Indépendance non nécessaire...

Tribune libre 2012


Madame David, monsieur Khadir, lorsque l'on affirme :
« ... Pas nécessairement l'Indépendance du Québec »,
je ne vois pas du tout, peu importe l'angle par lequel on aborde honnêtement la sémantique de la formule, comment il est logiquement possible de saisir autre chose que le sens suivant :
« ... L'Indépendance du Québec n'est pas nécessaire ».
Indépendance possible, préférable, encouragée, désirée, imaginée, rêvée, souhaitée, appelée, réclamée... à la rigueur. Certes.
Mais certainement pas « nécessaire ».
Bien sûr, c'est votre droit le plus strict de penser le destin du Québec de cette manière. Assurément.
Mais pour le soussigné de la présente, simple citoyen, hélas, ce n'est pas la sienne.
Aussi j'eusse apprécié de votre part, madame Françoise, monsieur Amir, une plus grande clarté, voire honnêteté intellectuelle, sur cet enjeu absolument fondamental des intérêts vitaux du pays de Félix Leclerc, de Pierre Bourgault et de René Lévesque.
Bien cordialement à vous.
Jean-Luc Gouin,
depuis la circonscription de Taschereau,
Capitale nationale, le 24 août 2012

Featured 9d70efc13bfcf28a347710d42fbdde90

Jean-Luc Gouin94 articles

  • 96 457

Chambrelan du verbe et indocile citoyen de la Cité (les dossiers de la Francité et de la « Question » nationale du Québec l’occupent – et le préoccupent – tout particulièrement), mais également docteur en philosophie diplômé de l'Université Laval et spécialiste nord-américain du penseur allemand Hegel, JLG a publié ouvrages et maint article portant pour la plupart sur celui-ci.



Hegel. De la Logophonie comme chant du signe, son dernier opus, fruit de trente ans de recherche, a été publié simultanément, en 2018, et aux PUL, à Québec, et chez Hermann à Paris.

 

Textes « citoyens » choisis de Jean-Luc GOUIN ( 1995-2018 )

( parmi quelques centaines, qui hélas ne vieillissent pas )

 

•• Les Bilinguistes. Grands sorciers des langues phagocytaires

•• Débat sur la langue dans le quotidien Le Devoir (Été de 1998)

•• Qui sort, digne ! Franchir le miroir de notre schizophrénie collective

•• Le Franc Pays. Québécois ou Québec coi ? (+ de 20 ans plus tard, rien n’a changé...)

•• Le Lys dans le lisier (Ou pourquoi l’Indépendance du Québec, en quelques mots)

•• Aux larmes citoyens ! (anthropoème en hommage à Gaston Miron)

•• Philippe Couillard : Le Philippe Pétain de notre temps (Lettre à mon premier sous - ministre)

•• Autres espaces de réflexion (Société, Culture, Politique... dont : Ouvrez le Feu ! , Liquider pour argent liquide , Halloween. Plaie ou plaisir de l’enfance ? , Interdit de ne pas fumer ! ...) 

•• De l’humain travesti en divin (modeste contribution au projet d’une Charte de la laïcité)

•• Précis sur la malhonnêteté intellectuelle (aussi nommée mauvaise foi)

•• L’Homme Prométhée (une forme de « CQFD » irrésistible aux textes qui précèdent...?)

 

 





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    25 août 2012

    "Cet étudiant n’a-t-il pas raison ?"
    Non, ce syllogisme est faux!
    Il y a ici une différence de RESPONSABILITÉ: À l'intérieur du Canada, notre crayon est poussé par quelqu'un d'autre. On peut toujours dire que c'est la faute des autres...
    Alors que dans un pays indépendant, nos élus devraient porter la responsabilité de leurs décisions. La différence, quoi, entre l'enfance et la maturité!
    Qui a encore peur de ces chimères qu'on nous colporte depuis la conquête? Serons-nous capables?...

  • Archives de Vigile Répondre

    25 août 2012

    Monsieur Gouin,
    L'une des raisons à cela a été très bien exprimé récemment dans un article en langue anglaise.
    Un jeune étudiant québécois prénommé Simon nous donne cette version de l'affaire:
    "Simon added that he is not “all that excited about the idea of independence. It would be easier to take decisions because it would be on a smaller scale, but class conflicts would remain. There’d be the same problems, just in a smaller arena.”
    http://www.wsws.org/articles/2012/aug2012/queb-a24.shtml
    Cet étudiant n'a-t-il pas raison?