FRANÇAIS AU COLLÉGIAL

Dévalorisation

09c5613a763e1e7d67ef7849bb6ed7a2

Bolduc, le fossoyeur du français !

S’il fallait une preuve supplémentaire qu’Yves Bolduc n’est pas à sa place au ministère de l’Éducation, nous l’avons obtenue la semaine dernière. En réponse à des questions sur les suites à donner au rapport Demers, le ministre a tenu des propos contradictoires, confus et erronés qui, malgré ses dénégations, laissent présager le pire : un nivellement par le bas.
Même si ce n’était pas l’objet de sa consultation, le Rapport final du chantier sur l’offre de formation collégiale (signé Guy Demers) se permet une sorte de post-scriptum où il s’en prend entre autres à l’épreuve uniforme de français (EUF), que fait passer le ministère et qui est une condition nécessaire pour obtenir un diplôme (DEC). « Nous rapportons un problème chronique de notre système d’éducation qui condamne plus de 1000 étudiants par année à terminer plusieurs années d’études sans diplôme. » Cette phrase, et quelques autres de ce rapport, donnent l’impression que nous passons tranquillement, au Québec, de la logique du « droit à l’éducation » à celle, viciée, du « droit au diplôme ».

Sur les trois critères que compte l’EUF — compréhension, structure et maîtrise de la langue —, c’est pour le dernier que les collégiens obtiennent le pire score… 85,1 % ! (Ils réussissent le premier à 96,2 % et le second à 99,5 %. Le taux de réussite global est de 83,1 %.) Or, le rapport Demers choisit d’interpréter ces faits comme un « gaspillage de ressources humaines ». Comme si l’exigence de maîtriser sa langue maternelle était accessoire, alors même que nous sommes en « économie du savoir ». Le rapport enferme ensuite l’avenir dans deux options : modifier le contenu des cours de français collégiaux pour préparer encore davantage les étudiants à l’EUF (libérer quelques heures pour l’orthographe et la syntaxe ; au pire, évacuer toute littérature). Ou alors… abolir carrément l’EUF.

Attendez, n’est-ce pas la faute du secondaire ? Le rapport Demers se refuse explicitement à aborder cette cause probable des difficultés en maîtrise du français chez nous. Il préfère, semble-t-il, suggérer l’abolition d’un examen certes imparfait (trop facile, selon plusieurs !), mais qui représente au moins, depuis une vingtaine d’années, une source de motivation extérieure pour les étudiants : « Je dois me forcer dans les cours de français ; à la fin, il y a l’EUF, et mon DEC en dépend ! »

C’est loin d’être le seul point faible de ce rapport. Sans démonstration, il tranche : la notion de « formation générale » a « bien servi le modèle collégial jusqu’ici, mais son déphasage avec l’évolution de la société depuis les 50 dernières années compromet la valeur de son apport pour les années à venir » (!). Yves Bolduc, lui, qualifie le rapport d’« excellent ». Et lorsque, en Chambre, le caquiste Jean-François Roberge lui demanda si quelque 15 % d’échec justifie l’élimination de l’EUF, le ministre répondit en affirmant une chose et son contraire : a) on ne diminuera pas les exigences et b) « Est-ce qu’on va empêcher quelqu’un de gagner sa vie, alors qu’il est compétent, parce qu’il a un problème au niveau [sic] du test de français ? » M. Bolduc en fit même une « question humaine », comme si le « droit au diplôme » était un droit de l’homme.

Pis encore : en entrevue avec notre collègue Robert Dutrisac, M. Bolduc ajoute le cas fictif d’un étudiant « dyslexique » voulant devenir boucher, bloqué dans sa quête par un échec à l’EUF. Or, ce n’est même pas avec un diplôme collégial, mais avec un DEP qu’on devient boucher au Québec ! Manque de rigueur, mépris de la culture et des exigences, pensées confuses : cette affaire concentre de manière troublante nombre de tentations que l’on fait trop souvent passer pour des gestes de « modernisation » de notre système. Tentations qui, au bout du compte, risquent de dévaluer les diplômes qu’on y obtient.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé