Trudeau : l’enquête pour négligence criminelle se poursuit

La direction générale de la Sûreté du Québec confie l’enquête à la Direction des services juridiques et des projets stratégiques

Le DPCP ne prendra de décisions que sur la base du rapport qui sera produit.

05e48f5a4060dd9d53403a7c3e38f1ba

Chronique de Me Christian Néron

Le suivi de l’affaire : 



  1. Le 9 juin 2021, le soussigné s’adresse au Directeur des poursuites criminelles et pénales pour déposer une dénonciation de négligence criminelle causant la mort contre Justin Trudeau. Cette dénonciation a été mise en ligne sur le site Vigile.Québec ; 

  2. Une semaine plus tard, la direction des poursuites criminelles et pénales informe le soussigné qu’elle ne pourra faire l’enquête elle-même, laquelle devra être faite par un corps policier habilité en ce sens comme la Sûreté du Québec ; 

  3. Le 24 juin, le soussigné s’adresse à la Directrice générale de la Sûreté du Québec pour lui demander d’ouvrir une enquête pour négligence criminelle. Une copie du dossier envoyé au DPCP lui est transmise ;

  4. Du 28 juin au 8 juillet, la direction générale de la Sûreté du Québec mène une enquête préliminaire sur la dénonciation ;

  5. Le 8 juillet, elle demande à la Direction principale des services juridiques et des projets stratégiques de poursuivre l’enquête ;

  6. Le jour même, le chef de Cabinet de la directrice générale informe le soussigné de cette décision ;

  7. Depuis, l’enquête se poursuit, mais aucune information n’a transpiré de cette direction ;

  8. La fonction de cette direction étant essentiellement juridique, on peut s’attendre à ce qu’elle poursuive ses travaux malgré le déclenchement probable d’une élection générale ;

  9. Trudeau serait alors au même moment sous enquête pour négligence criminelle causant la mort et en train de demander un nouveau mandat pour sa gestion d’une situation devenue catastrophique en grande partie par sa négligence ;

  10. Il est important de se souvenir que 11 240 Québécois sont décédés de cette catastrophe ;

  11. Si Trudeau avait agi de façon responsable dès que les informations se sont mises à circuler vers la mi-décembre 2019, la vie de milliers de Québécois aurait certainement été épargnée ;

  12. Trudeau doit répondre – devant la justice – de toutes les morts évitables ;

  13. Le soussigné joint à la présente la lettre de la Direction générale de la Sûreté du Québec.



À LIRE - Lettre de la Sûreté du Québec


À LIRE - Trudeau dénoncé pour négligence criminelle



Christian Néron

Membre du Barreau du Québec, Constitutionnaliste, Historien du droit et des institutions.


Squared

Me Christian Néron110 articles

  • 456 409

Membre du Barreau du Québec, Constitutionnaliste et Historien du droit et des institutions.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Pierre Bourassa Répondre

    18 août 2021

    Excellente initiative Me Néron! Un peu comme Me Carlo Brusa en France qui trouve des moyens légaux,vous placez votre gain de sable dans l'engrenage pour faire mettre en taule les organisateurs de cette plandémie qui souhaitent détruire les peuples et réduire substantiellement la population mondiale .


  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    18 août 2021



    Le Bloc revient sur le cafouillage de Trudeau sur la gestion de la pandémie et confirme les motifs de la dénonciation de Me Néron :



    « Confusion et retard »



    Le chef du Bloc a profité de son annonce pour décocher quelques flèches bien senties envers le premier ministre sortant Justin Trudeau, qu’il accuse de présenter un bilan en matière de frontières « qui se résume en deux mots : confusion et retard ».



    « Dès le mois de janvier, on savait que ce virus allait se propager. Et il n’y a pas eu de mesures prises au Canada avant le mois de mars », a-t-il dit, en rappelant que le premier ministre québécois, François Legault, avait demandé la fermeture des frontières à plusieurs reprises avant qu’Ottawa y procède finalement.



    « La mairesse de Montréal avait même envoyé elle-même des gens a l’aéroport de Dorval pour sensibiliser les gens à l’importance de suivre les consignes au retour de voyage. Elle avait dit que l’aéroport était une passoire, et je pense qu’il n’y avait pas que l’aéroport de Dorval qui était une passoire à ce moment-là », a martelé M. Blanchet.



    https://www.lapresse.ca/elections-federales/2021-08-18/controle-des-frontieres/le-bloc-deposera-un-protocole-de-gestion-des-menaces-pandemiques.php