Loi 78

Pour la raison, contre la bêtise

L’ex-juge Louise Otis et le bâtonnier Louis Masson proposent la médiation

Chronique de Louis Lapointe

«Le Barreau, par la voix de son Bâtonnier, s’est énervé le poil des jambes en parlant un peu vite et, déjà, une partie de la confrérie juridique lui en veut. Le Barreau évoquait en effet une médiation. Plusieurs avocats lui rappellent maintenant qu’il est absurde et indigne d’évoquer une médiation entre un gouvernement légitimement élu et des associations étudiantes qui ont renié leur signature, foulé aux pieds les injonctions des tribunaux et obtenu leurs mandats de boycottage des cours dans des conditions qui n’avaient souvent rien à voir avec la démocratie.» Joseph Facal, Tout compte fait.


Contre la bêtise
À mon habitude, je pourrais me lancer dans l'analyse des éléments les plus problématiques de la loi 78, Loi permettant aux étudiants de recevoir l’enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu’ils fréquentent. Je pourrais faire la démonstration que cette loi est excessive, antidémocratique et contraire à l’esprit des chartes. Je n’apprendrais rien de nouveau à mes lecteurs qu’ils ne savent déjà.
Cette loi m’inspire un profond dégoût pour ce qu’elle est, pour ceux qui l’ont adopté et pour ceux qui utilisent les tribunes qui leur sont offertes pour minimiser la portée de ses atteintes démocratiques et le mal que son adoption pourrait causer à la société québécoise.
Le problème de cette loi c’est que, loin de calmer le jeu, elle vient jeter de l’huile sur une braise déjà ardente.
Cette loi a pour effet de diviser encore plus ce qui l’était déjà.
En cette veille d’élections, elle fait le jeu de ceux qui misent sur l’exacerbation de la crise et des tensions sociales pour s’emparer du pouvoir.
Dès son retour d’Israël, Joseph Facal a accusé Pauline Marois d’être opportuniste et de vouloir profiter de la situation en se faisant la porte-parole de tous ceux qui demandaient une médiation entre les parties, un moratoire et des États généraux sur les universités, alors que dans la réalité, elle a tout à y perdre puisque la majorité des Québécois appuie la hausse et semble d’accord avec la loi 78.
Il faudrait être aveugle pour ne pas constater qu’au contraire, ce sont François Legault et Jean Charest qui jouent les opportunistes en misant tout sur la loi et l’ordre dans le but évident de profiter du chaos et de l’effet de ressac qu’engendrera cette loi auprès de la population afin de gagner les prochaines élections.
Pour la raison
J’aimerais que Joseph Facal m’explique quel avantage personnel ou politique pourraient bien retirer l’ex-juge Louise Otis et le bâtonnier Louis Masson en prônant un règlement raisonné de ce conflit et en suggérant un rapprochement des parties par la médiation.
Les gens de bon sens ont tous compris qu’il n’y avait qu’une seule façon de régler ce conflit, en faisant appel à la raison, en permettant un vrai débat sur les universités, en remettant en question des pratiques qui coûtent une fortune aux étudiants et aux contribuables, en initiant des discussions franches et sincères entre les parties.
Si, au terme de cet exercice, tous les acteurs, universités, gouvernement, professeurs et étudiants acceptaient de tout mettre sur la table, y compris leurs droits acquis, non seulement pourrions-nous sortir gagnants de cette crise, mais en plus, nous lèguerions à nos enfants une Université mieux gérée et mieux adaptée aux besoins de la société québécoise.
***
Sur le même sujet :
Une loi spéciale dérogatoire à l’esprit de la Charte des droits et libertés de la personne ?
Médias, crise, ordre professionnel et bon journalisme
Perdre la boule !
Les étudiants ont raison

Céder au cynisme de la presse, des recteurs et du gouvernement ?
La stratégie de la bêtise ou quand les recteurs se taisent contre l’intérêt public

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 879 154

L'auteur a été avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    20 mai 2012

    Le problème avec la bêtise, c'est le fait que souvent, pour ne pas dire généralement, la bêtise s'exprime à peu près toujours avec son cortège de violence. La pire étant la violence légale de l'État.
    L'assembée Nationale, la police. On ne peut rien contre la bêtise et la police, les deux étant souvent associés.
    Mais heureusement on peut foutre Charest dehors et j'espère qu'on le fera.