Parti indépendantiste

Discours de Bertrand Lefebvre - Candidat à l’investiture dans Masson

Conférence de presse du 19 Juillet 2008

Tribune libre 2008

19 juillet 2008
D’abord, je souhaiterais vous remercier de vous être déplacés, et je vais tout de suite commencer par me présenter : je suis donc Bertrand Lefebvre. Je suis Français d’origine et j’ai décidé d’immigrer au Québec en 1992.
L’idée d’immigrer au Québec me tentait beaucoup, pour la langue, le français qui se perd un peu plus chaque jour, et pour améliorer ma qualité de vie. Quand j’ai reçu mon certificat de présélection par les membres de la délégation générale du Québec à Paris, leurs propos étaient sans équivoque et saluaient le projet de recevoir des immigrants français pour renforcer la langue et surtout pour consolider les votes en faveur du Québec dans l’éventualité d’un nouveau référendum.
Au bout de quelques années j’ai souhaité épouser cette noble cause qu’est la Souveraineté, et je suis devenu membre du PQ.
16 années ont passé et aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir été tout simplement oublié, un sentiment de laissé-pour-compte au profit de tous ces politiciens, de tous ces beaux parleurs. Beaucoup trop de choses qui ne me conviennent plus, et je pourrais tout simplement faire comme la plupart des Québécois, être soumis, ne plus avoir de fierté, me plaindre et ne rien faire de plus.
Malheureusement, je ne suis pas comme eux ou plutôt, comme ils sont devenus.
C’est donc pour cette raison que j’ai décidé de joindre les rangs du Parti indépendantiste pour enfin remettre en marche ce beau projet de faire du Québec un Pays, ce que d’ailleurs Madame Marois à habilement mis de côté, pour des intérêts personnels.
Quand je vois toutes ces manigances, ces manipulations orchestrées par ces politiciens en place devant un peuple soumis et anesthésié, je me demande vraiment où est passé ce peuple de Québécois qui admiraient tant René Lévesque, et qui se tenaient debout à cette période de leur histoire.
Nous nous sommes fait voler le référendum de 95. Nous avons tous été témoins du scandale des commandites. Combien de politiciens sont tombés ? AUCUN ! Qu’elle honte de voir où cela a abouti… Et qui a payé pour ce cirque ? Évidemment, le peuple, comme pour la commission Bouchard-Taylor. Combien aura coûté au peuple cette nouvelle supercherie surtout pour se faire dire qu’il manquait d’ouverture envers les immigrants ?
Madame Marois, qui se produit devant son manoir, ou son petit chalet de Charlevoix, Monsieur Dumont qui déroule le tapis rouge pour Monsieur Harper, et le PLQ qui mène le pays avec une carte de crédit ! Il est vraiment temps que les Québécois se réveillent car je continue à croire que toutes ces « vedettes » de la politique n’ont que faire du peuple québécois.
Il faut gouverner par la base, avec des personnes qui se rappellent d’où elles viennent, et je pense également que la politique ne se fait pas via des émissions de variétés ou de divertissement pour bien paraître auprès du peuple mais sur le terrain comme le faisaient nos vrais politiciens d’antan.
C’est pour toutes ces raisons que je vais me présenter dans la circonscription de Masson, et qu’avec le peuple québécois, nous allons faire de cet État, ce beau pays et gérer nous-mêmes notre avenir. Il faut que le Québec se mobilise avant qu’il ne soit vraiment trop tard. Il est moins une.
Merci de votre attention.
Bertrand Lefebvre

Featured 22f7f9f635c4478b65e66857755e8691

Bertrand Lefebvre10 articles

  • 3 328

Quel que soit le parti qui est en faveur de
l'indépendance du Québec, nous n'aurons pas le choix d'en arriver à une
coalition, et prouver aux Québécois qu'au fond nous militons tous pour la
même cause.
Comme dit le proverbe :« Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas
d'avis », j'en suis peut être un, et je l'accepte en tout humilité.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    6 août 2008

    Avec un tel discours, M. Lefebvre, vous n'êtes plus un immigrant québécois. Vous êtes un Québécois.
    C'est un Tremblay qui vous en reconnaît et certainement aussi celui à la tête de votre parti !
    Si nous avions une institution de reconnaissance nationale, c'est d'une main sur les Oeuvres de Champlain et d'une bouffée de calumet de paix à l'effigie du Grand Chef Anabijou que nous pourrions consacrer çà !