Le coin du philosophe

Lorsque la croyance en Dieu devient une bombe à retardement...

Islam - Voile islamique et Charia


Ce qu'il y a d'absurde dans le sectarisme religieux, c'est le fait que nous nous sommes attachés à l'idée de créer un dieu à notre image, c'est-à-dire un dieu unique, narcissique, exigeant la soumission et imbu de pouvoir ! Car autant nous nous voulons uniques et différents, autant le dieu que l'on s'est créé et que l'on vénère chacun de notre côté doit l'être et le rester.
Chacun à leur façon, les trois grands Livres monothéistes promettent aux fidèles l'éligibilité au paradis. Mais tandis que, par exemple, la Torah enseigne que le peuple juif est le peuple élu par Dieu, le Coran dit par contre que les musulmans se situent au-dessus des juifs. Et si, pour un musulman, manger du porc lui ferme les portes du paradis, l'assassinat d'un infidèle les lui ouvre toutes grandes...
D'autre part, c'est en s'appuyant sur la Torah que l'État d'Israël se permettra de coloniser la Palestine. De leur côté, les Palestiniens citeront à pleines pages le Coran pour les en déloger. Et pour ce qui est des chrétiens, Le Nouveau Testament ne compte pas moins de 390 versets ouvertement antisémites, (40 chez Marc, 80 chez Matthieu, 130 chez Jean et 140 dans les Actes des apôtres). Jésus lui-même enseigne à ses apôtres que les juifs ont le diable pour père (Jean VIII, 44).
Enfin, soulignons que chez les islamistes, l'au-delà est tellement prometteur que le djihad devient chez eux presque une nécessité. Et ici, l'enrôlement des jeunes inquiète : comment, par exemple, de jeunes musulmans peuvent-ils résister à l'idée de sacrifier leur vie pour accéder à un paradis où, leur promet-on, ils seront entourés de belles femmes et auront de la nourriture en abondance ?
Par ailleurs, chez les juifs tout comme chez les musulmans, l'interdiction de tuer ne concerne que les membres de leur religion, pas les autres. On le voit, que l'on soit chrétiens, musulmans ou juifs, par le caractère exclusif de chaque religion, de telles croyances représentent autant de bombes à retardement en puissance ! Car si ce type de croyances donne parfois du courage aux fidèles, il peut également mener à la folie meurtrière.
Or, ce n'est pas tellement le respect et la vénération de l'Être suprême qui inspirent ces folles croyances, mais bien plutôt l'insécurité et la peur des fidèles. Avec la mondialisation et le choc des cultures qui en résulte, ces croyances deviennent un référent obligé pour bien des populations.
Et lorsque qu'il en est ainsi, on prend le premier train qui passe, soit celui des vérités toutes faites : la croyance en un dieu, celui de mon groupe culturel, le vrai, l'unique, le plus fort, devient alors une certitude figée, sûre d'elle-même et qui n'accepte aucun compromis. Le dogme intégré prend, devant l'insécurité ambiante, le dessus sur une conviction qui serait plus réfléchie. Toute guerre sainte devient alors nécessairement juste puisqu'elle dit se faire par amour pour son dieu. L'urgence de l'au-delà salvateur justifie alors tout ce qui se passe dans l'ici-bas : devant l'impie menaçant, la torture, la violence et les tueries peuvent même devenir des expressions légitimes...


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé