Technologie - La rumeur électorale gagne le cyberespace

Québec 2007 - Internet

Ce début de campagne électorale sur le Web est loin d'être banal. En 72 heures, le Parti québécois a fait disparaître son premier site de marketing viral, on a découvert qu'un ancien partisan péquiste réglait ses comptes à l'aide d'un montage vidéo choc intitulé Boisclair-démission sur Tonclip.com et le blogueur David Gagnon a révélé des propos explosifs de la part d'une candidate de Québec Solidaire, comme le raconte Paul Cauchon, mon voisin de page.
Cette dernière histoire me rappelle une lecture faite sur le blogue du consultant en communications Marc Snyder alors qu'il se questionnait sur l'impact des blogues québécois. Marc Snyder écrivait que les blogues québécois (partisans ou non) devaient sortir un «scoop, une exclusivité pour démontrer le pouvoir des blogues sur la campagne». Alors voilà, c'est fait sur Atagoniste.net, cette première histoire assez intéressante pour que d'autres blogues reprennent l'histoire et que cette histoire se retrouve dans les médias traditionnels.
On est loin de la première utilisation innovatrice que le PQ avait faite d'Internet lors de la dernière campagne électorale. Alors qu'à la veille du scrutin, le chef d'alors Bernard Landry et sa collègue Pauline Marois avaient enregistré un message sous forme de fichier MP3 et celui-ci avait été distribué par courrier électronique avec un message pour faire sortir le vote. Le résultat de cette opération fait maintenant partie de notre histoire collective même si l'idée était ingénieuse.
Une campagne différente
Pour revenir à la campagne qui nous occupe aujourd'hui, cette nouvelle campagne est différente, car en quatre ans l'utilisation d'Internet au Québec a beaucoup changé. Aujourd'hui, comme le révèle l'enquête NETendances 2006 du CEFRIO, plus de gens naviguent sur le Web, plus de gens consultent l'information qui circule sur Internet -- qu'elle soit vraie ou fausse -- et plus de gens contribuent à ajouter du contenu sur le Web. C'est donc dire que, cette fois, contrairement aux autres campagnes, l'échange des idées, de la propagande et des discussions aura également lieu dans le cyberespace québécois.
Jamais dans l'histoire des élections au Québec, on a vu autant de couvertures du Web dans une campagne. Observez uniquement les efforts des médias électroniques Radio-Canada et TVA pour couvrir la campagne en ligne, c'est impressionnant. De part et d'autre, on sollicite les internautes pour recevoir des pistes de reportages, on offre une tribune en ligne aux électeurs, on cherche la petite vidéo qui fera trébucher un candidat, l'anecdote que la presse traditionnelle n'aurait pas aperçue lors d'un événement orchestré par un parti.
Assurer l'ordre
C'est dans ce contexte que le bureau du Directeur général des élections du Québec doit maintenant assurer l'ordre pour s'assurer que la Loi électorale s'applique également en ligne. Cette Loi électorale qui encadre le contrôle des dépenses électorales des partis, des candidats et des électeurs. Car aujourd'hui, en plus des supports traditionnels, que ce soit le journal, la radio ou la télévision, il faut y ajouter les nouveaux outils de communications qui peuvent servir à la promotion des idées. Pensons aux sites Web bien sûr, mais aussi aux portails de vidéos, aux forums de discussions, aux blogues, aux baladodiffusions et même aux moteurs de recherche sur lesquels on peut acheter des mots clés pour diriger les recherches des internautes.
Le DGE rappelle que quel que soit le support ou la technologie utilisée, une dépense électorale est le coût de tout bien ou service utilisé pendant la période électorale pour, notamment, favoriser ou défavoriser, directement ou indirectement, l'élection d'un candidat ou celle des candidats d'un parti; peu importe que cette dépense soit assumée par un parti ou un individu. Et à ce sujet, il ajoute que nul autre que l'agent officiel ne peut faire ou autoriser des dépenses électorales en période électorale.
Celà étant dit, Myriam Régnier du bureau du Directeur général des élections du Québec souligne qu'il existe dans la Loi une notion d'intervenant particulier qui permet à un électeur ou un groupe d'électeurs de faire une dépense de publicité qui n'excède pas 300 dollars en période électorale pour s'exprimer sur un sujet d'actualité, mais sans favoriser ou défavoriser directement un parti.
À partir de quand?
La question sera donc de voir à partir de quel moment dans cette campagne une initiative citoyenne pourra être vue comme favorable ou défavorable directement à un parti et avoir coûté plus de 300 dollars. Pensons à un forum ou un blogue qui deviendrait un lieu de rendez-vous qui pourrait être l'équivalent en ligne d'un lieu d'assemblée politique ou encore, d'investissement important dans le référencement de sites pro ou contre un parti politique.
Mais pour que le Directeur général des élections du Québec s'intéresse à l'affaire, il faudra que cette initiative cause assez de remous pour faire des vagues jusqu'à son bureau. Car bien que le DGE soit concerné par l'application de la Loi des élections sur le Web québécois, celui-ci a déjà confirmé qu'il n'avait pas l'intention de se livrer à une chasse aux sorcières. Bref, si des plaintes sont transmises, ils agiront comme dans toute autre situation semblable. Sinon, l'initiative aura au moins sa place dans le patrimoine des bons coups en ligne lors d'une campagne électorale.
***
bguglielminetti@ledevoir.com
Bruno Guglielminetti est réalisateur et chroniqueur nouvelles technologies à la Première Chaîne de Radio-Canada. Il est également le rédacteur du Carnet techno (www.radio-canada.ca/techno).

Squared

Bruno Guglielminetti1 article

  • 177

Bruno Guglielminetti est réalisateur et chroniqueur nouvelles technologies à la Première Chaîne de Radio-Canada. Il est également le rédacteur du Carnet techno (www.radio-canada.ca/techno).





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé