Quand Justin Trudeau cherche à profiter de la pandémie

7ab41f1227b9dd5c975a9063a40056f7

Ottawa a toujours profité des crises pour centraliser les pouvoirs : malheureusement, Legault n'est pas Duplessis...


On le dit et redit, il faut cultiver, dans la présente crise, un sentiment élevé du bien commun, en cherchant à transcender, le temps de l’épreuve, nos désaccords politiques ordinaires.  


C’est juste. Tous, nous traversons un moment historique exceptionnel, et particulièrement pénible. Nos sociétés fondées sur le culte du mouvement ont dû s’immobiliser d’un coup, et l’étrange poésie du confinement des premiers jours de la crise s’est complètement dissipée. En ce moment, nous sommes plongés dans une angoisse collective, à l’annonce d’un déconfinement difficile et graduel dans lequel certains veulent voir une entreprise improvisée. La crise sociale et économique qui suivra pourrait aussi être particulièrement destructrice. Jamais l’art de gouverner n’aura joué un tel rôle dans l’histoire récente de nos sociétés. 


Il ne faut pas non plus, toutefois, abolir son esprit d’analyse et communier dans une vision fantasmée de l’union sacrée, surtout lorsque, très ouvertement, certains acteurs politiques profitent des événements pour pousser leur avantage en instrumentalisant la crise.  


C’est le cas de Justin Trudeau, en ce moment, qui, après avoir géré lamentablement le début de la pandémie, en soutenant que la fermeture des frontières était antiscientifique (alors que leur fermeture était urgente, et le contrôle de l’entrée des individus sur le territoire canadien, une nécessité vitale), cherche à se présenter auprès des Canadiens dans le rôle du bienfaiteur universel en engageant le gouvernement fédéral dans un programme de folles dépenses, censées soutenir l’économie du pays, mais ne tenant aucunement compte des initiatives engagées dans les provinces.  


Ottawa sort le chéquier et cherche à redorer son blason à même nos goussets. Cela ne surprendra pas ceux qui ont médité sur la nature du Canada, qui se rêve fondamentalement à la manière d’un État unitaire où les provinces seraient des entités administratives subordonnées à Ottawa. 


Le Québec, encore une fois, paiera le prix de son appartenance à la fédération, qui l’empêche d’agir pleinement selon ses propres intérêts. Les prestations fédérales, plusieurs l’ont noté, sont à ce point déconnectées de la réalité québécoise qu’elles décourageront le nécessaire retour au travail de bien des citoyens.  


Alors que le Québec, qui est notre véritable État national, gère concrètement la crise et avance à tâtons, dans une situation difficile, Ottawa adopte une position de surplomb et profite de la crise pour enclencher un nouveau mouvement de centralisation.  


On ajoutera que Justin Trudeau ne peut s’empêcher de multiplier les piques méprisantes à l’endroit du Québec, en le regardant de haut, comme si le gouvernement fédéral devait jouer le rôle de sauveur face à nos difficultés collectives. Et lorsque le Québec réclame des services pour lesquels il paie des impôts, on le sermonne. L’indécence est illimitée. 


On ne se laissera pas bluffer: à travers cela, Justin Trudeau cherche à acheter à coup de milliards sa réélection et le fait avec un sans-gêne époustouflant. Ce n’est pas faire offense aux exigences du bien commun que de le remarquer, et de ne pas se montrer complice d’une telle entreprise qui a surtout l’allure d’une basse manœuvre politicienne.