1759

Le souvenir et l’oubli

Ces fêtes sont celles de la provocation.

Chronique de Louis Lapointe

Quoi de mieux qu’une bonne séance de magasinage pour oublier nos soucis. Il y en a qui aime le jeu, d’autres qui préfèrent le cinéma d’action. Un peu de consommation, ça fait tellement du bien lorsque notre quotidien nous accable. Le maire de Québec l’a très bien compris et c’est pour cela qu’il invite tous les Québécois à venir assister à une reconstitution qui aura tout du film de guerre. Il nous convie à venir dépenser nos économies dans les hôtels, bars et restaurants de la Vieille Capitale pour oublier la crise.

Si dépenser aide à oublier, les commerçants de Québec devraient faire de bonnes affaires, car les Québécois en auront long à effacer de leur mémoire au cours de ces commémorations : 250 ans d’histoire de trahisons, de fourberies, d’exécutions, de tricheries, de mensonges et d’assimilations. « Se souvenir pour mieux oublier » devrait être le thème de cette reconstitution de la bataille des Plaines d'Abraham.

Toutefois, contrairement à un bon film d’action, nous ne verrons pas de sang, pas de tripes arrachées, pas de héros exécutés. Nous ne verrons pas les fermes brûlées, les femmes violées et leurs maris assassinés. Nous ne sentirons pas la sueur de la peur, seulement celle des nombreux badauds incommodés par la chaleur mêlée à l’odeur de la poudre, des hot-dogs et des patates frites grasses qui régnera sur les Plaines d’Abraham ce jour-là. Parce que nous aurons chaud, la bière coulera à flot.

Je nous vois nombreux avec nos enfants alignés le long des cordons de sécurité assistant à ce qu’on prétend être une reconstitution historique, la violence et les crimes en moins, les poignées de mains entre figurants des deux camps en plus. Il pourrait en être tout autrement si cette fête se métamorphosait en foire d'empoigne, un risque réel!

Je nous vois, éberlués, assistant à l’arrivée des militants du RRQ, Pierre Falardeau en tête, avec leurs pancartes et drapeaux scandant leurs slogans iconoclastes. «Est-ce qu’il y avait des grévistes et des manifestants en 1759, papa ? Papa, regarde, il y a plein de polices qui arrivent avec des armures, des casques à visière et des matraques, ils ressemblent aux soldats romains dans Astérix et Obélix !» Comme ce fût le cas lors du sommet de Québec ou celui de la jeunesse, ils lanceront certainement des grenades lacrymogènes pour dissiper les manifestants et la foule des innocentes victimes, enfants, parents et grands-parents, sera certainement incommodée.

La conquête deviendra alors un fait réel, nous assisterons à la guerre en direct avec une vraie bataille. La peur transpirera de la foule lorsque les matraques s’affaisseront dans un claquement sec sur les crânes des nouveaux patriotes. Alors que les spectateurs se dissiperont dans le désordre, nous verrons le sang giclé sur le visage déformé des manifestants criant des jurons tant la douleur les accablera.

L’irréparable surviendra alors, des gens seront blessés, certains gravement. Il faudra des coupables. Lebeaume et Verner désigneront Falardeau et sa horde sauvage. Avec images en boucle à l’appui, nous entendrons leurs accusations sur toutes les chaînes d'information. «Les séparatistes ont gâché la fête. Tout ce qui est arrivé est de leur faute. Ils ont provoqué les policiers, ils ont incommodé la foule. Les forces de l’ordre avaient l’obligation d’intervenir ! ».

Nous nous souviendrons alors des soulèvements contre la conscription, du samedi de la matraque, du défilé de la St-Jean en 1968 et d'octobre 1970. Nous comprendrons que les coupables sont toujours les descendants des perdants, que les collaborateurs proviennent toujours du camp des vaincus, que nous n’avons pas besoin de reconstituer de batailles pour nous souvenir que nous avons perdu. Les Verner, Labeaume et autres Coderre en sont la preuve vivante. Par leurs faits et gestes, ils témoignent chaque jour de notre défaite en collaborant à la réécriture de l’histoire. En s’acharnant pour que nous fêtions notre défaite, c’est leur propre bêtise qu’ils impriment dans notre mémoire collective. Ces fêtes sont celles de la provocation.

Louis Lapointe

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 178

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    2 février 2009

    Je ne suis pas sûr à cent pour cent que les fédéralistes et les memebres de la commission qui en sont à organiser la «commémoration» de la bataille des Plaines, soinet parfaitement conscients de l'insulte qu'ils nous font... Ils semblent souvent, tellement déconnectés...
    Mais une chose est certaine, pour moi: ce qu'ils sont en train de faire, ils le font parce qu'ils se disent qu'ils PEUVENT le faire. C'est-à-dire que les gens du Rest of Canada et les Québécois fédéralistes, pensent (à tort), que le Québec, ne se réveillera jamais. Que le référendum de 1995 fut le second, et le dernier.
    Conséquemment, ces gens croient, ou semblent croire, qu'ils peuvent faire une chose aussi ignoble, odieuse, que de FÊTER (quoiqu'ils en disent) la défaite des Plaines d'Abraham... je crois qu'ils vont avoir une grosse surprise! Surtout que l'histoire d'amour (sans sincérité) entre Stephen Harper et les peuple québécois, semble être bien terminée!

  • Archives de Vigile Répondre

    1 février 2009

    On règle ça facilement : entre le 24 juin et le 3 juillet 2009, on fête LES 401 ANNÉES DU QUÉBEC. Les fêtes de la (Con)fédération canadian/pancanadienne en seront qu'oubliées à jamais ...
    Qu'on arrête de chiâler à qui mieux mieux et qu'on prenne nos responsabilités : entre le 24 juin et le 3 juillet 2009, on fête LES 401 ANS DU QUÉBEC ! That's it, that's all !
    Révisionisme pour révisionisme historique, celui-là en vaut bien un autre !
    Pouvez-vous passer le mot M. Lapointe ?
    Jean Dubé
    jeankdube@hotmail.fr
    Montréal

  • Archives de Vigile Répondre

    1 février 2009

    Vous ne comprenez pas monsieur Bousquet. Il sont forts d'un précédent.Ils nous ont baisé toute l'année 2008 en ayant pris le contrôle total des fêtes du 400ème. Ils ont réussi à faire disparaître toutes références à l'identité québécoise.Ils ont cantonné les festivités à l'intérieur des murs du Vieux-Québec, réduisant le statut de la capitale nationale du Québec à celui d'un gros village bien servile.
    Maintenant ils vont à la pêche afin de vérifier jusqu'où nous sommes prêt à nous sortir la langue pour leur lècher le cul.Là maintenant, ça suffit! Harper a eu un avant-goût de ce qui les attend lors de l'ouverture du Carnaval de Québec vendredi dernier, où il fut copieusement hué.
    S'il recule dans leurs intentions de nous humilier, c'est bien parce que des milliers de gens ont compris qu'ils étaient cette fois-ci allés trop loin dans la provocation. VIGILE contribue actuellement à nous motiver et à nous mobiliser et c'est très bien comme cela! Ils ont la chienne monsieur Bousquet. Ils pensaient que l'affaire était chocolat et qu'il nous passerait un autre sapin. Ils pensaient qu'encore une fois, on s'écraseraient comme des bouses de vache. Qu'ils nous serviraient cela et que ça passerait comme du beurre dans la poêle.
    Cette fois-ci monsieur Bousquet, on va s'en occuper de leurs célébrations!

  • Marcel Haché Répondre

    1 février 2009

    Provocation,vous dites...
    Qu'est-il arrivé lors de la dernière élection fédérale ?La victoire éventuelle,relative,du Bloc au Québec a pris son élan après que les "coupures fédérales" au "monde artistique"furent perçues comme une honteuse mesquinerie.Ce n'était pourtant qu'une provocation.Bien sûr,le Bloc a alors joué habilement ses cartes, et sauvé la mise.Au Québec.Mais les conservateurs ont fait une avancée majeure en Ontario !
    Qu'ont fait les conservateurs depuis, aussitôt re-élus(même minoritaires !) :une nouvelle provocation.À tel point que le Bloc s'est joint à une coalition contre-nature.Cela était très habile.Pas loin d'être génial,quant à moi.Mais les conservateurs ont réussi quand même depuis,en Ontario et dans l'ouest canadien, à associer libéraux et démocrates aux méchants séparatistes du Québec.La "coalition" de l'opposition a malgré tout renforcé la position des conservateurs en Ontario.
    Encore et toujours l'Ontario...parce que c'est là que se fait et se fera l'avenir des conservateurs.
    Lorsque Josée Verner s'amène maintenant, et fait valoir le bien-fondé de la reconstitution de la bataille des plaines sur les plaines elles-mêmes,elle n'est pas dans le divertissement touristique(quoi qu'en dise Denis Coderre !),même pas, et non plus, dans la pédagogie à cinq sous.Elle est dans la provocation et la manoeuvre politique.C'est elle d'ailleurs,encore, qui défendait les "coupures" à l'égard des artistes lors de la dernière élection fédérale.
    Cette provocation que les conservateurs semblent vouloir saisir ---Harper reste en retrait de l'affaire pour le moment--- et tenir, n'a pas pour but de s'aliéner le Québec.Quand même !Elle a pour but de chauffer les nationalistes québécois.Et plus les nationalistes seront chauffés,plus il y aura de l'effervescence politique au Québec,en particulier contre des symboles du muticulturalisme canadien(Montcalm et Wolfe se serrant la main),et plus les conservateurs seront à même bientôt de ravager électoralement... l'Ontario.C'est la très vieille recette de P.E.T.,modifiée au goût du jour.
    Le P.C de Harper cherche encore une majorité.Mais au delà, il cherche une dominance.Il cherche à s'assurer la dominance qui a été très longtemps celle des libéraux sur le Canada central.En même temps qu'il s'est multiculturalisé,ce Canada-là s'est déplacé un peu à l'ouest.Son centre de gravité économique et politique ne passe plus impérativement par Québec.L'ordre des aides financières actuelles à l'industrie de l' automobile de l' Ontario versus celles --toutes celles--au Québec,montre bien où se joue vraiment le sort économique du Canada et,en conséquence,le sort du parti conservateur,qui ambitionne de devenir le parti de gouvernement au Canada.
    Ainsi donc,lorsqu'une ministre de la stature et la pointure de Josée Verner s'adresse directement au géant Falardeau pour l'inviter à"rester chez lui",à l'occasion d'une fête canadienne multiculturelle au Québec,elle provoque ,et l 'invite en fait à la surchauffe nationaliste au Québec.
    Mis à part notre souriant capitulard--Jean Charest--et sa troupe de capitulards, qui se contente d'avertir (çà c'est de la drive !) qu'il n'ira pas à la fête multiculturelle des plaines, QUI SE DÉROULERAIT DANS SA COUR,qui d'autres encore craindraient le géant Falardeau ? Qui d'autres craindraient le nationalisme québécois ?Les seuls conservateurs ?Voyons donc ! Mais avec eux,cependant,surtout,tous nos fiers démissionnaires,tous nos nains politiques. Ils sont nombreux et se croient légitimés.
    Vive le Québec libre

  • Archives de Vigile Répondre

    1 février 2009

    Pourquoi est-ce que les fédéralistes voudraient provoquer les souverainistes ou nationalistes québécois ? Ils n'ont rien à gagner mais ont tout à perdre là.
    Je parie qu'ils vont virer de bord et canceller le tout s'ils ne sont pas fous à moins qu'ils aient la tête plus dure que le Cap Diamant.
    Ils sont centralisatweurs mais pas fous...me semble.