Une autre Pratterie…

Tribune libre - 2007



Dans sa [chronique éditoriale de ce matin,->7440] le chef éditorialiste à La Presse André Pratte y va d'une assertion plutôt étonnante : "Les Québécois apprécient donc toujours leur identité canadienne, certes plus diffuse, moins émotive que la québécoise mais tout de même tenace. Par delà les aléas de la conjoncture, les Québécois n'ont pas dérogé à leur choix fondamental, celui qu'ils ont fait en 1867: s'associer aux Canadiens anglais pour être plus forts face au monde tout en défendant avec acharnement leur autonomie et leur culture."

Je voudrais bien voir l'éditorialiste de La Presse nous expliquer comment le peule québécois a-t-il fait ce choix de "s'associer" au peuple canadien en 1867, par quel référendum, par quelle consultation populaire ?

Ce que Pratte se garde bien de faire surgir dans ce souvenir historique, c'est que cette "association" du peuple québécois au reste du peuple canadien anglais n'est en fait rien d'autre qu'une méthode d'assimilation dissimulée et conséquence directe du rapport de Lord Durham.

Dans l'art de la Pratterie, personne ne réussira à surpasser son inventeur, maître d'un sophisme particulièrement insidieux !

Normand Perry

Chroniqueur à Vigile.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 88 935

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    28 juin 2007

    C'est ce qu'on appelle du révisionnime. Affirmer que les Québécois ou plutôt les canadiens français ont été associées au projet de confédération de 1867 constitue un mensonge. Monsieur Pratte sait que les québécois connaissent mal leur histoire et il en profite...surtout qu'à la Presse il ne risque pas d'être contesté, il ne publie pas les lettres qui ne font pas son affaire...
    Réal Ouellet
    Chicoutimi
    .