La venue de Paul McCartney à Québec

Qui est le vrai colonisé, Yves Boisvert ou Pierre Curzi ?

Quand les hommes de Gesca jouent les semeurs de zizanie

Chronique de Louis Lapointe

Ce matin, dans la Presse du 18 juillet, Yves Boisvert nous propose un quiz sur ce qu’est un vrai colonisé. Il arrive à la conclusion que Pierre Curzi en est un parce qu’il a osé dénoncer la venue de Paul McCartney sur les Plaines d’Abraham dans le cadre des fêtes du 400ième.
Le problème d’Yves Boisvert, c’est que lui-même utilise la grille d’analyse du parfait colonisé pour évaluer la situation.
Ce n’est pas tant la venue de Paul McCartney à Québec qui choque, c’est le contexte. C’est cela que voulait dénoncer Pierre Curzi. On a banalisé notre fête en ignorant des Titans comme Félix et en plus il faudrait s’excuser de le dire. L’Alouette de Félix, celle dont parle Bernard Desgagné, a raison d’être en colère.
Mais ce qu’il y a de plus vicieux dans son article, c’est qu’il insinue à mots couverts que ceux qui pensent comme Pierre Curzi pourraient être tentés de jouer les Brutus. Un autre prétexte des hommes de Gesca pour semer la zizanie au sein du camp souverainiste.
Louis Lapointe

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 093

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



20 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    20 juillet 2008

    Quelqu'un m'a acheminé cette citation :
    "Quand un être normal mange une carotte, il la digère; quand un colonisé mange une carotte, il devient cette carotte". (Gaston Miron )
    Qui mange le plus de carottes? Boisvert ou Curzi?
    Marie Mance V

  • Archives de Vigile Répondre

    20 juillet 2008

    Serait-il venu pour "avoir du fun" comme n’importe quel touriste du Q400 ?
    Pas comme n'importe-quel touriste. Il a une raison bien personnelle à saveur superstitieuse pour venir au Q400 et celà n'a rien à voir avec notre histoire qu'il compare à la réconciliation entre l'Allemagne (souveraine) et le Royaume-Uni (souverain). Le type vit dans un monde parallèle.
    Non, il s'agit simplement de la coincidence avec sa récente signature d'un contrat de 400 million$ avec Itunes pour les droits de tout le catalogue Beatles.

  • Archives de Vigile Répondre

    20 juillet 2008

    J'ai participé activement à la promotion de la lettre de bienvenue rédigée par Luc Archambeault et en sui fier.
    Je dénonce la putasserie purement électoraliste du PQ qui s'est associé mesquinement à la campagne de désinformation des médias québécois à l'égard de la démarche de Luc Archambeault.Parce qu'il s'agit bien ici d'une véritable opération planifiée de désinformation.
    Il est devenu d'une parfaite évidence que tous ceux et celles qui s'en sont dissociés n'ont pas lu le texte et lui ont fait dire son contraire.
    Le PQ en se déshonorant a déshonoré tout le mouvement souverainiste. Il s'est caché en arrière de la rectitude politique.
    Non, Marois a tout simplement menti au peuple québécois de la même façon que le fait la presse gescasienne depuis des lustres. Elle a contribué à l'avancement inexorable de la pensée unique au Québec qui est à détruire pour une génération, le mouvement du Québec vers son indépendance nationale. Quelle tristesse!
    Denis Julien

  • Archives de Vigile Répondre

    19 juillet 2008

    Je ne connais pas la hauteur du cachet versé à Sir Paul.
    Je m'interroge cependant si c'est ce qui chicote l'ancien président de l Union des Artistes. Un pactole qui ne revient pas à des artistes québécois dont beaucoup en arrache.
    Tandis que Sir Paul, il s'est depuis avéré plus prospère que lorsque sa seconde tendre moitié lui a arraché une belle part de sa fortune.
    Serait-il venu pour "avoir du fun" comme n'importe quel touriste du Q400 ?

  • Archives de Vigile Répondre

    19 juillet 2008

    Une co-production France-Québec d'un opéra-rock sur la fondation de Québec.
    De la qualité des Misérables. Avec nos plus grands artistes, musiciens, auteurs, réunis pour nous en mettre plein la vue et les oreilles, nous faisant battre le coeur de fièreté pour notre histoire si unique.
    C'est ce que j'ai rêvé de voir cette année, moi.
    J'ai imaginé toutes les scènes depuis les deux dernières années.
    C'est ce que je vais me faire jouer dans ma tête pendant qu'ils écouteront ce british.

  • Louis Cadotte Répondre

    19 juillet 2008

    Le 400eme anniversaire de la fondation de la ville de Québec aurait dû être utilisé à augmenter la visibilité des succès de la nation québécoise sur la scène internationale. Nous pétez les bretelles, quoi!
    Et pour faire cela, qui de mieux pour nous représenter? Des vedettes internationales comme Céline Dion et Garou. Nous oublions aussi le succès planétaire du Cirque du Soleil.
    En projetant les lumières sur Sir Paul McCartney, les citoyens de la ville de Québec ont démontré qu'ils avaient encore leur mentalité de gros village.(On a besoin de quelqu'un de l'extérieur pour nous mettre sur la mappe!).
    Je n'ai rien contre la venue de Sir Paul. Il peut venir célébrer avec nous. Il pourra aussi chanter: "Québec, ma belle sont des mots qui vont très bien ensemble, très bien ensemble..." Cependant, les organisateurs ont raté une belle occasion de démontrer qu'ils n'étaient pas colonisés.

  • Archives de Vigile Répondre

    19 juillet 2008

    Réussir à obtenir le concours de la presse fédéraliste pour associer McCartney à Wolfe est un beau pied de nez à ceux-là mêmes qui ont voulu associer la reine-nègre à Champlain !
    Quel plaisir de les voir ainsi s'indigner, déchirer leurs chemises en réclâmant les corrections historiques !
    Même Pratte demande une trève!
    Le calumet de paix
    cyberpresse.ca/article/20080719/CPOPINIONS03/807190669/6742/CPOPINIONS

    Enfin nous avons une fête !

  • Archives de Vigile Répondre

    19 juillet 2008

    Victoire ! L'affaire a fait le tour de la planète et McCartney est associé à Wolfe ! Çà apprendra aux english-canadians d'associer leur reine-nègre à Champlain ! Hey on les a tu les médias en 2008 !? La BBC qui pense que le Québec est aux États Unis !! Ignorant blokes !
    Get Back, McCartney, and phoque you ! :-)

  • Louis Lapointe Répondre

    19 juillet 2008

    Réponse à Jean-François Morin
    Contexte: Ensemble des circonstances dans lesquelles s’insère un fait, un événement.
    Comme Pierre Curzi, nous sommes plusieurs à nous réjouir de la venue d’un Beatles au Québec. Par ailleurs, le contexte nous laisse un goût très amer. Si les fêtes du 400e de Québec n’avaient pas été détournées de leur sens dès leur lancement à La Rochelle et que le point de vue de ceux qui s’opposaient à la trop grande place qu’ont prise l’unifolié et la gouverneure générale depuis le début de ces fêtes n’avait pas été banalisé par les organisateurs, dont le maire de Québec et Jean Charest, rien n’aurait été dit sur Paul McCartney.
    Les Québécois, les Montréalais en particulier, ont toujours reçu les plus grandes vedettes britanniques du rock avec beaucoup d’euphorie et de joie. Supertramp, The Who, Genesis, David Bowey, Queen, les Rolling Stones, Pink Floyd et j’en passe. L’amour de leur musique a toujours dépassé le politique.
    Ce malheureux quiproquo est le résultat de la désinformation orchestrée par nos bons amis fédéralistes qui ont voulu détourner le sens de la fête et elle vise justement à nous faire mal paraître. Quoi que l’on fasse, quoi qu’on dise, nous sommes toujours perdants. Si nous dénonçons le stratagème, nous sommes des casseux de party, si nous ne disons rien, nous acceptons que la fondation de Québec devienne la fondation d’un pays que nous voulons quitter, le Canada.
    Vous n’êtes pas le seul à être gêné. Nous le sommes tous. Nous aurions tant aimé que Sir Paul vienne chez nous au Québec, dans notre vieille capitale, comme toutes ces vedettes sont venues dans notre vieux forum à Montréal, celui où la foule s’est soulevée parce qu’on avait voulu bâillonner son héros. Mais le sens de la fête a tellement été détourné que plusieurs de ces vieux fans des Beatles, comme Pierre Curzi et moi, ont l’impression que tout a été fait pour que Sir Paul vienne sur les Plaines d’Abraham, lieu mythique comme Alésia, Waterloo ou Stonehenge, pour nous rappeler que ce territoire n’est pas Québec, mais le lieu de fondation du Canada, le lieu de notre défaite. Nous ne fumerons pas le calumet de paix tant que nous ne serons pas un pays libre!
    Je veux bien être ouvert sur le monde, mais je crois encore que l’Histoire et les événements qui la meublent ont un sens et qu’il ne faut pas la renier.
    Vous avez raison M. Morin, nous sommes des colonisés et nous le demeurerons tant que nous ne serons pas indépendants. C’est justement pour cela que nous voulons nous affranchir, pour ne plus nous sentir coupables de dire ce que nous pensons sans que cela nous soit reproché à tout coup. Cette amertume nous pèse de plus en plus et risque de nous diviser comme vous le dites si bien !
    Louis Lapointe

  • Michel Guay Répondre

    19 juillet 2008

    En fait les colonisateurs Charest et Harper ont réussis avec ces nouvelles commandites avec nos impôts à nous mépriser encore une fois et en plus de nous faire passer des xénophobes , des retardés et des fermés sur le monde .
    En anglicisant , en militarisant et en crétinisant royalement cette fête ils nous disent clairement qui nous sommes :des colonisés .
    MichelG

  • Jean-François Morin Répondre

    19 juillet 2008

    Je suis souverainiste depuis mon jeune âge, mais là de moins en moins. Moi-même de Québec, je suis très gêné que l'on acceuil Sir Paul sur fond de controverse politique, car c'en est une dans les faits. Cette "inquiétude" de certains est sympomatique d'un nationalisme qui est resté sur la défensive depuis les années 1960-70 et qui est devenu complètement marginalisé, mais qui réussit à se faire parler de lui en se mettant tout le monde à dos.
    Pierre Curzi et tout les autres de son avis sont les vrais colonisés. Ils ont peur. Ils n'ont pas confiance en les capacités de nous mêmes. C'est ça être colonisé. Et si ma "grille d'analyse" ne vous convient pas, c'est vous qui êtes les pires. Vous dépenser bien de l'énergie à créer un problème qui existe essentiellement dans la tête.
    Le nationalisme québécois tel que vécu dans la 2e moitié du XXe siècle n'existe plus. Ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle, c'est une évolution sociale. Il n'y a plus cette dichotomie entre canadien-français-cheep-labor et british-bourgeois-anglo-saxon. Les québécois sont bien plus émancipé qu'avant. Mais le nationalisme incaré par certains est encore celui de cette époque, où l'on avait encore une place à gagner.
    Si certains ne sont pas satisfait de l'activité culturelle ou de poid politique que nous détenons, c'est avec des projets mobilisateurs et stimulants que nous pourront améliorer les choses. Pas avec des jappements de grincheux-nationaleux.

  • Archives de Vigile Répondre

    19 juillet 2008

    Si on n'avait pas vigile pour lire votre ou vos articles, dites-moi où je lirais la vérité si vérité il y a ?
    A ce que je sache Paul MecChartney n'a jamais fait quoi que ce soit pour l'évolution du peuple ! Alors pourquoi
    tout ce chichi ?
    M. Lapointe on fête quoi au juste ? Les Beatles où Champloain?
    À ce rappeler il n'y a pas aucun journal libre au Québec
    tous sont souomis à l'Orde de Toronto depuis 1842 et pour le
    soolaire depuis 1952
    On constate avec stupeur le vol de notre culture par
    Charest et scie!
    signé le dépossédé !

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008

    Notre ami Pierrot
    Emprunta la plume
    Pour écrire un mot
    Qui nous offrait la lune
    Mais lu par la Pauline
    Dont la chandelle est morte
    Lui fit la cuisine
    Puis lui montra la porte.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008

    Que dire de musiciens et d’artistes de la ville même de Québec tels les Pascale Picard et autres Lost Fingers ou Triplets of Quebec qui baragouinent même pas l’anglais mais pour « pogner » chantent uniquement dans cette langue pour faire de gros sous? La fête finie, partiront-ils puisqu'ils ne sont déjà plus d'ici? Comment les Québécois les percevront-ils en 2009, 2010...?
    Où sont les fleurdelisée à Québec? Qui a fait quoi dans cette organisation où on fête tout, n'importe quoi et son voisin, tout sauf les habitants qui y habitent?

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008

    Dans une de mes notes sur l'éthique d'Aristote dont j'ai perdu la référence , il est écrit:
    «Ignorer les circonstances, c'est s'ignorer soi-même.
    »
    Nos ennemis ont trouvé le moyen de faire du 400ième une occasion de plus de nous déconnecter de nous-même. À moins que nous soyons essentiellement cela des déconnectés de nous-même ? Il y a quelque chose d'un peu tragique dans tout ça.
    André Ferretti disait dans une conférence sur Hubert Aquin que le peuple Québécois se prenait de plus en plus comme référence mais il semble vraiment que le fédéral interdise sinon en principe du moins en fait que cela puise se faire ici et maintenant.
    François Therrien

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008

    M. Baptiste Laliberté "quel beau nom pour un souverainiste !" a bien raison d'écrire : «Pour ma part ça fait longtemps que je suis immunisé ou vacciné contre les poisons fédérates et autres désinformants de la Pressda ou de Radio-Cadnas car étant tombé dans la potion magique petit comme Jacques Parizeau !»
    Quand je vois M. Parizeau, il me fait aussi penser un peu à Obélix "sauf les fringues" qui en a la prestance et la force intérieure, bien que M. Parizeau soit tombé dans la potion magique de la souveraineté plus vieux qu'Obélix puisqu'il était full-adulte, lors d'un voyage en train vers Vancouver, sa route de Damas.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008

    Quand les “bonnes” intentions viennent du colonisateur et sont acceptées volontairement par la majorité colonisée, la perversion est omniprésente, aliénante et pérenne. C’est la raison d’être du colonialisme qui s’adapte aux changements perpétuels de manière à dynamiser une sorte de mainmise caméléonique.
    JLP
    L’Indépendance et la vraie Liberté civique ne sont pas faites pour les lâches

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008


    Pour ma part ça fait longtemps que je suis immunisé ou vacciné contre les poisons fédérates et autres désinformants de la Pressda ou de Radio-Cadnas car étant tombé dans la potion magique petit comme Jacques Parizeau !

  • Archives de Vigile Répondre

    18 juillet 2008

    Vous écrivez : «Le problème d’Yves Boisvert, c’est que lui-même utilise la grille d’analyse du parfait colonisé pour évaluer la situation.»
    M. Boisvert erre en utilisant une grille pour déterminer qui est un colonisé. Selon mon dictionnaire, un colonisé est une personne qui a subit la colonisation. Qu'il en soit content ou non. On est colonisé ou on l'est pas. Colonisé n'est pas un état d'esprit, c'est une réalité ou une fausseté.
    Nous avons colonisé les Indiens et nous avons été colonisé par les Anglais. Est-ce que les Indiens devraient ou pas inviter nos artistes pour chanter et danser à leurs pow wows pour les relever et améliorer le nombre de leurs touristes ou si ça diminuerait la valeur de leur culture ? Exemple, Gilles Vigneaul dans le danse de la pluie en chantant tam di di la lam, tam tam.
    Difficile question qui commence à me donner un peu mal à la tête vu la difficulté de cette inextricable chose. D'ailleurs, Mme Marois et M. Curzi ne sont pas sur la même longueur d'ondes sur ce sujet. Tout le monde a probablement raison selon le bout qu'il ou elle prend la question.

  • Raymond Poulin Répondre

    18 juillet 2008

    Si des journalistes de Gesca jouent volontairement le rôle de semeurs de zizanie chez les indépendantistes, agissent-ils comme des colonisés ou plutôt comme des mercenaires? Simple question...