JOURNÉE J’ACHÈTE UN LIVRE QUÉBÉCOIS

«Bonheur d’occasion» entre officiellement au Patrimoine

40dc7098f8c59382a6b929c198ab7f57

Devoir de mémoire






Si le roman d’apprentissage de Gabrielle Roy Bonheur d’occasion est depuis longtemps jugé lecture québécoise essentielle, le voilà désormais officiellement part du patrimoine. Pour souligner la journée « Le 12 août, j’achète un livre québécois », le ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin a désigné la parution de ce livre, par les défuntes éditions Pascal en juin 1945, comme événement historique en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. M. Fortin avait fait de même l’an dernier, à pareille date, pour L’avalée des avalés (1966), et entend poursuivre cette initiative jusqu’à la tradition, dans la mesure du possible, comme l’a précisé au Devoir l’attaché de presse du ministre, Karl Filion.


 

Succès immédiat


 

Les ambitions, rêves, travaux, amours et malheurs de Florentine Lacasse charmeront dès la sortie du livre lecteurs et critiques. Le roman, le premier de la Franco-Manitobaine Gabrielle Roy, obtiendra, entre autres, le prix du Gouverneur général du Canada 1947, « et devient, au cours de la même année, le premier roman québécois et canadien à recevoir le prestigieux prix Femina, comme le rappelle la vignette du Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Bonheur d’occasion est traduit dans plusieurs langues, et sa version anglaise, The Tin Flute, est nommée le livre du mois de mai de 1947 par la Literary Guild of America (club du livre américain). Le roman devient aussi un succès de librairie aux États-Unis et au Canada anglais. »


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir






Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé