.

Aux PUL, Suzanne Clavette retracera le parcours de Gérard Dion et Jean-Marie Lebel racontera Québec dans les Chroniques de la Capitale, 1608-2008.

Chez Lux, Mathieu Houle-Courcelles nous entraînera Sur les traces de l'anarchisme au Québec, 1860-1960 et John Gilmore fera l'histoire du jazz à Montréal dans Le Paradis du swing.
Aux Éditions Athena, en histoire militaire, deux titres: La Mort pour ennemi, une histoire de la médecine militaire canadienne signée Bill Rawling, et Instruire une armée. Les officiers canadiens et la guerre moderne (1919-1944), d'Yves Tremblay.
Chez VLB, enfin, on pourra lire une Histoire de la bande dessinée au Québec, de Mira Falardeau, et des Promenades à Québec, 50 chroniques du romancier Pierre Caron sur Québec et son histoire.
Non, nous ne sommes pas nés d'hier!
Collaborateur du Devoir
- source


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé