Fortis, un psychodrame?

Chronique de José Fontaine

Hier, au club de la presse de la RTBF, les journalistes s'interrogeaient sur le sens de tous ces événements. Beaucoup de gens, tant en Wallonie qu'en Flandre possédait des actions de Fortis, estimant qu'il s'agissait là d'un placement de bon père de famille. Mais cette action qui a valu 35 € n'en vaut plus qu'un seul aujourd'hui. Bien que l'on n'ait aucun chiffre précis quant au nombre de gens qui ont perdu leur poire pour la soif dans l'aventure, on devine qu'il y en a pas mal dans la petite ou moyenne bourgeoisie belge. L'Etat belge est intervenu vigoureusement en septembre et octobre 2008, acquérant la banque Fortis, de manière analogue à bien d'autres Etats. Et a proposé que la banque Fortis, qu'il n'a pas l'intention de nationaliser, de revendre ses parts à la grande banque française BNP, lui-même en demeurant le second actionnaire.
Furieux de ne pas avoir été consultés (et furieux d'avoir perdu tant d'argent..., mais sans que que ce ne soit la faute du gouvernement), les petits actionnaires ont mené un combat juridique en vue de suspendre la procédure initiée par le gouvernement fédéral. Celui-ci, à la dernière minute, songea à utiliser 125 millions d'actions qu'il possédait dans le holding, mais réputée non votantes selon les uns, votantes selon les autres, pour assurer une majorité de OUI à l'AG en faveur de ses décisions. Cette manière d'agir aurait été mal perçue. Les 125 millions d'actions n'ont pas été considérées comme votantes. Finalement, le plan du gouvernement a été rejeté par l'AG par 50,3 % des voix (votantes à l'assemblée), dont celles du plus important actionnaire, un Chinois, détenant 5% des actions. Mais ne s'agit-il pas surtout d'un mouvement de mauvaise humeur? Par ce vote, l'AG du Holding Fortis refuse que l'Etat belge (déjà propriétaire des 49% de parts de la banque correspondant à l'augmentation du capital de septembre - ce qui n'est pas mis en cause), demeure aussi propriétaire du reste des parts rachetées en octobre. Mais le holding n'a pas les moyens de rembourser l'Etat qui semble bien par là demeurer le maître du jeu.
Dans Le Monde, à la Une, Anne Michel et JP Stroobants estimaient vendredi que ce vote «fragilise» le gouvernement belge. C'est possible que cela le fragilise et il est vrai que le gouvernement fédéral belge, avec cinq partis au pouvoir, trois partis wallons et deux partis flamands, qui se tirent dans les pattes tout le temps à quatre mois d'élections capitales, semble bien donner raison à ceux qui pensent que le pouvoir en Belgique doit aller aux Régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles), le niveau fédéral semblant vraiment cafouiller. Mais cela ne veut pas dire nécessairement qu'on est à la veille d'une catastrophe, loin de là. La Belgique est un pays qui fait souvent parler de lui par d'épouvantables drames ou des querelles terribles. La division entre Flamands et Wallons est profonde, très profonde mais la capacité des uns comme des autres à s'en tirer ensemble, même en formant des entités politiques de plus en plus séparées, autonomes voire indépendantes est intacte à mon avis. La Belgique est déjà à ce point constituée d'entités très autonomes, qu'on doit penser qu'elle va continuer à disparaître. Mais tout un chacun a intérêt, justement parce qu'il a déjà créé sa niche entre cette presque post-Belgique, à ce que cette disparition soit lente.
Le très libéral (au sens économique) Didier Reynders, vice Premier Ministre et ministre des finances, le principal responsable de toute l'affaire, tout en ne se fermant pas aux doléances des actionnaires estimait, dans La Libre Belgique de ce 14 février, que le Gouvernement belge avait d'abord à se soucier des contribuables qui sauvent Fortis. Comme la vice-Première socialiste insistant deux jours avant sur les 4 millions d'épargnants et les 20.000 employés de la banque (qui soutenaient la position du Gouvernement). La place de Fortis est vitale dans l'économie belge. A l'heure actuelle, on ne sait si les accords avec BNP seront honorés. La BNP est elle aussi en difficultés, son titre ayant perdu 60% de sa valeur (depuis les accords). Il y a beaucoup d'incertitudes, mais on ne peut pas dire que les responsables paniquent. Ni les clients de la banque. Et par ailleurs, il ne me semble pas que le vote de l'AG, rejetant indirectement l'accord conclu par le gouvernement avec BNP, soit anti-français ou le symptôme d'un sursaut de nationalisme belge. En plus, tout le monde s'attendait à ce vote qui est peut-être surtout l'expression des affres de gens très aisés qui ont perdu des dizaines, des centaines de milliers voire des millions d'€. Cependant, selon Le Monde, il pourrait y avoir, à court terme, des problèmes de liquidité à Fortis, ce qui n'est pourtant pas le sentiment qu'expriment les responsables politiques ou les dirigeants de la banque.

Featured 11746605790305d4d2500c52aa75121d

José Fontaine355 articles

  • 365 250

Né le 28/6/46 à Jemappes (Borinage, Wallonie). Docteur en philosophie pour une thèse intitulée "Le mal chez Rousseau et Kant" (Université catholique de Louvain, 1975), Professeur de philosophie et de sociologie (dans l'enseignement supérieur social à Namur et Mirwart) et directeur de la revue TOUDI (fondée en 1986), revue annuelle de 1987 à 1995 (huit numéros parus), puis mensuelle de 1997 à 2004, aujourd'hui trimestrielle (en tout 71 numéros parus). A paru aussi de 1992 à 1996 le mensuel République que j'ai également dirigé et qui a finalement fusionné avec TOUDI en 1997.

Esprit et insoumission ne font qu'un, et dès lors, j'essaye de dire avec Marie dans le "Magnificat", qui veut dire " impatience de la liberté": Mon âme magnifie le Seigneur, car il dépose les Puissants de leur trône. J'essaye...





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    16 février 2009

    Justement, José, le gouvernement ne pouvait "légalement" pas intervenir.
    Le code belge des sociétés interdit aux actionnaires, fût-ce le gouvernement, d'intervenir et d'influencer le CA qui doit être indépendant.
    Donc, si le gouvernement en la personne de Didier Reynders, Ministre des finances, est intervenu, c'est une faute grave punissable.
    Tout comme Leterme, Ier Ministre, et son ministre de la justice ont démissionné, si Reynders est intervenu, il y a abus de pouvoir.
    La conséquence est sa démission.
    On comprend pourquoi le CA de Fortis banque et le Ier Ministre Van Rompuy disent que le gouvernement n'est pas intervenu.

  • José Fontaine Répondre

    15 février 2009

    Oui, c'est exact, c'est le Conseil d'administration de Fortis, mais qui proposait, ce faisant, une solution qui était tentante pour le gouvernement qui ne l'a pas assumée alors qu'on peut bien deviner qu'il l'a sans doute suggérée en coulisses. C'est un peu technique de parler de cela, mais cela explique les réactions des actionnaires. Je pense que le ministre des finances et le Premier ministre sont maintenant à Paris. Même si BNP est plus gros que Fortis (et la France plus grande que la Belgique), BNP a un intérêt immense à acquérir cette banque. Ce dossier est complexe, beaucoup l'ont répété. Il faut attendre et voir... J'ai l'impression que cela se dénouera bien. L'Etat belge est mis en cause, c'est évident, il est très endetté par exemple, mais il a réussi à diminuer fortement sa dette qui est en vérité une dette de l'Etat par rapport à ses propres ressortissants et cet endettement n'est pas du tout le premier dans son histoire... Mais je reconnais que tout n'est pas joué et qu'il y a quand même de quoi s'inquiéter.

  • Archives de Vigile Répondre

    15 février 2009

    José, tu commets une erreur en disant :
    "le gouvernement fédéral. Celui-ci, à la dernière minute, songea à utiliser 125 millions d’actions qu’il possédait dans le holding, mais réputée non votantes selon les uns, votantes selon les autres, pour assurer une majorité de OUI à l’AG en faveur de ses décisions. Cette manière d’agir aurait été mal perçue. Les 125 millions d’actions n’ont pas été considérées comme votantes."
    "L'idée d'utiliser les 125 millions d'actions de Fortis holding actuellement entre les mains de Fortis Banque pour le vote lors de l'assemblée générale, était une initiative de Fortis Banque, dit Herman Van Rompuy."
    Il faut aussi faire remarquer que les 50.3% de non ne représente que 10% du capital.