Un geste pour les générations à venir

Par Pierre Corbeil

2006 textes seuls

Depuis quelques jours, j'entends le scepticisme de quelques commentateurs sur l'incidence de la création du Fonds des générations sur les tarifs d'Hydro-Québec.

Le ministre des Finances, M. Michel Audet, l'a répété : Hydro-Québec sera invitée à absorber les coûts de ces redevances principalement par la réalisation de gains d'efficacité et par l'augmentation des revenus liés à l'exportation. Si cela n'était pas suffisant, le ministre des Finances a déjà indiqué, lors de la création du Fonds des générations, que le gouvernement sera disposé à modifier, dans le temps, les résultats attendus d'Hydro-Québec.
En clair, comme c'est Hydro-Québec Production qui est appelée à contribuer au Fonds, il n'y aura pas d'incidence sur les tarifs. Ces derniers sont fixés par la Régie de l'énergie et concernent Hydro-Québec Distribution qui seule vend aux consommateurs québécois.
Comme le mentionnait le premier ministre, M. Jean Charest, lors de son discours inaugural, la création du Fonds des générations a comme seul objectif de réduire un fardeau trop lourd à porter pour les générations futures. Nous avons mis en place un mécanisme où nous mettrons à profit la richesse que constitue l'eau, une ressource propre et renouvelable, au bénéfice des générations à venir. Cette démarche est une première dans l'histoire du Québec et je suis fier qu'Hydro-Québec, dont j'ai la responsabilité, puisse y participer, parce que c'est aujourd'hui que nous dessinons le Québec de demain.
Aucun lien à faire

Il est primordial de ne pas faire de lien entre des hausses de tarifs et le Fonds des générations. La dette du Québec atteindra 118,2 milliards de dollars. Il faut agir pour que les générations à venir n'en fassent pas les frais. Comme le disait le ministre des Finances dans son Discours sur le budget 2006-2007, la réduction de la dette ne doit pas prendre la forme d'un nouveau sacrifice, mais celle d'un nouveau bénéfice. En y ajoutant les redevances déjà versées par les producteurs privés, ce sont 600 millions qui seront versés annuellement dans ce fonds. Nous souhaitons que, dans l'avenir, d'autres sources puissent être appelées à y contribuer.
Je profite de l'occasion pour rétablir les faits. Les récentes augmentations de tarifs, autorisées par la Régie de l'énergie, reflètent essentiellement le coût des achats post-patrimoniaux. Ces achats par Hydro-Québec Distribution sont le résultat d'un appel d'offres concurrentiel qui assure que les clients québécois ont accès à des tarifs les plus compétitifs qui soient, tout en fournissant à la société d'État les ressources financières nécessaires pour garantir la sécurité des approvisionnements de ses clients.
Une bonne politique, c'est une politique responsable. C'est celle qu'applique notre gouvernement. Cette politique est meilleure que celle qu'avait suivie le gouvernement du Parti québécois. En gelant les tarifs et en freinant le développement hydroélectrique, le gouvernement précédent avait compromis la sécurité énergétique des Québécois. Il s'agissait là d'une politique à courte vue reconnue par l'ex-premier ministre Landry qui disait, en décembre 2004, que «le gel des tarifs, ce n'est pas une bonne politique».
En prenant en charge la dette et en faisant en sorte de se donner les moyens de mettre à profit notre avantage hydroélectrique, nous contribuons à enrichir le Québec. Ce sont tous les Québécois qui sortiront gagnants de cette démarche.
Pierre Corbeil
_ Ministre des Ressources naturelles et de la Faune


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé