Écosse et indépendance

Québec

À suivre de près

ÉCOSSE

Le premier ministre dévoile son livre blanc sur l'indépendance



GLASGOW - Le premier ministre nationaliste écossais, Alex Salmond, a dévoilé mardi à Glasgow son livre blanc promettant une Écosse «plus juste et plus prospère» en cas de victoire du oui au référendum d'indépendance qui ferait voler en éclats le Royaume-Uni, dans 10 mois.

À suivre de près

À un an du référendum en Écosse - Quelle comparaison avec le Québec?



Dans exactement un an jour pour jour, les Écossais seront appelés à se prononcer, par voie de référendum, sur l’avenir politique de leur nation. La question référendaire qui leur sera posée le 18 septembre 2014 devrait, selon toute vraisemblance, être la suivante: «L’Écosse devrait-elle devenir un pays indépendant?» («Should Scotland be an independent country?»). À un an de la tenue de ce référendum, quel appui les Écossais semblent-ils vouloir donner à cette option? Et comment les Québécois se comporteraient-ils face à une question référendaire similaire?

Québec

Il se passe de drôles de choses en Écosse

Scottish independence: Tories could swing yes vote

Scott MacNab


L'ancien premier ministre travailliste Henry McLeish a mis en garde ses sympathisants contre une «crise» au sein des forces unionistes en Écosse et contre «une tempête parfaite» qui se prépare au sein de l'électorat. Selon lui, le camp du OUI risque de l'emporter lors du prochain référendum sur l'indépendance de l'Écosse.

Québec

En Écosse, les dirigeants d'affaires encouragent à voter OUI

Independence: McColl says ‘No’ vote bad for Scotland



L'un des hommes d'affaires les plus en vue d'Écosse, Jim McColl, a mis en garde ses concitoyens contre un NON au référendum de l'année prochaine. Si l'Écosse décide de demeurer au sein du Royaume-Uni, a-t-il affirmé, son avenir sera des plus sombres.

Québec

On concrétise les choses, petit à petit. Le compte à rebours est enclenché.

L'Écosse se prononcera sur son indépendance le 18 septembre 2014



La date du référendum d'indépendance en Écosse a finalement été fixée au 18 septembre 2014, a triomphalement annoncé jeudi le premier ministre écossais Alex Salmond qui a fait de l'émancipation du «pays des Scots» le combat de sa vie.

Québec

« L’incontournable principe d’effectivité »

L'Écosse : un allié impossible



Qu’est ce qui peut porter cette nation « anglo-celte », qui a si bien profité des richesses et de la gloire de l’Empire britannique, à vouloir mettre un terme à une union constitutionnelle, librement acceptée, union qui a d’ailleurs été souvent présentée comme un modèle d’achèvement depuis son adoption, il y a plus de trois siècles.

Québec

Cameron admet que l'Écosse pourrait prospérer en tant que pays indépendant

David Cameron presse l'Écosse de ne pas sortir du Royaume-Uni



Selon le premier ministre, briser cette union qui dure depuis plus de trois siècles entre l'Écosse et le Royaume-Uni «appauvrirait» l'une comme l'autre.

Référendum sur l'indépendance

Scotland has it right



No PQ leader, no Quebec Liberal leader, has acknowledged the rule of law on the issue of secession. On Sept. 8, 1995, Superior Court Justice Robert Lesage declared Mr. Parizeau’s referendum bill “manifestly illegal.”

Tout le monde en place pour un set ! « Reel » écossais endiablé en perspective Texte repris sur http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/219338-ind%C3%A9pendance-de-l-ecosse-le-gambit-de-salmond-par-richard-le-hir

Indépendance de l’Écosse

Le gambit de Salmond

Les règles du jeu viennent de se préciser pour l’accession du Québec à l’indépendance


Or, il y a tout lieu de croire que la démarche convenue entre le Royaume-Uni et l’Écosse aurait valeur de précédent entre le Canada et le Québec, et que la déclaration du premier ministre David Cameron à l’effet que le Royaume-Uni « ne peut en aucune façon garder un pays en son sein contre la volonté de son peuple » aurait valeur de principe en common law et serait opposable à un premier ministre du Canada qui prétendrait agir autrement dans le cas du Québec.

Québec

L'Écosse et le Royaume-Uni en terrain miné

Indépendance de l'Écosse

Cameron donne son feu vert à un référendum

Judith Adams


Les Écossais répondront à une question claire sur l'indépendance , par « oui » ou par « non ». Le Royaume-Uni « ne peut en aucune façon garder un pays en son sein contre la volonté de son peuple » - David Cameron, premier ministre du Royaume-Uni, 15 octobre 2012

« Ce serait tout de même le diable si l’avenir du Québec devait finir par se jouer sur un air de cornemuse. » - {Richard Le Hir, {{Vigile}}, 1er février 2012}

Scottish independence referendum

PM expects to sign deal next week

Agreement will give Scottish parliament legal power to stage 'yes or no' referendum on whether Scotland should stay in UK


Londres et Édimbourg s'entendent sur la tenue d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse

L'Europe incomprise



Trois événements récents sont venus perturber le fragile équilibre que l'Europe avait réussi à établir. L'instabilité politique en Grèce dans l'attente des élections du week-end prochain dont l'enjeu est les politiques d'austérité pour remettre le pays sur pied; le second tour des législatives frança...

Référendum écossais: en campagne pour l'indépendance



Andy Buchanan Agence France-Presse Édimbourg, Écosse - Le leader éco...

A reality check on the language front



Recently The Gazette has published a myriad of columns and readers’ letters reflecting the state of English and the anglophone community in Quebec. Generally these pieces have expressed anger, irritation, shock, anguish and existential angst. They are intelligent, deeply felt, well-written, understandable and frequently justified. Sadly, they appear almost blind to the world view of Quebec’s francophone population....

Une critique injuste



Dans une entrevue qu'il a accordée à la BBC plus tôt cette semaine sur le référendum qui déterminera si les Écossais demeurent au ...

Le prophète de Gatineau...

Don’t worry, Ignatieff, Quebec isn’t leaving



Michael Ignatieff got it dead wrong. Carried away by the force and beauty of his own rhetoric, the eminent egghead landed on the conclusion that, ye...

Michael Ignatieff and the Quebec dependence movement



Michael Ignatieff make a gaffe? Stop the presses. In a recent interview with the B...

LE MODUS OPERANDI DES SPOLIATEURS (17)

Ignatieff « score » dans le filet fédéraliste

Vaches maigres à l’horizon ?


L’Oncle Paul n’est même pas obligé de dire combien il a mis. Pauvre lui, ses affaires vont plutôt mal. Sarkozy est foutu, Charest est mal en point, Legault ne perce pas, et il n’est pas trop sûr de pouvoir faire confiance à Pauline. À la rigueur, il pourrait peut-être s’en accommoder s’il ne s’agissait que d’elle, mais le PQ est vraiment une entité trop imprévisible (le siège du chef est éjectable), et l’incertitude est déjà à son comble.

Michael Ignatieff - Deux pays



L'ancien chef du Parti libéral Michael Ignatieff a créé une petite commotion au Canada en parlant librement de la souveraineté prochaine du Québec et de l'Écosse dans une entrevue à la BBC Scotland. Il avait probablement oublié qu'aujourd'hui, l'information circule à la vitesse de la lumière. Ce qu'a dit l'ancien politicien redevenu universitaire n'est pourtant pas si extraordinaire. Ce sont plutôt des évidenc...

Ignatieff et souveraineté: malaise à Ottawa

Pour ajouter à la confusion, voilà qu'un ancien chef du Parti libéral du Canada affirme que l'indépendance du Québec est inéluctable, ajoutant ainsi sa voix à celles d'autres fédéralistes. Le monde à l'envers.


(Québec) Volatile et dure à cerner, l'opinion des électeurs? Et comment! Ils vont de droite à gauche. Sur la question nationale, ils se montrent aussi hésitants. Fédéralistes ou souverainistes à géométrie variable. Pour ajouter à la confusion, voilà qu'un ancien chef du Parti libéral du Canada affirme que l'indépendance du Québec est inéluctable, ajoutant ainsi sa voix à celles d'autres fédéralistes. Le monde à l'en...

Cet étrange pays appelé Canada

Vrai, l'appui à la souveraineté est au plus bas. Mais ce n'est pas par enthousiasme fédéraliste. C'est par lassitude, par accommodement et par manque de drame.


Ce n'est pas vraiment la fin de l'unité canadienne que Michael Ignatieff pleure dans son entrevue à la BBC. C'est la fin d'une «certaine idée du Canada». Dans le spin politique instantané, tout le monde a mis en relief quelques imprécisions et une moitié de prédiction d'indépendance du Québec. C'est vrai qu'il a été cité hors contexte. Voici cet ancien chef du Parti libéral du Canada, redevenu prof de scien...

Demain l’indépendance: Après Justin, Ignatieff !

Le problème est que nous n’avons plus rien à nous dire. Il y a une sorte de contrat d’indifférence mutuelle.


Après le fils de Pierre Trudeau, évoquant en février la possibilité qu’il appuie l’indépendance du Québec si le Canada vire trop à droite, voilà que l’ex chef du Parti de Trudeau, Michael Ignatieff, annon...

Michael Ignatieff hands Quebec separatists an unexpected gift



In February, Justin Trudeau shocked Canadians when he told a Radio-Canada interview...

C'tivident! "Je parle pour ne rien dire"...

Indépendance du Québec: les propos de Ignatieff surprennent



L’ancien chef libéral fédéral Michael Ignatieff avait suggéré, lors d’une entrevue à la BBC, que le Québec et le Canada étaient pratiquement déjà deux pays souverains.

WOW, allô la thèse de Moore.... une prothèse... Uni plus qu'hier, moins que demain... Connard!

Ignatieff souhaite que le Québec reste au sein du Canada



«C'est la responsabilité de M. Ignatieff, de M. Rae et du Parti libéral de faire des déclarations pour unifier le pays, pas de nous diviser, a-t-il dénoncé (James Moore). Et la thèse de M. Ignatieff est entièrement fausse: le Canada va être uni aujourd'hui, demain et pour une centaine d'années qui s'en vient.»

Quebec will 'eventually' become independent: Ignatieff



---- By PETER O’NEIL, Vancouver Sun OTTAWA— Former Liberal leader Michael Ignatieff says Quebec will “eventually” become an independent country and that a victory for Scottish sepa...

Scottish independence

It’ll cost you

Scottish independence would come at a high price


IN 1698 the nobles and landowners of the Kingdom of Scotland tried to elevate their country to a world trading nation by colonising the isthmus of Panama. The Darien scheme failed and nearly bankrupted the country. Within a decade Scotland had sig...

Scottish independence

MoD criticised for independence complacency



By David Maddox and Andrew Whitaker - A POWERFUL Westminster committee has heav...

The End of Labour?

Colin Kidd writes about the Scottish Question


Colin Kidd writes about the Scottish Question _ Vol. 34 No. 5 · 8 March 2012 The prospect before the Labour Party has changed very dramatically since the start of the year. Instead of a hard but manageable slog to overtake the Conservatives as Britain’s largest party at the next general election, Labour politicians now contemplate a dismal scene of long-term exclusion from government: from the governmen...