Une question d'implication individuelle

Soyons franco-responsables pour sauver le Québec francophone

Comme on dit être éco-responsable pour sauver la planète

5f7575417ead6448f9b4b6e80137042f

Tribune libre

Il existe une expression pour désigner toute action visant à sauvegarder et protéger le fait français à la grandeur de toute la société québécoise: agir de façon franco-responsable.


Penser de façon franco-responsable, travailler de façon franco-responsable, se cultiver de façon franco-responsable, se divertir de façon franco-responsable, planifier ses activités quotidiennes de façon franco-responsable, vivre de façon franco-responsable, les déclinaisons de cette expression sont infinies.



On sait que le terme éco-responsable est positivement connoté, il a la cote. Tout le monde en comprend le bien-fondé, tout le monde veut faire sa part. Qu'il en soit de même pour le terme franco-responsable.


Le néologisme "franco-responsable" peut s'appliquer à toute la sphère des activités de la société:



- avoir un gouvernement franco-responsable qui a pour priorité de défendre le fait français



- avoir un système d'éducation franco-responsable



- Organiser des événements en tout genre franco-responsables



- Choisir de participer à des événements culturels franco-responsables



- Privilégier des événements sportifs franco-responsables



- Aménager des espaces publics franco-responsables, comme les parcs et places publiques



- Organiser le travail de manière franco-responsable



- Avoir des commerces et entreprises franco-responsables qui ont à coeur de privilégier notre langue



- Planifier ses activités quotidiennes de façon franco-responsable (en passant le plus de temps possible du côté français: internet, télé, films, journaux, lecture, etc.)



- combattre l'usage du franglais, de cette ridicule mode bon chic bon genre qui consiste à truffer chaque phrase d'expressions anglaises, trahissant le manque de vocabulaire du locuteur qui ignore les équivalents français existants. C'est le signe navrant d'une fâcheuse tendance assimilatrice.



L'objectif de l'utilisation populaire de ce terme serait de démontrer qu'on souhaite toujours accorder la priorité à la valorisation du fait français qui seul doit régner dans l'ensemble du Québec, en tout temps et en tout lieu.



Être franco-responsable, c'est aussi une possibilité d'implication autant individuelle que collective. Chacun peut apporter sa contribution à l'idée par ses gestes et ses choix personnels.



Il faut diffuser l'expression franco-responsable le plus possible pour créer l'engouement, la prise de conscience, en faire un sujet d'actualité au même titre qu'être éco-responsable. Il serait bon que l'expression soit dans l'air, et revienne facilement sur toutes les lèvres, qu'elle soit utilisée dans les médias, qu'elle ait une valeur mobilisatrice, qu'elle serve à animer les discussions et conversations, bref, qu'elle illustre notre volonté collective de se faire respecter en tant que nation francophone.


Vivre dans un Québec franco-responsable, ça sonne vraiment bien à l'oreille, ne trouvez-vous pas?



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie566 articles

  • 1 078 037

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Sa plus grande fierté est d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 555 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé