Commerce contemporain- Le Bénéfice au lieu du Progrès

La culture Anglophone c’est le commerce: pas l'art, la cuisine ou la langue, parce que sans un bénéfice prévu, il y a peu d'intérêt à continuer

Tribune libre 2008

L'attention récente du LHC DE CERN m'a amené à redécouvrir son inspirateur Nikola Tesla. Sans ses contributions, nous vivrions toujours comme dans "une petite Maison dans la Prairie". Il a créé les transformateurs et le courant alternatif A/C, a fait breveter une multitude des moteurs à piston, des applications hydrauliques et les bougies d’allumage, sans lesquelles on ne pourrait pas conduire et aussi, il est le père incontesté des communications sans fil. Mais c'est son histoire personnelle, une tragédie, qui est la plus appropriée aujourd'hui, parce que lui, le père du 20ème siècle, est mort sans le sou, la victime des manipulations, des mensonges et du vol, pratiqué habituellement dans le monde des affaires anglophones.
La culture Anglophone, c’est les affaires; personne ne soutiendrait que les Anglais dominent le monde du commerce; mais leur impartialité et légitimité devraient être attentivement scrutés. Cette culture est quantifiable, mesurée en dollars et en cents. Ceux qui ont l'argent font les règles, peu importe qu’ils les suivent. Pour Tesla cela a commencé par Thomas Edison manquant à sa parole sur un contrat verbal, revendiquant le génie "ne pouvait pas prendre une plaisanterie". Plus tard Edison a financé une campagne de propagande pour discréditer le courant A/C de Tesla comme dangereux, électrocutant les animaux, dans un effort pour convaincre le public que l'électricité à haute tension tuerait. Mais Tesla avec Westinghouse, coupant le coût de la proposition d'Edison en deux, a gagné le contrat pour fabriquer la centrale électrique des Chutes du Niagara.
Son brevet de la radio en 1897 a attiré l'investissement financier de JP Morgan, qui y a vu là un monopole potentiel. Mais la Tour Wardenclyffe aurait transmis l'électricité, le son et des images au monde entier gratuitement. Ayant appris en 1903 que les expériences de Tesla concernaient des technologies sans fil, JP Morgan a interrompu son appui au projet. Comme il n’y avait aucun moyen de mettre un compteur, on ne pouvait quantifier l’utilisation de l’électricité sans fils et donc, la facturer. L'année suivante, on a donné le brevet de radio de Tesla à Marconi et en 1905 incapable de payer ses aides, il a fermé son laboratoire. En attendant, JP Morgan monopolisait sur la crise financière des magnats électriques créée par leurs luttes sur AC/DC, accaparant autant d’usines et possessions qu'il pourrait obtenir. Westinghouse, acculé à la faillite, a demandé à Tesla la sortie de ses obligations et patentes, ainsi il sauve sa société. Finalement, quand la première guerre mondiale a privé Tesla de ses revenus de l’étranger, il a poursuivi en justice Marconi pour les droits exclusifs d'exploitation de radio. Mais les cours de justice américaines ont attendu 29 ans et sa mort avant de restaurer le brevet. .
La culture Anglophone c’est le commerce: pas l'art, la cuisine ou la langue, parce que sans un bénéfice prévu, il y a peu d'intérêt à continuer. Andy Warhol est devenu riche en faisant passer les boîtes de potage de Campbell comme de l'art. Les restaurations rapides pré-gelées sont le régime de l’américain moyen. La langue est si insignifiante, culturellement parlant, que le vocabulaire de la majorité des gens ne dépasse pas le lexique enfantin et par conséquent ils ne peuvent comprendre parfaitement la plupart de ce qui est écrit. Evidemment, dans la quête de la richesse, les fins justifient les moyens. Par exemple, les premiers fabricants de cigarettes ont présenté leurs bâtonnets de cancer avec le soutien des docteurs. Le rêve américain est un mensonge, créé pour attirer la crème de la crème, pour que leurs connaissances puissent être exploitées. Le pouvoir trompe et bénéficie de la misère des autres. JP Morgan ne pouvait pas laisser Tesla continuer avec son idée de donner l'électricité gratuitement, pas quand il avait investi lourdement pour profiter de son apprivoisement.. Et comme l’homme le plus riche des États Unis, il avait les ressources pour empêcher Tesla d'accomplir son rêve.
Les séparatistes ont fait face au même problème que Tesla. Ridiculisés, raillés, mal compris et comme avec les référendums, trompés. Comme Tesla, nous continuons à peiner, jouant selon les règles avec une main liée dans le dos. Le changement a tardé à venir, les politiciens ont été subornés et pour chaque pas en avant nous avons reculé de deux, perdant le territoire, le contrôle de notre enseignement et nos docteurs francophones. Ces mêmes manipulations consistent en ce pourquoi des voitures ZENN (faites au Québec) ne peuvent pas être vendues ou autorisées au Canada, pourquoi le Québec a des quotas d'exportation sur le sirop d'érable, quand d'autres provinces n’en ont pas et aussi pourquoi les plaintes des micro-brasseries contre Molson et Labatt sur leurs pratiques anti-concurrentielles ont été rejetées.
Comme une mauvaise plaisanterie Harper a accordé un statut de nation indépendante, alors rien de changé; même les Québécois ne pourront pas agiter leur propre drapeau aux Jeux olympiques. Rien ne changera jamais, tant que nous continuerons à laisser notre adversaire dicter les règles d'engagement. Nous devons trouver notre propre façon pour surmonter le problème. Bien que je ne ferme pas les yeux sur la violence, je ne propose pas de Marxisme ou le communisme, mais les seuls groupes incitant le changement significatif vers leur autodétermination ont été l’IRA, Le FARC et même notre FLQ.
Marconi fait des millions du brevet de radio avant que le verdict n'ait été retourné. Comment auraient été différents les choses si Tesla avait été capable de continuer à financer sa recherche des technologiques sans fil et nous donner tout gratuitement ? Aurions-nous une crise du gaz ? Paul Desmarais et son PCC auraient-ils d’un pouvoir réel ? Aurions-nous le réchauffement climatique ? Pensez-y la prochaine fois que vous entendrez la propagande ou vous-même étiquetterez et écarterez quelqu'un pour ses idées différentes. Le gouvernement a toujours connu la valeur de Tesla, mais a nié l'intérêt pour sa dernière recherche du RADAR et des rayons de particule, attendant, au lieu de cela, qu'il soit mort, saisissant et classifiant tout ce qui est resté du travail de sa vie. Le Canada également connaît la valeur du Québec, dans ses ressources naturelles et humaines, mais il se contente d'attendre, érodant lentement la culture et la langue française avec sa propre langue, attendant que s’éteigne la volonté de se battre, pour qu’il puisse entrer et prendre tout, une fois pour toutes.

Featured 1317ade7e3247b6167be8e929f212b5f

M.J. Samuel4 articles

  • 4 237

Je suis née et élevée en Ontario. Depuis 2004, j’ai appelé le Québec chez moi, pendant que j’étudie son histoire et sa langue. Aujourd’hui, je suis bilingue et séparatiste. Parfois mes pensées peuvent sembler racistes, résister à l’Anglophone, mais pour toutes mes expériences, je suis l’Anglophone et je justifie mes généralisations parce que j’ai vécu et j'ai travaillé pendant trois ans aux États-Unis. (Et la disparité entre les EU/canada/England n’est pas aussi grande que l’on voudrait croire). Je m'identifie avec le Québec, parce que bien que dilué, il est dans mon sang. Ma grand-mère était une moitié francophone et amérindienne. Elle a caché sa vraie identité pendant des années pour éviter des internats et autres préjudices sociaux. Elle a été anglicisée, mariée jeune et n'a jamais regardé derrière elle. Ma mère n’a jamais parlé le français, et le peu que j’ai appris à l’école ne dépasse pas le niveau de compréhension d’un touriste. Alors, mes études continuent et vos corrections et commentaires sont toujours les bienvenus.

english------------ I was born and raised in Ontario. Since 2004, I have called Quebec home, independently studying its history and language. Today, I am bilingual and a separatist. Sometimes my thoughts may seem racist, counter the Anglophone, but for all my experiences, I am Anglophone, and I justify my generalizations because I lived and worked for 3 years in the US. (And the disparity between the US/Canada/England is not as large as one would like to believe). Lastly, I identify with the Quebec, because albeit diluted, it’s in my blood. My grandmother was a francophone half native. She hid her true identity for years in order to avoid residential schools, and other societal prejudices. She was anglicised, married young and never looked back. My mother never spoke French, and what little I learned at school amounted to no more than a tourist’s comprehension. To this extend, my study is ongoing, and I appreciate feedback to enrich my understanding of the Quebec experience and language. And please, if you find grammatical errors in my French versions, email me your suggestions. I do my best to have a francophone verify my articles before they are published, but nobody is perfect.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    19 septembre 2008

    Excellent, excellent.
    Nikola Tesla, le chercheur au service de l'humanité qui n'avait pas le temps de piller des comptes en banque. Un génie hors du commun des génies, parasité par les affairistes exploiteurs d'humanité. Nikola Tesla cet inconnu de la plupart et dont l'histoire a été soigneusement rélégué dans le département de l'insolite discréditatoire. Celui qui aurait permis à l'humanité de s'affranchir de l'esclavage des pilleurs planétaire.
    Reprenons notre liberté en tous lieux, retrouvons l'héritage de Tesla et distribuons-là partout. Il faut sortir de cet engrenage forcé qui traîne la dignité humaine dans la boue. L'homme ne vivra pas que de pain et de chars, il doit récupérer le temps qu'il se fait voler afin que ses yeux s'ouvrent pour voir où il và.