Indépendance nationale du Québec 399

Nicolas Marceau et les défis budgétaires provinciaux du gouvernement du Québec

Les finances publiques provinciales et l’économie québécoise

Chronique de Bruno Deshaies

Chronique de Bruno Deshaies
Lundi, 26 novembre 2012
« On ne jouera pas aux dés avec l’argent des Québécois. » (Nicolas Marceau)
Nous savons qu’à la naissance de l’État du Québec, le premier trésorier provincial de la province fut un canadien-anglais, Christopher Dunkin, élu dans la circonscription électorale de Brome (cf., http://www.rond-point.qc.ca/rond-point/histoire/dunkin/dunkin-13.html#P349_44575). Il sera le premier trésorier anglophone d’une longue lignée de titulaires du ministère des finances du Québec au point que c’était une tradition que le discours du budget soit prononcé en anglais dans le parlement à Québec.
_____________________________________________________
Site Internet de l’Assemblée nationale : «Liste des titulaires de ministères depuis 1867.» Index : Finances. http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/ministitulaires2.html#finances).
______________________________________________________
Le 14 février 1868, Christopher Dunkin prononça le premier «Discours sur le budget» (ou «Financial Statement») au parlement du Québec (cf., http://www.rond-point.qc.ca/rond-point/histoire/dunkin/dunkin.html#P14_0). Rappelons que ce premier budget du Québec de 1868 s’étale lui aussi sur une période de 18 mois, soit du 1er juillet 1867 au 31 décembre 1868 avec huit mois de rétroactivité et une dizaine de mois de prévisions budgétaires.
Cent quarante-cinq plus tard, Nicolas Marceau devient le 50e député a occupé nominalement le poste de ministre des finances et de l’économie du Québec depuis 1867. Au cours de toutes ces années, l’historien peut avoir une certaine impression générale qui se dégage du travail des ministres des finances qui ont occupés cette fonction. A la lumière de l’histoire du Québec, il semble que les discours du budget expriment généralement ce que je pourrais appeler «les ambiguïtés des aspirations du Québec».
_____________________________________________________
Bruno Deshaies, «Autonomie et dépendance financière de l'État québécois. Ambiguïtés des aspirations du Québec.» Dans Le Rond-Point des sciences humaines, ICI : http://www.rond-point.qc.ca/histoire/dunkin/dunkin.html
______________________________________________________
De Christopher Dunkin à Nicolas Marceau, une question pertinente se pose au sujet des allocations de dépenses de l’État et des priorités économiques qui guident l’action gouvernementale afin de satisfaire adéquatement le bien commun collectif. Durant les cinq dernières générations de Québécois, les politiques ont été confrontés à différents situations budgétaires et économiques aussi graves que celles que nous vivons en ce moment. Par exemple, celui qui prendra le temps de consulter notre analyse du premier budget du Québec en 1867-1868 constatera que l’État du Québec est mis en permanence dans une situation d’appendice. Les revenus du gouvernement provincial sont très limités. Ce sont les deux subventions: l’une, fixe et, l’autre, selon le per capita de la population locale, qui couvriront les dépenses de fonctionnement du gouvernement et de la fonction publique naissante. Il restera aux provinces à exploiter leurs ressources naturelles. C’est le cas évident d’une fédération très centralisée. De fil en aiguille, jusqu’en 1960, les dépenses de l’État provincial ne dépasseront pas 10 p. cent des dépenses de l’État fédéral.
Que faut-il comprendre ? La conclusion de Maurice Séguin, en 1960, sur «Le Canada depuis 1867» quant à l’aspect budgétaire des dépenses entre le Québec et le Canada est la suivante.

«Déclassé surtout en temps de guerre et tombant à moins de 2 p. cent, le Québec semble dépenser, en temps ordinaire, un peu moins de 10 % de ce que dépense l'ensemble des gouvernements du Canada. Il est normal qu'une population de l'ordre de 25 p. cent ait une emprise sur le budget du système fédéral qui soit d'environ 10 p. cent. D'ailleurs, ce chiffre se retrouve chaque fois qu'il est possible d'évaluer la puissance économique du bloc canadien-français du Québec à l'intérieur de l'union fédérale.» (Dans Histoire de deux nationalismes au Canada, p. 405.)

Aujourd’hui, la situation n’est pas moins rose. Seules les illusions fédéralistes peuvent nous faire croire à une amélioration collective de notre sort. Pour cela, il faut lire les conclusions de Louis Duclos dans Le Devoir (opinions) de jeudi, 22 novembre 2012 : «Mal placés pour faire la leçon». (ICI: http://www.vigile.net/Mal-places-pour-faire-la-lecon Voir aussi: http://blogscienceshumaines.blogspot.ca/2012/06/les-elections-plus-tard.html). Si «la carte de crédit est pleine», ce sont les libéraux provinciaux du Québec qui en sont grandement responsable et, en particulier, le gouvernement de Jean Charest. Une situation qui aggrave la position financière du Québec.
Maintenant, en 2011-2012, voici d’autres faits.
-* Gouvernement du Québec
-* Sommaire des opérations budgétaires
-* Année financière 2011-2012
-* (en MILLIONS dollars)
-* Résultats préliminaires
-* REVENUS BUDGÉTAIRES
-* Revenus autonomes 50 364 76,85 %
-* Transferts fédéraux 15 175 23,15 %
-* Total 65 539 100 %
Réf.: Supplément au Discours sur le budget 2012-2013.
Nicolas Marceau, 20 novembre 2012
Réf.: http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/2012-2013/fr/documents/Discours.pdf
-* Québec. Comptes publics 2011-2012. Vol. 1, p. 29.
-* Sommaire des résultats de fonctionnement consolidés
-* Année financière terminée le 31 mars 2012
-* (en millons de dollars)
-* Dépenses 73 500
Réf.: http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Comptespublics/fr/CPTFR_vol1-2011-2012.pdf
-* Gouvernement du Canada
-* Rapport financier annuel du gouvernement du Canada
-* Exercice 2010-2011
-* Charges de programmes : 239,6
-* (milliards de dollars)
-* Dépenses 239,6
Réf.: http://www.fin.gc.ca/afr-rfa/2011/report-rapport-fra.asp
Constatation. La valeur comparative des dépenses entre Québec et Ottawa s’élève maintenant à 30,68%. Est-ce mieux qu’hier? Non, car on sait, en revanche, que la dette de chacun des gouvernements est proportionnellement énorme. De plus, le fait que l’État québécois consacre maintenant près de 50% de son budget aux services de soins de santé, peut-on admettre que c’est une situation normale entre tous les postes budgétaires d’un État quel qu’il soit? En outre, après l’intrusion massive du fédéral dans le financement de l’enseignement supérieur et de la recherche universitaire, c’est au tour du financement des infrastructures des municipalités qui fait l’objet de tractations fédérales-provinciales. Une preuve de plus que les états provinciaux au Canada sont dans l’indigence financière.
Après le Discours d’ouverture, le deuxième acte gouvernemental qui a généralement le plus gros impact sur la société québécoise concerne le dépôt du budget annuel du gouvernement. Le ministre Nicolas Marceau vient de livrer à l’Assemblée nationale son premier Discours sur le budget 2012-2013 dans la continuité bien connue de l’esprit provincial de la conception des prévisions budgétaires du Québec. En fait, le ministre n’a finalement que (re)brassé des cartes archiconnues préparées par des technocrates.
Nommé ministre des finances et de l’économie le 19 septembre 2012, il n’a eu que 60 jours pour concocter son budget 2012-2013. Il a dû pratiquer le jeu de l’équilibriste en fonction du court terme prévisible du gouvernement minoritaire péquiste. Malgré tout le sérieux de l’exercice, ce budget précipité ressemble à une recette de cuisine pour satisfaire le goût des consommateurs.
Nous savons tous que les plans budgétaires sont principalement des travaux de technocrates que les politiques tentent de nous expliquer du mieux qu’ils peuvent. Aucun ne doute que les plans budgétaires sont nécessaires mais les comptes publics le sont tout autant pour comparer le réel aux prévisions de dépenses. Le sens de la vision des choses, de l’analyse objective et du respect de la réalité du monde devrait primer sur l’obsession de l’austérité ou de la rigueur budgétaire et économique. Heureusement que le ministre n’est pas tombé complètement dans le piège de la grande sévérité inflexible et incomparablement débile. En contrepartie, il a surtout cherché à plaire aux uns et autres sans nous offrir une vision réelle de la situation. Dans son ensemble, ce budget manque d’ampleur. Un budget de fonctionnaires avec une touche politique péquiste du genre gouvernance provinciale. D’ailleurs, pas un mot sur la souveraineté et encore moins de l’indépendance. Il est très difficile de prendre au sérieux les critiques de Raymond Bachand au sujet de ce budget. Nicolas Marceau a pensé en fédéraliste bon chic bon genre.
La seule chose qu’on peut dire : «La vie continue.» La crise a été évitée. Une mince consolation pour la population québécoise. Le ministre nous a prévenu : «On ne jouera pas aux dés avec l’argent des Québécois. (p. 15)» Il a été fidèle à sa promesse.
Pourtant, ça grenouille au Québec. La Commission Charbonneau fait son travail et nous prenons connaissance régulièrement de l’organisation d’un système de collusion et de corruption à haute échelle. Il aurait fallu que le ministre nous présente le portrait de la valeur des contrats de construction du Ministère des Transports du Québec puisqu’il y consacre des centaines de millions.
-* Gouvernement du Québec
-* Dépenses budgétaires du fonds général
-* Prévisions 2012-2013
-* (en MILLIONS de dollars)
-* DÉPENSES DE PROGRAMMES
-* Transports : 751,7
Réf.: Supplément au Discours sur le budget 2012-2013.
Nicolas Marceau, 20 novembre 2012
Réf. : http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/2012-2013/fr/documents/Discours.pdf
Voir le tableau sur la valeur des contrats de constructions du MTQ entre 2003 et 2011, cf., http://blogscienceshumaines.blogspot.ca/2012/06/les-elections-plus-tard.html et l’étude de la firme SECORD/KPMC sur le Plan québécois des libéraux des infrastructures (12 novembre 2012), cf., http://www.tresor.gouv.qc.ca/fileadmin/PDF/publications/e/Etude/Etude_SECOR-KPMG.pdf
et le point de vue de Louis Duclos http://www.vigile.net/Mal-places-pour-faire-la-lecon
Ces trois-quarts d’un milliard de dollars auraient mérité plus d’explications quant aux actions gouvernementales en 2012-2013. Cette lacune est de taille. Le Discours sur le budget est muet sur cette question. Le vent de collusion et de corruption n’est-il pas assez fort pour obliger le ministre des finances et de l’économie du Québec d’annoncer à tout le moins les intentions gouvernementales sur le Plan québécois des infrastructures au Québec (le PQI)? Son silence doit être réprouvé. Par contre, ses préoccupations pour le programme «Tourisme» aura tous les honneurs pour le groupe de Gilbert Rozon.
-* Gouvernement du Québec
-* Dépenses budgétaires du fonds général
-* Prévisions 2012-2013
-* (en MILLIONS de dollars)
-* DÉPENSES DE PROGRAMMES
-* Transports : 135,8
Pour l’industrie touristique, le ministre insiste sur le rapport de mai 2012 du Comité performance de l’industrie touristique du groupe d’experts présidé par M. Gilbert Rozon. Il consacre trois pages de son discours pour le Ministère du Tourisme (p. 24 à 26) pour défendre son objectif de «faire rayonner nos attraits touristiques».
Le discours du ministre Nicolas Marceau a été beaucoup trop prudent et conservateur. L’héritage libéral transparait dans la présentation du discours. L’imprécision au sujet de la désignation du gouvernement au pouvoir pour certains actes gouvernementaux finie par agacer le lecteur. .À titre d’exemple, la toute première phrase du discours : «La première a trait à la croissance économique, un objectif central de notre gouvernement depuis notre élection en 2003.» (VOIR : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_g%C3%A9n%C3%A9rale_qu%C3%A9b%C3%A9coise_de_2003 Ce n’est certainement pas le cas, car le gouvernement péquiste a été battu par les libéraux de Jean Charest. À la page cinq on a encore un imbroglio avec l’expression «gouvernement précédent», car ce n’est pas le gouvernement Charest mais le gouvernement péquiste. Il aurait fallu citer nominalement les différents gouvernements pour comprendre ce qui s’est passé. C’est peut-être un détail mais même l’usage de l’expression «notre gouvernement» n’est pas clair. La confusion devient par moment insupportable.
Passons à autres choses. Dans son discours, le ministre aurait dû montrer plus de vision sur les plus gros postes des prévisions budgétaires 2012-2013, les sociétés d’État et les grands enjeux de l’économie québécoise. Cet exercice budgétaire doit être refait avant l’annonce d’une prochaine élection générale. La population s’attend à plus que du «self-governing» local par le gouvernement Marois. L’équipe péquiste qui est au gouvernement doit apprendre que l’unité québécoise ne peut se suffire d’une coalition de partis politiques pour réaliser l’indépendance nationale du Québec qui est le «self-government» réel et complet de l’État québécois qui est recherché.
Il faut des idées claires sur l’indépendance qui seront partagées par une majorité d’individus dans la société québécoise. Selon monsieur Claude Béland, ex-président de Desjardins, ce n’est pas le cas pour l’instant. En conséquence, les politiques doivent sortir de leur tour d’ivoire et élargir le réseau des circuits nationalistes traditionnels pour se rendre au peuple. Ils doivent travailler à créer les conditions d’un mouvement indépendantiste fort. Par conséquent, ils ont l’obligation de s’ouvrir aux objecteurs de la rectitude politique hors des milieux politisés qui croient faire la révolution facile. Ni une élection ni un référendum ni des actes de «self-governing» n’atteindront l’objectif de l’indépendance complète. Le premier discours des finances du gouvernement Marois en est la preuve flagrante.
Il est temps que tous les députés souverainistes consacrent du temps à comprendre ce qu’ils veulent faire réellement, à part se faire réélire, afin d’espérer presque béatement que l’indépendance tombera comme un fruit mûr sans un travail en profondeur parmi toute la population du Québec dans tous les milieux au Québec.

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 299 041

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Bruno Deshaies Répondre

    9 décembre 2012

    9 décembre 2012, par Bruno Deshaies
    POUR EN FINIR AVEC LE SOUVERAINISME (LA GOUVERNANCE OU LE «SELF-GOVERNING»)

    Changer notre économie de fond en comble est sûrement un souhait très noble. Ce qui changerait encore plus le Québec, c’est L’INDÉPENDANCE NATIONALE COMPLÈTE. Elle ne se fera pas facilement. C’EST LE POLITIQUE QUI EST D’ABORD NOTRE BÊTE NOIRE. Or, nous sommes en face d’un obstacle majeur. D’où vient alors notre incapacité collective à vouloir réaliser l’unité d’action nationale quant à l’objectif de l’indépendance complète ?
    Les « ambiguïtés des aspirations du Québec » perdurent dans le temps. Cette attitude est campée dans notre inconscient collectif et elle a imprégné notre mémoire historique depuis plusieurs générations. Pour un grand nombre de Québécois, comme on sait, les Rocheuses nous appartiennent ! Il faudra bien se faire une raison. De plus, les échecs des tentatives de libération nationale du passé conditionnent nos comportements politiques d’aujourd’hui. Ils aggravent la condition objective d’annexion et de subordination sur place qui est notre lot depuis plusieurs générations sans toutefois l’avoir créé.
    Devant une telle condition historique, les problèmes des sociétés sont aggravés mais néanmoins comparables à toute autre société. Dans l’«univers social» comme tel il y aura toujours du changement d’une époque à l’autre et d’un milieu à un autre. En revanche, si l’on considère le problème de l’extérieur qui est celui de la réaction aux difficultés du «national» d’une collectivité, les situations sont différentes et variables d’une société à une autre. Nous sommes dans un autre ordre de difficultés, car il s’agit ici des rapports avec les autres collectivités ou nations.
    Dans cette perspective, il ne s’agit plus de conflits sociaux mais d’affrontements nationaux. C’est la VIE COLLECTIVE du groupe humain distinct qui est en jeu. C’est l’«agir (par soi) collectif» qui devient l’enjeu des rapports nationaux. Ainsi, la maîtrise politique, économique et culturelle de son «empire» et de son «domaine» [selon deux mots que Saint-Exupéry emploie souvent dans CITADELLE, «son œuvre posthume», cette œuvre considérable qui porte sur les rapports des humains, des communautés et du gouvernement des sociétés (cf., pour les mots empire et domaine dans http://www.cnrtl.fr/definition/domaine)]. Nous sommes à la base des fondements de l’indépendance nationale.
    Faire l’indépendance du Québec implique beaucoup plus que des actes de gouvernement à caractère provincial. La problématique du «social» ne suffira jamais à résoudre le problème du «national» car l’acceptation de la solution de l’indépendance nationale exige un nouveau cadre conceptuel, voire même de nouvelles normes pour apprécier la valeur de ce choix collectif.
    La nation qui recherche son indépendance fait face au problème de son unité nationale. Dans ce cas, la notion d’indépendance doit porter «sur l’ensemble d’un groupe d’individus qui se reconnaissent comme une collectivité distincte et une» et comprendre aussi que «les nations souveraines sont en réalité des empires». Les Québécois doivent accepter ce cheminement cognitif pour sortir du carcan «provincial» qui est en soi une privation collective très grave.
    Voici très sommairement le cheminement de Maurice Séguin dans le Chapitre premier : « Vie et condition de vie » (cf., Les Normes).
    ASSIMILATION DES PRESSIONS, DES INFLUENCES ET DES ÉCHANGES EXTÉRIEURS
    Les pressions, les influences, les échanges s’accroissent, ajoutant aux difficultés, aux rivalités et aux tensions internationales, mais malgré tout, les relations de voisinage sont épanouissantes si l’organisation collective d’une Nation, maîtresse et forte chez elle, est capable de surmonter et d’assimiler finalement ces influences extérieures.
    RÔLE CONSIDÉRABLE DE L’ÉTAT
    Le rôle considérable de l’État pour une nation souveraine: une grande partie des influences étrangères échappent à tout contrôle étatique; cependant, il faut souligner le rôle imposant de l’État pour réglementer, soutenir, corriger, défendre la vie collective nationale.
    LE RÉGIONALISME ET LA NATION INDÉPENDANTE
    - LE RÉGIONALISME À L’INTÉRIEUR D’UNE NATION INDÉPENDANTE
    Toutes les zones, toutes les sections d’une même nationalité souveraine ne sont pas également prospères, dynamiques. On y distingue des régions moins développées, des pôles d’attraction, un centre prépondérant…
    Au sein d’une nation souveraine et d’une même ethnie, se rencontrent des phénomènes apparentés à l’impérialisme, à l’annexion, à l’assimilation.
    La notion d’indépendance d’une nation ne peut donc porter, d’une manière générale, que sur l’ensemble d’un groupe d’individus qui se reconnaissent comme une collectivité distincte et une, sans trop s’interroger sur les parties…
    LES NATIONS SOUVERAINES SONT EN RÉALITÉ DES EMPIRES
    Les nations souveraines sont en réalité des empires où souvent l’assimilation des éléments n’est pas toujours terminée…
    * * *
    Essayons d’analyser la situation de la nation indépendante en procédant à contrario.
    Qu’en est-il de l’état de dépendance d’une nation ? En peu de mots, cet état prend les traits suivants :

    Privation. Oppressions (accidentelles)
    Remplacement
    (de l’agir par soi). Oppression (essentielle)
    Inaction
    (volontaire ou imposée). Appauvrit.
    Nation annexée. Subordination sur place et superposition.
    Pourtant, le contraire signifie :
    Action. Développe, enrichit.
    Ce vocabulaire n’a pas été choisi en vain et au hasard. Il nous permet de mieux concevoir les difficultés des nations minoritaires dans la « Dynamique de TOUTES les sortes d’UNIONS FÉDÉRALES » que ce soit dans « un régime très centralisé ou peu centralisé ». Certaines privations collectives entraînent souvent des oppressions accidentelles qui sont inopportunes et inévitables qui déplaisent généralement à la minorité. Cependant, elles n’équivalent jamais la nature de l’oppression essentielle qui signifie le remplacement, la substitution de l’agir par soi ou la substitution par un tiers. Dans la situation des Québécois-Français, c’est le cas de figure suivant : «Subordination sur place et superposition pour les nations annexées». Cet état de fait conduit à l’inaction volontaire ou imposée qui produit «une perte d’expérience, d’initiative et de possibilité d’accumuler des habitudes pour la collectivité remplacée. Bref, l’inaction appauvrit collectivement une société minoritaire. Retenons finalement ceci : «Pour une société, le bien fondamental, c’est l’agir (par soi) collectif.»
    Ainsi le «self-governing» (tel «a self-governing province») est inefficace et même nuisible, car il ne peut remplacer le «self-government» complet (tel le pouvoir de commander sa propre vie, posséder son autonomie interne et externe, jouir de la pleine autodétermination politique).
    L’indépendance nationale c’est donc plus qu’une question d’impôts, de plans budgétaires et de rouages économiques ou d’association ou de partenariat plus ou moins centralisé ou décentralisé. En fait, il faut obligatoirement un État souverain capable de « réglementer, soutenir, corriger, défendre la vie collective nationale ».
    Bien sûr il faut comprendre et travailler à améliorer le sort des personnes et la répartition des biens à l’intérieur d’une société. C’est à l’avantage du bien commun et d’un usage plus optimal des moyens à la disposition de tous et chacun. Par contre, s’il s’agit de faire l’indépendance nationale du Québec, l’action collective doit porter nécessairement sur le NATIONAL.

    À mon avis, ce n’est parce que les péquistes ou les souverainistes «sont enfermés dans une culture provincialiste et conformiste sur le plan économique et financier» mais parce qu’ils ont une conception réductrice de l’indépendance et, en effet, «ils sont incapables d’en sortir».
    RÉFÉRENCE
    Bruno Deshaies «Les péripéties de l’union européenne. Passé, présent, avenir.» Chronique, jeudi 23 juin 2005. Indépendance nationale du Québec 220. Source : http://archives.vigile.net/ds-deshaies/docs5/220.html
    La version anglaise de l’article de Paul Stanway se trouve maintenant ici :
    http://www.freedominion.ca/phpBB2/viewtopic.php?f=11&t=11517
    Voir l’usage qu’il fait du mot «self-governing».

  • Archives de Vigile Répondre

    8 décembre 2012

    Si la situation financière du Québec et aussi de bien des Québécois n'est pas reluisante, il y en a pour qui elle l'est.
    Par exemple la Scotia Bank vient d'annoncer des profits records.
    http://www.timescolonist.com/jobs/Record+profit+Scotiabank/7671131/story.html
    Le Système fait l'affaire de certains, c'est évident.
    Avec cet argent, la CLASSE visait la gratuité scolaire. On pourrait aussi viser le revenu de citoyenneté universel afin que tous les Québécois sans exception puissent vivre décemment et être heureux.
    La CLASSE avait peut-être raison le printemps dernier quand elle suggérait de taxer les banques. C'est là que se trouve l'argent dirait-on.

  • Archives de Vigile Répondre

    6 décembre 2012

    Ce que je retiens, c'est toujours l'histoire des coupures ici et là afin de respecter l'éternel objectif du déficit zéro. Comme l'a dit madame Françoise David, des gens vont pâtir à cause de coupures dans le social.
    À quand la pauvreté zéro au Québec?

  • Archives de Vigile Répondre

    5 décembre 2012

    Le vrai scandale du budget: l'impot des cies
    Les cies d'État, i.e HQ, Loto-québec et la SAQ vont rapporter 4,895 milliards dans les caisses du gouvernement
    Toutes les cies privées du Québec, ca ce sont toutes les banques (qui font des profits de 27 milliards à l'échelle canadienne), toutes les minières, toutes les grandes chaines (Jean-Coutu, Loblaws, Wall Mart) et les autres comme SNC, Bombardier, Ubisoft, toutes les PME, toutes ces cies réunies vont payer seulement 4,324 milliards. C'EST UN SCANDALE!

  • Archives de Vigile Répondre

    5 décembre 2012

    1 - Un seul rapport d'impôt et contrôle complet sur l'affectation des dépenses. Le Québec est la seule province où les citoyens font 2 rapports d'impôts. Le PQ pourrait faire campagne sur la "nationalisation" de ses revenus en vue de la prochaine élection. Une bataille énorme. On paie les services fédéraux à la pièce après les avoir analysés uns par uns en en faisant un débat public. Voir "Un gouvernement de trop" de Stéphane Chagnon, publié chez VLB éditeur.
    2 - Vérification démocratique citoyenne de la dette publique - plus ou moins 158 milliards dont 10 milliards$ cette année représentant les intérêts composés de cette dette empruntée sur les marchés privés. Voir ici le texte du professeur Louis Gill :http://classiques.uqac.ca/contemporains/gill_louis/dettes_souveraines/dettes_souveraines_texte.html
    3 - Réforme en profondeur de la fiscalité par l'abolition du système actuel - dont l'impôt sur le revenu - par l'établissement d'une seule taxe basse, cachée, automatisée sur TOUTES les transactions économiques. Voir ici :http://www.apttax.com/
    4 - Souveraineté monétaire, Banque centrale du Québec, contrôle de la création monétaire et Plan de Chicago révisé. Voir ici : http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2012/wp12202.pdf et ici : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/
    De l'audace et de l'imagination. C'est ce qui manque le plus aux péquistants. Ils sont enfermés dans une culture provincialiste et conformiste sur le plan économique et financier et ils sont incapables d'en sortir. De la petite politique provinciale professionnelle de merde. Basta.
    Le meilleur service que vous pourriez rendre aux québécois actuellement est de faire l'histoire de la fiscalité pour en décomposer tous les éléments.
    Pierre Cloutier ll.m
    avocat