La perche

Billet de Caroline


Celui qui a traité Michel Cormier

et des officiels de la ligue nationale de hockey

de fucking Frenchmen,

le hockeyeur Shane Doan,

a été nommé capitaine de l’équipe canadienne

qui ne compte par ailleurs aucun Frenchmen.

Il n’est pas le premier à lancer

ce type de « remarque »

à la tête des joueurs francophones.
Le seul fait que le capitaine de l’équipe de Montréal

ne soit jamais abaissé à prononcer

un mot de français

en dit long sur le respect porté

au français et à ceux qui le parlent.

Felipe Alou, gérant

de la défunte équipe de baseball Les Expos,

bien que marié à une Québécoise,

ne s’était pas davantage intéressé au français.
Il faut dire

que la majorité des gens qui viennent de l’extérieur

de même que les anglophones de l’intérieur du Québec

ne voient pas l’utilité d’apprendre le français

langue pourtant officielle.
Cela va d’un joueur vedette de hockey

au commun des mortels.
Même les lois

auxquelles le Québec a dû avoir recours

pour protéger la langue de la majorité

sont, plus souvent qu’autrement, allègrement ignorées

sinon contournées :

« No french ! »
« No french ! » c’est aussi

la façon des Canadiens

qui nous love

de nous accueillir dans leur Canada bilingue.
L’incident « Shane Doan »

a fait réagir le Bloc québécois

qui « critique » la nomination du joueur de hockey

à titre de capitaine de l’équipe canadienne.

« Le Canada doit projeter une image

d’égalité lorsqu’il est question de sport.

Il faut que les francophones puissent être respectés

dans tous les sports au Canada. »
Le Bloc a raison de critiquer.

Ce qu’il pourrait, dans un deuxième temps,

s’employer à faire

est de proposer

non pas un autre capitaine

mais une équipe de hockey

Hockey-Québec

regroupant des joueurs de langue française

tel que le réclame Me Guy Bertrand,

suggestion qui, à ce jour, n’a trouvé nul écho

chez les politiciens indépendantistes.
Pour Félix Pinel,

vice-président du MES,

« le Québec devrait se doter

d’une politique nationale du sport

Sport Québec

pour offrir du soutien aux athlètes,

veiller à la création d’équipes nationales

dans toutes les disciplines,

développer des sites d’entraînement,

former des entraîneurs, etc. »
La fierté d’un peuple

ne pousse pas dans les arbres.

Elle ne tombe pas du ciel.
Les fucking Frenchmen,

les mangeurs de hot dog, les loosers,

seront respectés

le jour où ils seront

pleinement Québécois

et cesseront de patiner entre deux identités.
Le sport constitue une manière

d’exalter cette affirmation.

Le Bloc saura-t-il saisir la perche ?

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 620

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé