Les Québécois, prêts pour un gouvernement minoritaire

Tribune libre - 2007


Personne n'est prêt à élire un gouvernement minoritaire au Québec, selon plusieurs "experts".


Raison de plus pour embarquer, apprendre à s'en accommoder, s'en instruire comme font les nations qui ont plus d'expérience que nous en matière d'État. (...)

Ce qui nous arrive est extraordinaire, car nous devrons agir en adultes et nous passerons ensuite du statut d'adultes à celui d'adultes avertis. Voilà qui dépasse infiniment en valeur les idées et idéologies toutes faites, toutes cuites et prêtes à mettre dans le bec d'une bande de braillards. Fini les folies. Le temps du travail sérieux est arrivé et qu'on bouge.

Ce n'est pas bien ça?

Les Québécois frileux, qui ont peur d'un peu de misère qui consiste à apprécier contextes et situations tels qu'ils se présentent, non pas idéalement et confortablement, vont devoir se grouiller et s'adapter à des conditions nouvelles, imprévues et changeantes. Comme on disait autrefois, nous allons "manger des claques". Et ensuite, un peu de misère ne fait pas de mal.

Non mais, cesse de geindre, Batisse, et arrête d'avoir peur et de te réfugier dans ton petit coin ou sous les jupes de maman. Que veux-tu? Retourner dans le ventre de maman où tu étais bien et confortable, responsable de rien? Pas possible. Les événements t'ont jeté dehors et dehors tu resteras. Alors tu as cherché à rentrer la tête la première dans le ventre de toutes les femmes qui t'ont offert le passage vers leur caverne secrète! C'était pas possible, à moins de te rapetisser pour prendre la taille d'un molécule. Tu as trop perdu de temps à régresser et tu en es sorti stérile et apeuré.

Sors et prends le large. Viens faire face aux tempêtes. Si t'en meurs, tu mourras honorablement. Si t'en sors vivant, tu deviendras plus lucide et plus fort. Alors cesse d'avoir peur.

L'Histoire avec un grand H nous appelle et nous devrons répondre de nos pensées, nos paroles et nos actes comme tous les autres peuples avant nous.

À partir de demain, nous allons franchir le Rubicon. Inutile, futile et dangereux de se retourner, regarder en arrière et figer comme une statue de sel.

Merveilleux de passer par cette épreuve en autant que je suis concerné. La liberté est une conquête: elle n'est pas un héritage. Et il ne faut pas avoir peur des coups.

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 231 239

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2007

    la vraie raison de voter Parti Québécois, c'est que le Chef
    sera notre porte voix pour dire au boss d'Ottawa, nous ne
    voulons plus être vos locataires. Nous sortons d'un pays qui
    nous traite comme si nous étions des tarés et qui rient de
    nous à chaque fois que l'occasion s'en présente.
    Locataire non Merci, ça se fait bien
    roch