Le sauveur du Canada

Tribune libre 2008


Et dire que les souverainistes du Parti québécois l’ont craint.
Heureusement les indépendantistes ont toujours cru que sa Loi C-20 (dite Loi sur la clarté) n’était que l’annonce de l’éventuel baroud d’honneur d’un Canada vaincu par l’affirmation majoritaire de la volonté du peuple québécois de se doter d’un État souverain, libre et indépendant.
Sa décision actuelle de s’accrocher à la chefferie du PLC est son baroud d’honneur personnel, minable caricature de l’expression de son désir d’écraser la nation québécoise.
Andrée Ferretti

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 114 163

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    22 octobre 2008

    Ce que c'est bon de voir ce petit homme redescendre à son niveau, c'est-à-dire à hauteur d'un trou de cul
    Je ne comprendrai jamais certains Québécois de s'apitoyer sur ce restant de vidanges. Un ptriote Irlandais a déjà dit que notre problème était qu'on les haïssait pas assez (il parlait des Anglais ou des collabos). Je n'ai pas ce problème.
    André Vincent

  • Archives de Vigile Répondre

    22 octobre 2008

    « L'injustice, là où elle se trouve, est une menace pour la Justice dans toute son étendue. » Martin Luther King
    L'union des souverainistes n'est pas le futur pour réussir la pleine liberté du Québec, elle doit être le présent.
    JLP

  • Archives de Vigile Répondre

    22 octobre 2008

    Merci, cher monsieur Sauvé pour vos "salutations et bises", tellement inattendues.
    Conséquemment grandement et heureusment appréciées.
    Nous vaincrons.
    Andrée Ferretti.

  • Archives de Vigile Répondre

    22 octobre 2008

    Ouhgo a bien raison de mentionner ce qui suit : «en moins de deux, Harper aura passé un référendum pancanadien pour amputer le territoire québécois du Nunavik, de la Gaspésie, de l’Estrie, du West Island montréalais, de l’Outaouais et de la ville de Québec ! Il l’appellera la Province anglaise du Québec, et sera acclamé dans l’opinion internationale pour avoir doublé la représentativité québécoise canadienne.»
    Il manque à votre liste de coins fédéralistes : la Beauce, Chaudière-Appalaches, Westmount et une partie de l'Estrie. Un peu plus et le Saguenay-Lac-St-Jean y passerait aussi.
    Ça me fait penser à la Palestine avec ses colonies israéliennes, ce qui en fait un pays éventuel plein de trous de colonies israéliennes comme un fromage suisse. La Palestine, si jamais elle devient un pays, aurait l'air ce que vous décrivez du Québec souverain avec ces parties enlevées et rattachées au ROC comme Québec anglophile, s'il n'y a pas une majorité suffisante pour le OUI au prochain référendum...éventuel.
    Faut penser que notre gouvernement canadien conservateur actuel est une grand ami d'Israël qu'il approuve dans les actions décrites plus haut.

  • Archives de Vigile Répondre

    22 octobre 2008

    Stéphane Dion est encore plus déçu par la montée des
    provinces vers les statuts d'États de droit, que les
    fédéralistes devront reconnaître, bon gré mal gré.

    Il ne peut nier que la Nouvelle Écosse, Terre Neuve,
    l'Alberta, la Saskatchewan qui a élu un parti souverainiste
    à Régina, la Colombie Britannique et par dessus tout,la
    loyale Ontario qui n'est plus loyale du tout, en a plein
    de la domination économique et politique de tout l'espace
    continental canadien par une poignée d'oligarques qui
    trônent à Bay Street à Toronto et manipulent le gouvernement
    d'Ottawa comme ils le veulent.
    Cette situation ne peut plus durer mais Stéphane Dion est
    cet aveugle qui refuse de voir le mur qui se dresse devant
    lui et les autres fédéralistes qui vont persister à croire
    aussi longtemps qu'ils y trouverront du profit.
    Salutations et bises
    René Marcel Sauvé

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    21 octobre 2008

    Mme Ferretti,
    Si le mot « baroud », en dialecte berbère, signifiait « poudre explosive », mais signifie maintenant « dernier combat désespéré », on peut donner divers sens à votre intervention.
    « l’éventuel baroud d’honneur d’un Canada vaincu » que représenterait le C-20 ???
    Paradoxe : L’éventualité paraît encore bien lointaine (d’un Canada vaincu) puisque les indépendantistes craignent plus que jamais cette perfide loi C-20. À cause d’elle, toute évaluation d’une question référendaire ou de ses résultats est soumise au pays de qui l’on veut faire sécession… Si bien que la stratégie péquiste piétine depuis la suspension sine die de cette forme démocratique par excellence de consultation populaire. (le peuple ne le réclame pas, dit-on, mais on n’en fait pas la promotion non plus…)
    Le père de l’infâme loi se liquéfie en un pétard mouillé d’honneur dans son pantalon. Frapper encore sur lui ne serait que lâche vengeance sur un moribond : Coup de pied de l’âne! On pourra plutôt aller cracher sur sa tombe parce que, même s’il nous débarrasse en même temps de sa fielleuse manie épistolaire référendaire et peut-être à jamais de son parti désormais honni des Québécois, il lègue au gouvernement canadien son immonde loi durhamienne. Le Canada nous tient toujours en joue !
    En conséquence, puisque les Conservateurs ont juré de ruiner en élections répétées le parti de Trudeau, Chrétien/Gagliano et Dion, de façon à pouvoir désormais obtenir sa majorité parlementaire nonobstant le blocage québécois, nous n’avons plus grand temps à perdre en vengeance « dionisesque » : en moins de deux, Harper aura passé un référendum pancanadien pour amputer le territoire québécois du Nunavik, de la Gaspésie, de l’Estrie, du West Island montréalais, de l’Outaouais et de la ville de Québec! Il l’appellera la Province anglaise du Québec, et sera acclamé dans l’opinion internationale pour avoir doublé la représentativité québécoise canadienne.
    C'aura été le baroud d’honneur de l’Amérique française, à notre barbe, parce que nous ne nous serons pas donné la peine de sortir voter massivement quand il était temps.

  • Michel Guay Répondre

    21 octobre 2008

    Mais ce désagréable personnage Alsacien qui a laissé tombé sa nationalité française pour collaborer avec les canadians contre la nation Québecoise continue à aimer se faire mépriser à Ottawa pour son anglais exécrable
    Sa loi injuste C20 qu'il adore est là pour rester car les fédéralistes endoctrinés sont convaincus qu'il est normal que mon vote d'indépendantiste vale moins que leurs votes pour le non à la nation Québecoise
    Les sauveurs du Canada donc les divisionnistes destructeurs à la Dion Charest Dumont Harper, Layton et May ennemis jurés de la nation Québecoise restent convaincus à force de propagandes , de commandites et de lois iniques que de détruire une nation comme la nation Québecoise c'est moins pire que de détruire un pays bidon royaliste anti démocratique comme le Cannada .
    J'aimerais bien voir le jour ou Dion et ses semblables fédéralistes refuseraient de reconnaître notre indépendance suite à un vote démocratique et notre victoire à 50+1