Le peuple fondateur de la nation mérite une fête spécifique

À quand une fête dédiée exclusivement aux Québécois de souche?

On célèbre toutes les minorités mais pas Nous la majorité!

Bb9704fcd400f69fa294deffb6a3652e

Tribune libre

À quand une fête dédiée exclusivement et uniquement aux Québécois de souche en tant que groupe? Il serait grand temps de remédier à cette grave lacune.



Les minorités raciales et ethniques en veulent tellement aux Occidentaux d'être les sociétés les plus avancées de la planète, que pour se venger, elles se sont mises à proférer à cris et à sang d'injustifiables accusations d'appropriation culturelle à la moindre occasion, cherchant à bâillonner la libre expression artistique, et plus spécifiquement la démarche individuelle de l'artiste qui a le droit absolu de se pencher sur tous les sujets du monde en proposant son angle personnel de vision et d'interprétation des choses de la vie. Que ces minorités piailleuses présentent leur propre vision en réponse à celle-ci si cela leur chante.



Si on s'abaissait à utiliser le même genre de procédés, on pourrait à notre tour les accuser de s'être approprié notre fête de la Saint-Jean-Baptiste du 24 juin, choisie et créée à l'origine précisément pour célébrer le peuple fondateur canadien-français, qu'on appelle depuis les Québécois de souche, les Québécois pure laine, les Québécois tissés serrés.



En effet, depuis quelques années, on cherche à détourner, comme des terroristes détournent un avion vers des gratte-ciels, le sens premier de cette fête pour en faire une espèce de fourre-tout diversitaire, farci à la guimauve inclusive, un ramassis babélique indigeste, multiculturel, multi-ethnique, multi-racial, multi-origines, multi-langues, multi-orientations, bref, un beau gros multi n'importe quoi dégoulinant de bonnes intentions, apprêté avec un arrière-goût persistant de malbouffe bien-pensante et rééducatrice qu'on nous pousse dans le gorgoton.



Et nous, là-dedans? On voudrait qu'on se pousse, qu'on cède la place, de plus en plus de place, et éventuellement toute la place. On nous relativise, on nous folklorise, on nous écarte, on nous minimise, on nous remplace.



La démonstration la plus récente de cette fâcheuse tendance? La propagande diversitaire dans toute sa méprisable splendeur triomphale était patente lors du dernier spectacle télévisé de la Saint-Jean.



Cela crevait les yeux dès la présentation du tout début faite par plusieurs intervenants qui chacun représentait une minorité quelconque, certaines étant doublement ou triplement représentées:



1- Kim Thuy, choisie d'abord et avant tout parce qu'elle est une vietnamienne


2- Mylène Paquette, rare Québécoise de souche


3- Alexandra Strelinsky, choisie d'abord et avant tout parce qu'elle est juive


4- Grégory Charles, choisi d'abord et avant tout parce qu'il est noir


5- Fabrice Vil, un parfait inconnu noir (prenant la place de plusieurs artistes québécois absents mieux connus et appréciés du public) là en tant que minorité visible


6- Pierre Lapointe, choisi d'abord et avant tout parce qu'il est ouvertement gai


7- Daniel Boucher, rare Québécois de souche


8- Stanley Vollant, choisi d'abord et avant tout parce qu'il est autochtone


9- Janette Bertrand, choisie d'abord et avant tout pour représenter les vieux et le féminisme de par ses déclarations


10- Saramée, rappeuse africaine sénégalaise choisie d'abord et avant tout parce qu'elle est de race noire et ouvertement anti-Blancs à la sauce Woke aggressive


11- Coeur de Pirate, choisie d'abord et avant tout pour représenter les LGBTQ+



Au fur et à mesure qu'ils défilaient l'un après l'autre sous nos yeux, il était facile à deviner qu'on ne montrait pas l'artiste, mais bien ce qu'il représentait en tant qu'ethnie, race, orientation, idéologie, et qu'on cherchait à élever sur le même pied que le peuple fondateur.



On se rend compte que ces personnes n'ont pas été choisies au départ en fonction de leur talent ou de la place qu'ils occupent dans le panthéon de nos grands artistes, non, mais uniquement sur la base de pouvoir faire la promotion de la diversité tous azimuths. Ce qui était présenté comme un spectacle, était en fait de l'endoctrinement idéologique à grande échelle. Imaginez: on a monopolisé les ondes des 4 réseaux québécois pour que personne ne puisse échapper au matraquage du message diversitaire. Un exemple patent de la dictature intellectuelle de la pensée unique!



Comme on peut le constater dans la liste précédente, malgré que les Québécois de souche forment la majorité de la population du Québec, ils étaient ici relégués à une infime portion de ce qu'ils représentent démographiquement.



Devant cet état de chose qui laisse beaucoup à désirer, il serait grand temps de mettre sur pied une fête d'envergure célébrant exclusivement la nation québécoise de souche, d'origine européenne et issue de la Nouvelle-France dont nous sommes les fiers descendants. Nous formons toujours la majorité de la population.



Actuellement, les fêtes de la Nouvelle-France célébrées à Québec peuvent nous donner un aperçu d'à quoi l'événement pourrait ressembler. Idéalement, cela devrait couvrir la période des débuts de la colonie jusqu'à aujourd'hui.



Par ailleurs, j'ai déjà proposé de mettre sur pied le Mois du Québec, qui curieusement n'existe pas encore, bien qu'il existe des mois entiers consacrés à toutes sortes de minorités...



L'occasion serait venue de célébrer la nation qui a plus de 13 générations à son actif réparties dans nos villes et villages. La formidable nation qui a su conserver sa langue, sa religion, ses coutumes et ses moeurs, sa culture distincte, qui a su grandir et prospérer envers et malgré toutes les embûches et les embâcles. Une nation fière à juste titre, possédant un passé digne de mention, des héros et des braves, une nation qui a su rester soudée et tissée serrée, une nation qui avance dans une continuité linéaire, qui relie telle une ligne de transmission les générations entre elles.



Tous les peuples ont une fête, sauf le nôtre on dirait! Ça n'a pas de sacré bon sens!



Les Irlandais ont la leur, qu'ils fêtent même ici. Les Canadiens se fêtent le 1er juillet. Nos frères acadiens ont leur Grand Tintamarre. Mais nous, rien de rien! Aucun événement juste pour nous tout seuls. On le mériterait bien, pourtant, non? Hé là, on existe!



Quant à nos proches parents les Canadiens-français hors Québec, ont-ils une fête pour se retrouver, souligner ce qu'ils sont? Célèbrent-ils comme nous la Saint-Jean? Se sentent-ils le moindrement concernés par les liens qui nous unissent? En sentent-ils seulement encore le besoin? Sont-ils si assimilés au point de considérer que leur fête a lieu uniquement le jour de la Confédération le 1er juillet et que cela leur suffit amplement?



Quelle date pourrait-on choisir?




(Texte rédigé pour souligner mon 600è article publié sur le site nationaliste Vigile valorisant notre identité collective québécoise)


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie606 articles

  • 1 128 962

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Alexandre Cormier-Denis Répondre

    23 août 2021

    La fête nationale des Canadiens français est la Saint-Jean-Baptiste, pas besoin d'en inventer une autre.




    Sur le sujet :


    https://nomos-tv.com/la-saint-jean-baptiste-nationaliste-en-direct


    • Éric F. Bouchard Répondre

      25 août 2021

      Le problème soulevé par Réjean Labrie est pourtant bien réel, la Fête nationale (comme toute la québécitude) est devenue célébration de la diversité. Alors on fait quoi? On continue à s’inscrire dans cette diversité québécoise à titre de « de souche » déclinant, ou bien on relève la distinction nationale de nos pères? L’idéal serait d’obtenir de Québec qu’il reconnaisse la nation canadienne-française en soi, de même que comme référent identitaire et socle du peuple québécois, ce qui l'obligerait à recadrer toutes ses actions. Cela devrait être fait de manière statutaire, mais à la condition que de développer un réquisitoire ou un plaidoyer suffisamment étoffé pour être considéré en droit canadien et en droit international, et de constituer aussi un lobby des plus conséquents. Ne serait-il pas constructif d’y travailler?

    • Réjean Labrie Répondre

      24 août 2021

      Cher M. Cormier-Denis, comme vous avez raison de souligner que la fête du peuple canadien-français a toujours été le jour de la célébration de la Saint-Jean-Baptiste. Pour les nationalistes et les patriotes comme vous et moi, cela ne fait pas de doute dans nos esprits.


      L'inconvénient, c'est que nous nous sentons désormais dépossédés de ce qui nous appartenait en propre, la célébration des descendants du peuple fondateur. On nous a volé notre fête, tout comme le fédéral nous a volé notre hymne national Ô Canada.


      D'autres que des Canadiens-français se servent de la Saint-Jean-Baptiste pour se fêter eux.


      C'est exactement comme si les Chinois se mettaient tous à célébrer le Nouvel An chinois le 24 juin. Ce serait s'emparer de quelque chose qui ne leur appartient pas en propre.


      La célébration actuelle de la fête nationale est devenue un pot-pourri de toutes les minorités imaginables, qui cherchent à se mettre sur le même pied que le peuple fondateur multiséculaire.


      Et perdus au milieu de ce paquet de minorités hétéroclites, on voudrait que les Canadiens-français se considèrent comme juste l'une d'entre d'elles, sans rien de plus, sans mérite particulier, dans un geste minimisateur malveillant de notre contribution et de notre apport.


      Comment alors concilier le désir légitime de se retrouver entre Québécois de souche et de se fêter gaiement, et le désir de reconnaissance des minorités de plus en plus envahissantes?


      Plusieurs choix s'offrent à nous:


      - ou bien on exclue les minorités des festivités de la Saint-Jean-Baptiste du 24 juin, une éventualité qui déplairait aux autorités, aux médias, aux minorités et à la bien-pensance inclusive


      - ou bien on se donne notre propre fête un autre jour, celle qui nous reflétera particulièrement, rien que nous


      - ou encore, on pourrait songer à célébrer uniquement les Québécois de souche le 24 juin, auxquels les autres s'ajouteraient le 25 juin, en étalant les célébrations sur 2 jours.


  • Éric F. Bouchard Répondre

    21 août 2021

    Encore une fois, vous démontrez la nécessité de vivre et de célébrer notre distinction nationale. Or, pour cela, il n’y a pas 36 solutions, il faut reprendre notre identité ancestrale, celle que nous a fait abandonner au profit de la diversité québécoise. Défendre les Canadiens-Français du Québec, la nation de nos pères et mères, commence par se nommer comme eux pour se placer en totale filiation avec eux. Cela voudrait dire fêter à leur suite et avec autant d'éclat qu'eux, la Saint-Jean-Baptiste. La « vraie » québécitude n’a jamais existé, mais pour notre malheur, elle subsiste comme un trésor précieux dans la tête des « de souche » vieillissants. Quand admettrez-vous enfin que la québécitude mène à l’assimilation, quand vous réveillerez-vous? En 2036, lorsque nous serons devenus minoritaires, il sera bien tard.