Message d'une Anglo séparatiste (et bilingue)

Notre Gouvernement: manipulateur de la démocratie

Government Tactics; Our Manipulated Democracy

Tribune libre

(La version anglaise suit ce texte)
Comme une mort lente par empoisonnement, le gouvernement nous nourrit à petites doses de toxicité. Ainsi, quand on meurt, ce
n’est pas attribué à un seul acte, mais à un autre cancer, plausiblement
sans rapport, qui mange la société.
Une attaque directe est combattable, on peut identifier et affronter l’ennemi. En plus, c’est facile à trouver des compagnons d'armes. Comme la bataille pour loi 101, le subjugation des francophones était évidente, et leur souffrance était universelle, donc, eux-mêmes étaient unifiés.
Alors, la première règle d’une attaque subversive est de diviser et
de vaincre. Puisque les Français débattant pratiquement tous, cette tactique est relativement facile à implémenter. La preuve vient des partis séparatistes multiples. Pendant qu’on débat des schématiques, on ne progresse plus, le «but commun» devient confus.
La deuxième méthode d’attaque est de faire des exceptions à la majorité. Par exemple, TOUTES les positions autoritaires NE sont PAS encore occupées par les anglophones : pensez aux anciens Premiers ministres ou à Michaëlle Jean, la Gouverneure générale. Le gouvernement blanchit ainsi l’image internationale du Canada, tout en jetant les déchets vers son peuple. Le machine anglo-impérialiste a appris qu'en achetant
quelques personnes en haut, on peut toujours contrôler les masses. De là, le scandale des commandites, qui avait un effet double, achetant la
fidélité dans l'intérim, et perpétuant préjudice et mépris contre les
séparatistes. Car, en dehors du Québec, on voit cette situation
comme une rançon demandée d’Ottawa.
Troisièmement, faire germer les idéologies que vous voulez promouvoir et diminuer le niveau d'éducation. Si des ressources éducatives sont coupées, ou si le financement est détourné à la construction d'infrastructures ou pour des programmes de groupes minoritaires, au lieu d'investir dans des livres et des éducateurs: le résultat est pareil, une génération de penseurs programmables, des manœuvres non qualifiés et une poignée d'intellectuels frustrés, enclins à une attitude défaitiste ou dépressive. Faire taire une majorité alimentée par des médias et la télévision, ceux qui devraient être l'autorité intellectuelle à être consultée, sont devenus des rejets sociaux, étiquetés d'alarmistes, théoriciens de complot ou imbéciles non-patriotiques. Et comme une génération engendre la suivante, ainsi arrive un changement fondamental dans la conscience de la société. Bien que les Québécois sont souvent incompréhensibles au Français, les
générations futures deviennent, de la même façon, dissociées de la langue et de la culture québécoise, dont les gens des années 1970s se sont battu si fortement à protéger.
Finalement, en se cachant ou en s'excusant de leurs propres action, en passant le blâme à un autre. Le meilleur exemple, c'est le débat d'immigration au Québec. Le Canada se vante d'avoir donné plus de contrôle au Québec sur l'immigration comparativement aux autres provinces - cependant, le Canada conserve le pouvoir de veto. Malgré la déclaration que le Québec est une nation, on ne peut pas devenir un citoyen du Québec, on devient un citoyen du Canada, jurant ainsi une allégeance à la Reine, et non au Québec.
« Je jure fidélité et sincère allégeance à Sa Majesté la Reine Elizabeth Deux, Reine du Canada, à ses héritiers et successeurs et je jure d’observer fidèlement les lois du Canada et de remplir loyalement mes obligations de citoyen canadien. »
Et la commission Bouchard-Taylor qui considère les
Québécois comme étant "simplement des immigrants", considérant leur demande aux nouveaux venus de s'assimiler à la culture dominante comme fondée sur le racisme. L'étude ignore le rôle historique des Québécois et leur combat pour ne pas être assimilés. En outre, sans égard à la racine du problème d'immigration, le serment d'allégeance à la Reine, ils discernent le Franco-communautaire comme un monstre xénophobe.
Le monde est dans un bouleversement. Beaucoup de groupes
minoritaires se battent pour leur indépendance ou contre l'oppression. J'aurai pu facilement donner des exemples de la politique du "Grand Frère-1984" et de sa "guerre contre la terreur", au lieu de prendre l'exemple des Québécois.
Malheureusement, ces tactiques fonctionnent et nous restons divisés. La plupart des personnes agitent leur propre drapeau nationaliste dans une main et brandissent la propagande produite par l'impérialisme dans l’autre. La langue dans laquelle elle est écrite importe peu.
La vérité n'est pas dans les médias d'information. Elle est cachée dans l'histoire et dans les cœurs des opprimés. Et c’est uniquement ceux prêts à rechercher les sources pour prendre leurs propres
décisions qui peuvent la trouver.
Mais que sais-je; je ne suis qu'une intellectuelle frustrée.
---------------------------------------
Government Tactics; Our Manipulated Democracy
Like a slow death by poisoning the government feeds us small doses of
toxicity little by little. So that when one dies it is not attributable to
a single act, but some other plausibly unrelated cancer that eats away at
society. A direct attack is combatable, one can turn to face the enemy, and
easily rally others to help fight the aggressor. Like the battle that led
to law 101, the subjugation of the francophone was evident, and the
sufferance was universal, and as a result the people were unified.
The first rule of subversive attack then has been to divide and conquer.
Given the nature of the French to debate virtually everything, this tactic
is relatively easy to employ as evidenced by the multiple separatist
parties. As one argues over semantics, forward momentum is halted, and like
the issues, the “common” goal becomes clouded.
The second method of attack is to make exceptions to the majority. For
instance, not ALL authoritarian positions are held by Anglophones: notable
examples, previous Prime Ministers, and Michaëlle Jean, the governor
general. Thus whitewashing the international profile, while dumping the
bio-hazardous emptied paint cans on the people for disposal. The
anglo-imperialism machine has learned that by buying a few people at the
top, one can still control the masses. Hence, the sponsorship scandal,
which had a two-fold effect, buying loyalty in the interim and perpetuating
prejudice and misunderstanding in the long-term. Because outside of Quebec
this has widely been interpreted as the separatists holding Ottawa hostage
for a ransom.
Third, seed the environment with the ideologies you wish to prevail and
diminish the level of education. If educational resources are cut, or
funding is diverted to building infrastructures, or minority group
programs, instead of the core books and educators, the result is the same,
a generation of non-independent thinkers, unskilled labourers, and a
handful of frustrated intellectuals prone to a defeatist or depressive
attitude. Silenced by a majority fed by mass media and television, those
who should be the intellectual authority to be consulted for advice, have
become societal rejects, labelled alarmist, conspiracy theorists or
unpatriotic fools. And as one generation begets the next, so arises a
fundamental shift in society’s consciousness. So that just as the Quebecois
are often incomprehensible to the French, the future generations become
similarly disassociated with the Quebecois language and culture that the
1970s generation fought so hard to protect.
Lastly, hide or excuse your own actions by deferring blame to another.
The best example of this is immigration debate in Quebec. Canada boasts
that it has given Quebec more control over who immigrates than other
provinces, although Canada retains veto-power. However, despite being
declared an “independent nation” one cannot become a citizen of Quebec, one
becomes a citizen of Canada, and thereby swears an allegiance to the Queen
and not Quebec.
http://www.cic.gc.ca/english/citizenship/cit-ceremony.asp#oath
The deferring blame game arises with the commission Bouchard-Taylor, who
make the Quebecois out to be guilty of racism because they themselves “are
merely immigrants” who then unjustifiably demand of newcomers an
assimilation to their culture. The study ignores the historical role of the
Quebecois, and their own fight not to be assimilated. Furthermore, in
shifting the focus from the root of the immigration problem, the pledge of
allegiance to the Queen, they make out the Franco-community to be some sort
of xenophobic racist monster.
The world is in an upheaval these days. Many minority groups are fighting
for independence or against oppression. I could have just have easily
supported my arguments with examples against the “Big Brother” politics of
the “war on terror”, instead of the plight of the Quebecois. But
unfortunately, these tactics work and we remain divided. Most people
literally can’t see the forest for the trees, waving their own nationalist
flag in one hand and the Imperialist generated propaganda in another. It
doesn’t matter what language it’s written in, the truth is not in the news,
its hidden in history, in the hearts of the oppressed, and available only
to those willing to research the sources and make decisions for themselves.
But what do I know; I’m just a frustrated intellectual.

Featured 1317ade7e3247b6167be8e929f212b5f

M.J. Samuel4 articles

  • 4 237

Je suis née et élevée en Ontario. Depuis 2004, j’ai appelé le Québec chez moi, pendant que j’étudie son histoire et sa langue. Aujourd’hui, je suis bilingue et séparatiste. Parfois mes pensées peuvent sembler racistes, résister à l’Anglophone, mais pour toutes mes expériences, je suis l’Anglophone et je justifie mes généralisations parce que j’ai vécu et j'ai travaillé pendant trois ans aux États-Unis. (Et la disparité entre les EU/canada/England n’est pas aussi grande que l’on voudrait croire). Je m'identifie avec le Québec, parce que bien que dilué, il est dans mon sang. Ma grand-mère était une moitié francophone et amérindienne. Elle a caché sa vraie identité pendant des années pour éviter des internats et autres préjudices sociaux. Elle a été anglicisée, mariée jeune et n'a jamais regardé derrière elle. Ma mère n’a jamais parlé le français, et le peu que j’ai appris à l’école ne dépasse pas le niveau de compréhension d’un touriste. Alors, mes études continuent et vos corrections et commentaires sont toujours les bienvenus.

english------------ I was born and raised in Ontario. Since 2004, I have called Quebec home, independently studying its history and language. Today, I am bilingual and a separatist. Sometimes my thoughts may seem racist, counter the Anglophone, but for all my experiences, I am Anglophone, and I justify my generalizations because I lived and worked for 3 years in the US. (And the disparity between the US/Canada/England is not as large as one would like to believe). Lastly, I identify with the Quebec, because albeit diluted, it’s in my blood. My grandmother was a francophone half native. She hid her true identity for years in order to avoid residential schools, and other societal prejudices. She was anglicised, married young and never looked back. My mother never spoke French, and what little I learned at school amounted to no more than a tourist’s comprehension. To this extend, my study is ongoing, and I appreciate feedback to enrich my understanding of the Quebec experience and language. And please, if you find grammatical errors in my French versions, email me your suggestions. I do my best to have a francophone verify my articles before they are published, but nobody is perfect.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Michel Guay Répondre

    20 août 2008

    Diviser pour règner à toujours été la consigne maîtresse de tous les colonisateurs et de tous les systèmes totalitaires royaliste et des faux fédéralistes .
    Pour y parvenir ils doivent fermer le monde aux colonisés en faire des traducteurs non payés en bilinguisant les emplois , et dévaloriser leur culture en contrôlant la propagande pro colonialiste dans tous les médias tout en envahissant tous les champs de compétence de la nation colonisée.
    Les colonisateurs Waps de la race pure doivent faire de l'état colonisé Québecois une grande municipalité multiethnique ou tous les soumis deviennent des immigrants obligés de promettre allégeance à la reine de l'Empire .
    Diviser pour règner en excluant ceux qui respectent leur langue, leur État, leur culture et leur économie.pour prévilégier dans les postes de pointe les anglicisés-angliciseurs , les fédéralistes, les sous cutivés saxonnisés et les profiteurs commandités.

  • Jacques Bergeron Répondre

    17 août 2008

    Il y a des Anglo-Canadian, et peut-être des «Québécois de langue anglaise», qui comprennent le sens de notre combat et de notre idéal. Bravo aux gens de cette «rare» espèce qui ont su, et qui savent, voir le «jeu» des fédéralistes en terre du Québec dans toute sa dimension,par l'utilisation frauduleuse (scandales des commandites» entre autres actions subersives)de l'argent de nos impôts et par l'assujettissement de certains Canadiens-français, toutes ethnies confondues,prêts à combattre l'idéal de leur peuple pour quelques sous et une gloire passagère, comme le démontre si bien Mme Michaëlle Jean et tous ces députés fédéralistes siégeant à Ottawa, territoire imhospitalier pour notre peuple et son idéal.
    À ces gens ayant troqué leur liberté contre quelques sous et quelque gloriole, je dédie la pensée d'un «Grand indépendantiste» du pays situé au sud du Québec!
    Ceux qui abandonnent une liberté «essentielle»,pour une sécurité temporaire, ne méritent ni la liberté ni la sécurité! «Benjamin Franklin»! Toutes ces gens doivent comprendre que la gloire est éphémére et que leurs compatriotes «Québécois» se souviendront d'eux comme des
    «traîtres» à leur nation le jour de l'indépendance qui ne saurait tardé.