INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 317

Le deuxième Canada (17/29)

Analyse du rapport Durham – III : Subordination des Canadiens-Français aux intérêts supérieurs du B.N.A.

Chronique de Bruno Deshaies



« l'Amérique du Nord est anglaise et tout ce qui n'est pas anglais

paraît y vivre dans un état d'infériorité. »
***
Si l’on se place dans la peau d’un impérialiste britannique, ce qui est le cas de Durham, il est assez facile d’admettre le jugement qu’il porte sur la société canadienne-française du Bas-Canada dans les années 1830. Par contre, vu sous l’angle des canadiens-français comme groupement humain ou comme nationalité, le jugement paraît terriblement sévère. Maurice Séguin nous donne l’explication suivante dans Histoire de deux nationalismes au Canada (p. 286) :

Cette nationalité canadienne-française, devrions-nous chercher à la perpétuer (même si nous pouvions le faire) ? Durham répond qu'il ne connaît pas de distinctions nationales entraînant une infériorité plus désespérée. L'Amérique du Nord est anglaise et tout ce qui n'est pas anglais paraît y vivre dans un état d'infériorité. C'est pour faire sortir les Canadiens-Français de cet état d'infériorité que Durham désire donner au Canada-Français dans le Bas-Canada le caractère anglais. Il souhaite l'assimilation autant pour les classes inférieures que pour les classes instruites. Il souhaite l'assimilation pour les classes instruites parce que les hauts postes, les grandes carrières, leur seraient fermés si elles continuaient à parler seulement le français ; il la souhaite aussi pour les classes inférieures parce qu'elles sont destinées à devenir des prolétaires au service des capitalistes anglais. Durham voulait ainsi prévenir des conflits qui seraient à la fois sociaux et nationaux.

Le gouverneur Durham avait des objectifs clairs. Il devait parvenir à trouver des solutions à la crise des Canadas comme Colonies de l’empire britannique. Il est évident qu’il a cherché à sauvegarder le British North America des pressions en provenance du Republican North America, c’est-à-dire des États-Unis. Les Canadians de l’époque le voulaient ardemment. Ils étaient prêts à faire la lutte armée contre les French Canadians. D’ailleurs, ils ont été les premiers à organiser la révolte de 1837.
Ce passé est particulièrement lourd dans l’histoire canadienne en ce qui a trait à la position qu’adopteront les Canadiens-Anglais pour la suite de l’histoire des Québécois-Français ou de la nation québécoise.
Les extraits que nous présentons du rapport Durham (cf. DOCUMENT) sont très révélateurs des grands problèmes vécus par la société québécoise d’hier à aujourd’hui. Ce serait se leurrer que d’occulter de notre conscience historique la crise nationale des années 1830 et le coup de force de 1840 qui ont conduit à l’Union. À partir de cette date inoubliable, les Canadiens-Français ont été mis irréversiblement en minorité.
Prétendre qu’une « conversation nationale » agrémentée de petits gestes de souveraineté de gouvernance « provinciale », par-dessus le marché, ouvrira les portes de l’indépendance du Québec, ou c’est une fumisterie ou c’est le coup de la pensée magique.
Bruno Deshaies

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 362

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    20 avril 2008

    "Peuple sans histoire et sans culture." Peut-être avait-il raison après tout ? Nous n'avons pas grand chose à célébrer en effet. Notre victoire ? Nous accrocher et prospérer malgré toutes ces défaites et ces reculs continuels. Non il n'y a pas de victoires, mais ce n'est pas une raison pour tout ce mépris. Le rapport Durham a toujours cours d'ailleurs. Ne vous faites pas d'illusion là dessus.
    La loi 101 est une illusion. Elle ne changera rien. Elle a ralenti pendant quelques années le recul du français au Canada et au Québec. C'est fini cette période. Ce n'est pas moi qui le dit. Allez consulter si le coeur vous en dit le dernier rapport de Statistique Canada. Ils ne peuvent plus cacher la réalité.
    Le Canada-français disparaît à une vitesse encore plus grande qu'à l'époque de Durham. Assimilation et dilution, tel est toujours le plan à long terme. D'ici 100 ans le Canada-français, le Québec français à ce compte ne réprésentera plus rien. Le contexte politique et culturel canadien joue et jouera toujours contre nous. On aime se raconter des belles histoires au Québec. On pense vraiment que ce genre de contexte peut être tenable indéfiniment. Il ne l'est pas. Durham avait compris cela, beaucoup d'entre nous, toujours pas.