L'impatience

Lettre à Victor-Lévy Beaulieu par Roland Dussault

Québec 2007 - Parti Québécois


Cher M. Beaulieu, je vous ai lu [dans Le Devoir du 13 mars dernier, dans un propos intitulé «Indépendantiste et adéquiste»->5176]. Quelle déception! Vous étiez un phare pour beaucoup d'entre nous. Vous avez rejoint le club des girouettes. Ce qui est la meilleure façon de perdre le cap. [...]
Quand l'on devient trop impatient, on est tenté de chercher des boucs émissaires et de les jeter par-dessus bord. Commencent alors les justifications. Dans votre cas, l'objet de votre justification, ce sont les régions. Or, vous savez très bien que les régions ne pourront être vraiment bien servies que le jour où le Québec deviendra souverain. Car le partage du butin national d'une manière raisonnablement récurrente ne viendra qu'avec la liberté. En attendant ce jour, «le pays de fou» dont parlait René Lévesque ne pourra que donner le résultat que l'on connaît. [...]
Une seule raison pourrait justifier votre présent choix: que M. Dumont soit «autonomiste» en attendant des cieux meilleurs, ce qui avait été le sens de la position «affirmationniste» de Pierre Marc Johnson. «Garder la souveraineté à l'horizon», disait ce dernier. Mais cela, si c'est le fond de la pensée de M. Dumont, il n'y a qu'à vous qu'il l'aurait confié. Et, s'il vous a dit cela, il se sera amplement contredit lors du débat des chefs qui s'est tenu le jour de la publication de votre propos dans Le Devoir: «Ne comptez par sur moi pour vous aider à préparer un autre référendum», a-t-il dit, très ostensiblement. [...]
Tout cela ne démontre-t-il pas que quand on veut être un phare, il faut être profondément conscient de la responsabilité qui vient avec le rôle? Et que ce rôle ne peut qu'être joué avec la plus grande des cohérences et la plus rigoureuse des transparences; à moins d'avouer que l'on s'est trompé, ce que vous ne faites pas, si je vous suis bien. Au contraire, je comprends plutôt que vous naviguez à contre-courant en cherchant à modifier le tirant d'eau... du bateau d'à côté, ce qui ne peut, en l'occurrence, que produire de la perte... dans le vaisseau principal.
Roland Dussault, Ex-député et souverainiste


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé