L'affaire du pied sectionné expédié au PCC

Comme dans un roman de vampires ?

Nos chefs d’État seraient-ils devenus ces vampires des temps modernes qui incarnent tout ce qui va mal dans la société, tout ce qu’on ne comprend pas, tout ce qui nous fait peur ?

Chronique de Louis Lapointe

Dans mon avant-dernière chronique, Foutre le Bordel, je comparais le comportement politique de Jean Charest à celui d’un vampire. Une analogie qu’on pourrait également faire avec Stephen Harper qui a profité du dernier budget fédéral pour charcuter, sans aucune nuance, dans tout l’appareil étatique fédéral, particulièrement dans le domaine de l’environnement.
Comme dans un roman
Ceux qui ont lu l’avant-dernier roman de Fred Vargas, "Un lieu incertain", auront peut-être vu dans cette nouvelle d’hier annonçant que le Parti conservateur du Canada avait reçu un pied sectionné provenant d’un cadavre retrouvé à Montréal* une curieuse coïncidence avec l'histoire racontée dans ce roman où, dix-sept pieds coupés, encore chaussés, sont retrouvés devant le célèbre cimetière londonien d'Highgate, où repose, entre autres, Karl Marx**. Au lendemain de cette macabre découverte, un meurtre atroce est commis dans une banlieue bourgeoise de France. Un ancien journaliste spécialisé dans les affaires judiciaires a été réduit en miettes dans son bureau. Point de départ d’une enquête sur les traces d’un «vampire» qui traversera l’Europe et nous conduira jusqu'en Serbie.
Les vampires des temps modernes
Parlant de son roman, l'auteur, Fred Vargas, archéozoologue de formation, explique:
"Cette nécessité de voir le mal qu'on ne comprend pas incarné par une personne ou une organisation désignée me paraît l'une des choses les plus terribles de l'humanité. (...) Le roman policier est la mise en scène des contradictions qui nous font souffrir, de notre peur de la mort, de la dureté de la vie, de notre méchanceté et de nos mauvais sentiments qui peuvent nous amener à vouloir tuer. (...) On se raconte une histoire pour purger l'inconscient collectif".
Même s'il s'agit d'un geste posé par un esprit malade qui a cédé à ses pulsions les plus sordides, comment expliquer qu'on puisse ainsi expédier par la poste un pied humain au parti gouvernemental?
Nos chefs d’État seraient-ils devenus ces vampires des temps modernes qui incarnent tout ce qui va mal dans la société, tout ce qu’on ne comprend pas, tout ce qui nous fait peur?
Une autre coïncidence
Étonnamment, l’intrigue d'un précédent roman de Fred Vargas, "Sous les vents de Neptune", se déroulait en partie à Ottawa où il était question de l’expertise de la GRC en matière d’empreinte génétique.
***

*Roman policier
«Ce qui semblait être qu’une macabre coïncidence mardi a finalement pris des allures de roman policier, mercredi. Tandis qu’un corps démembré était découvert à Montréal, deux colis contenant un pied et une main étaient expédiés à Ottawa la même journée. Coïncidence? Pas selon la police de Montréal, qui a confirmé mercredi que les parties du corps découverts dans des colis pourraient appartenir au corps dont le torse a été retrouvé dans une valise.
Une source de la police de Montréal préférant garder l’anonymat a affirmé qu’« il n’y a pas de lien certain qui a été établi, mais les enquêteurs ont des éléments de preuves qui leur laissent croire qu’il y aurait bel et bien un lien entre les deux incidents »»
. Journal de Montréal

p.s. 4 juin 2012, nouvelle coïncidence, le principal suspect, Luka Rocco Magnotta, vient d'être appréhendé dans un café internet de la **Karl-Marx-Strasse à Berlin.
***
À lire sur le sujet:
Fred Vargas noblesse vampire
Avec "Un lieu incertain", Fred Vargas revisite une vieille histoire de vampire

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 879 154

L'auteur a été avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    1 juin 2012

    Ha comme cela tombe bien dans les circonstances pour exiger des pouvoir accrus de la police tant qu'à la surveillance du WEB sans mandat,ou des prises d'ADN à toute personne arrêtée peu importe la raison.
    Après tout,c'est comme dans le film V comme Vendetta,
    '' C'est pour notre sécurité ''.
    Y a des coincidences comme celle-ci qui ne pardonnent pas.