COUILLARD, LE FRANÇAIS ET CHAMPLAIN

Indigne

Dbe2191f988fdb4f007096d3b61f49ad

Yes Sir !

On savait Philippe Couillard peu sensible au fait français. À de multiples reprises, il l’a démontré. Avec son discours unilingue anglais en Islande, il a dépassé les bornes, projetant son inconscience sur la scène internationale. Le même jour, il a accueilli benoîtement le changement de nom du pont Champlain qu’impose Ottawa. Deux gestes indignes du premier ministre du Québec.

Plusieurs ont vu la scène dans les reportages : un participant français à la séance plénière de l’Arctic Circle, samedi en Islande, s’avance pour poser une question au premier ministre du Québec. Il hésite dans la langue de Molière, puis choisit l’anglais. Normal ; après le discours de Philippe Couillard, on aurait pu croire que c’était là la langue officielle du Québec. Les seuls mots français de cette allocution — on le constatera sur le site officiel du premier ministre où le discours est publié — sont « Plan Nord ». Quel avertissement trouvait-on, en haut du texte, encore lundi soir, sur le même site officiel ? « Traduction à venir » !

Cette manière très « Ottawa années 1960 » de dire « bah, le français peut attendre » a quelque chose de pitoyable. Tout comme la justification de M. Couillard à Reykjavik : « Si on est rendus au point où il faut dire aux gens que le Québec est francophone, on a un problème. Tout le monde sait que les Québécois parlent français. Ce qui est important pour nous, c’est que l’auditoire comprenne le message. » Cette logique informe démontre une incompréhension profonde de M. Couillard en ce qui a trait à la responsabilité dont il a été investi le 7 avril. Oui, à l’étranger, il faut dire au monde ce que le Québec est. Il faut le répéter. Constamment. C’est ce que tous les chefs nationaux, de gouvernements, d’État… ou même de bandes amérindiennes font : leurs discours sont conçus en tout ou en partie dans leur langue nationale. Puisque le Canada est bilingue, Stephen Harper les prononce dans les deux langues officielles du Dominion.

On dirait que M. Couillard, lui, n’a pas compris que, devant des étrangers, tant qu’il sera le chef du gouvernement québécois, il n’est pas le docteur Couillard, citoyen du monde au mirifique parcours. Il est « plus » que lui-même : il représente, voire incarne le Québec. Il doit parler sa langue officielle, le français, sacrée telle par le libéral Robert Bourassa en 1974. Depuis son élection, en plusieurs circonstances, l’habit de premier ministre allait comme un gant à Philippe Couillard. Samedi à Reykjavik, il semblait flotter dedans. Même Jean Charest, pourtant plus à l’aise en anglais qu’en français, n’a jamais commis un tel impair.

M. Couillard n’en est pas à son premier faux pas en la matière. Au débat des chefs, en mars, il a affirmé — avant de s’excuser — que chaque employé d’usine devrait être bilingue au cas où un patron anglophone surgirait. Avant d’aller faire son discours de victoire, il ajoute pour la forme, à la dernière minute : « J’obtiens ce soir la responsabilité unique de défendre le seul peuple francophone en Amérique du Nord. » En Islande, il l’avait manifestement oublié.

Comme il a oublié l’importance des symboles fondateurs français pour le Québec. Il s’est en effet dit « pas contre l’idée » d’Ottawa de débaptiser le pont Champlain pour le nommer Maurice-Richard. Pire, au sujet d’un pont que les Québécois paieront, M. Couillard a déclaré : « On va laisser aller le gouvernement fédéral avec ça. » Là aussi, le premier ministre semble faire peu de cas de la devise qui trône au fronton de l’Assemblée nationale : « Je me souviens. » François Hollande, lui, à la Chambre des communes, a subtilement reproché à Ottawa d’avoir évacué Champlain. M. Couillard devrait retrouver son épine dorsale, changer de discours et reprendre le reproche du président français à son compte afin de réclamer officiellement que le pont conserve le nom du célèbre fondateur de Québec.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé