Le départ de Bernard Drainville

La machine à broyer

Le PQ, obstacle majeur à l'indépendance

Chroniques d'Andrée Ferretti

Je n'hésite pas à me répéter, en redisant que le Parti québécois a été, est et sera l'obstacle majeur à la réalisation de l'indépendance.

L'arrivée de Pierre Karl Péladeau aurait peut-être pu changer la donne, tel qu'espéré par la grande majorité des indépendantistes. Le « sauveur » a , pour le mieux ou le pire, vite compris qu'il serait lui aussi rapidement avalé par la machine. Il a profité d'une conjecture personnelle inamicale pour prendre la décision justifiée et justifiable de quitter la direction d'un Parti plus soucieux d'exercer le pouvoir aussi provincial soit-il, que de lutter pour l'indépendance, en se donnant les moyens de faire la pédagogie de l'indépendance et d'ainsi contrer la farouche et déloyale opposition des adversaires de tout acabit.

Dans ce contexte, la démission de Bernard Drainville n'a rien d'étonnant, si ce n'est le temps mis à la prendre. Peut-être était-ce plus diffile pour un vieux rouage de la machine que pour un jeune apprenti-chef de comprendre la perversité innée d'un Parti fondé essentiellement pour réaménager le Canada (la souveraineté-asssociation). Plus difficile aussi de s'en déprendre.

C'est avec une sincère admiration que je félicite Bernard Drainville d'y être parvenu. D'affaiblissement en affaiblissement, le Parti Québécois finira peut-être par ne plus être un obstacle à la naissance et au développement d'un véritable et efficace mouvement indépendantiste.

C'est mon vœu le plus ardent.

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 134 333

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Gélinas Claude Répondre

    22 juin 2016

    Il faut être ou bien naïf ou bien souffrir d'aveuglement volontaire pour penser que l'arrivée de Bernard Drainville en ondes pourra contribuer à transformer le conservatisme de la Capitale nationale.
    À ce jour, le seul vrai momentum pour réaliser l'indépendance se situe après le rapatriement unilatéral de la Constitution alors que Monsieur Parizeau avait tendu la main à Robert Bourassa. Partant delà, il est raisonnable de penser que si Robert Bourassa que JFL a qualifié de fossoyeur avait eu la stature d'un Chef d'État, après avoir été humilié par PET, le chef du PLQ serait passer à la postérité pour avoir fait du Québec un pays.

  • Ferid Chikhi Répondre

    21 juin 2016

    Mme Ferretti,
    Je suis en accord avec votre réflexion et je la partage.
    In http://vigile.quebec/Peut-etre-est-ce-un-revers
    J'écrivais :
    ''Des suggestions : Une cure de désintoxication... !? À mon sens ce Parti a besoin d’une véritable cure de désintoxication.
    Oui, il doit réformer son organisation, son fonctionnement et sa stratégie de gouvernance.
    Il doit aussi revoir ses liens et ses relations avec le citoyen et ses représentants sociaux.
    Il doit choisir des hommes et des femmes qui ne craignent pas de rencontrer le citoyen, de lui parler et surtout de l’écouter. Il s’agit d’une véritable opération de séduction citoyenne.
    Et pour terminer le projet de pays devra tenir compte des changements intervenus depuis plus de dix ans au sein de la société toute entière.''

    Ferid Chikhi

  • James A. Wilkins Répondre

    17 juin 2016

    Bernard Drainville comme bien d'autres a réalisé qu'il pouvait sans doute être plus utile à la cause à la radio qu'à l'Assemblée Nationale. Son arrivée à la radio de Québec est une bénédiction pour la cause car le fameux mystère de Québec est bien causé par une domination fédéraliste des ondes. La responsabilité première des militants péquistes est de rejeter les positions brouillons de certains candidats à la chefferie et d'obtenir l'assurance de remettre la pédagogie de la cause à l'avant plan. Quand la cause dont on ne parle pas depuis vingt ans est plus populaire que le parti qui est supposé la défendre,ça n'en dit long sur la déconnection de ce parti et la supercherie dont les militants indépendantistes sont victimes avec trop de complaisance et de de patience. J'espère que l'heure du reveil va finir par sonner!

  • Etienne Evans Répondre

    16 juin 2016

    Le départ de Drainville du PQ sonne la fin de l'ère Marois et redonne vie à la base militante et à l'indépendance au sein du PQ. Après l'échec de l'expérience Boisclair , on avait acclamé le retour de Pauline Marois . La grande crise au PQ entourant l'amphithéâtre de Québec cachait plus, le bon gouvernement l'avait emporté sur les purs et durs, les départs de Pierre Curzi, Lisette Lapointe, Louise Beaudoin et Jean-Martin Aussant ont suivi , mais aussi on avait tassé Jean-Claude St-André , la base militante de celui-ci a redoublé d'ardeur alors rejointe par Aussant pour former ON, un parti ayant un projet souverainiste défini.
    C'est lors de la course à la chefferie du Bloc qu'un nouveau duel s'ensuit ou la base militante d'On avait intégré le Bloc pour faire gagner Mario Beaulieu et ainsi défaire les carriéristes. André Bellevance avait claquer la porte mais plus autres figures du parti . '' Le 12 août 2014, Jean-François Fortin, député bloquiste de Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, quitte son parti et devient indépendant, dénonçant l'« intransigeance » de Mario Beaulieu et la « radicalisation » en cours du parti''
    Depuis ce temps le Bloc s'est rejeunit et est à 100% souverainistes . Toutes leurs activités tournent autour de la promotion de l'indépendance.
    Arrive ici PKP , quand il est arrivé dans son discours à la chefferie , il a fait l'appel à tous les souverainistes. Son appel à la convergence n'était pas l'alliance avec les autres partis mais bien la réintégration des bases militantes souverainistes qui avaient quitté le parti. Le départ de Bédard et de Drainville somme le départ de la vieille garde de Marois . PKP est parti oui mais il a quitté en laissant la porte ouverte à tous les indépendantistes qui avait quitté depuis la crise Marois.