Monsieur Boisclair, partez !

Tribune libre - 2007

Comme j’aurais aimé vous voir accepter la défaite simplement. Et quitter
avant de vous faire blesser davantage. Vous avez fait une bonne campagne,
d’accord! Mais elle est perdue… Même si moi je vous aime bien, ce n’est pas
le cas tout autour de moi. Je vis dans une région (Charlevoix) et j’ai été
à même de constater tout au cours de la période électorale et avant que ce
qui faisait surtout mal au Parti Québécois ce n’était pas l’idée de
souveraineté, pas même celle de tenir un référendum, mais bien votre
personne.
Pour ma part, j’ai voté pour vous au dernier congrès du Parti Québécois.
Je vous ai souvent défendu. Je voyais en vous un chef capable de faire
avancer le Québec. Mais voilà, ce n’est pas l’avis de la majorité autour de
moi. C’est que votre personne et ce que vous représentez - tout honorable
que ce soit - ne rejoindront jamais une bonne partie des Québécois. C’est
comme cela et la vie ne nous apporte pas toujours ce que l’on souhaite.
Pourtant, la cause de l’indépendance est plus grande que nous et que vous
aussi.
Vous avez du courage? Le plus grand courage est de savoir entendre raison.
Partir honorablement vaut mieux que de vivre dans la tourmente et vous
pouvez encore le faire. Partez s’il-vous-plaît… Le Parti Québécois a pour
raison d’être l’indépendance du Québec et ce projet ne peut être mis en
veilleuse. Pas plus que l’idée d’un Québec de centre-gauche ne doit être
reconsidérée, surtout pas devant les options nébuleuses de Québec
Solidaire. Vous ne croyez plus à cela, la majorité de membres du Parti
Québécois y croient encore, alors partez avant qu’il ne soit trop tard pour
vous et peut-être pour notre parti.
J’ai eu beaucoup de peine de voir comment certains Québécois ont parfois
été très durs avec vous. Je crois que souvent ils avaient tort. Parfois
aussi, vous n’avez pas aidé votre cause. L’inexpérience, peut-être. C’est
dommage, mais on ne peut pas se tromper trop longtemps quand on porte le
projet d’un pays comme le Québec. Alors, il faut partir. Sinon le Québec et
l’histoire seront encore plus durs avec vous. Et moi aussi et bien d’autres
membres de notre Parti Québécois. Alors, partez tout de suite, si vous
comprenez bien.
Serge Gauthier

L’auteur est historien et ethnologue.
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/spip/) --

Squared

Serge Gauthier9 articles

  • 7 008

Serge Gauthier, Ph.D.
_ Président de la Société d’histoire de Charlevoix

Serge Gauthier est historien et ethnologue. Il détient un Doctorat de
l’Université Laval et il a publié de nombreux livres et articles sur
l’histoire de Charlevoix et aussi du Québec.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2007

    Il est tôt pour être tant expéditif. J'ai laissé le PQ quand M. Lévesque invita les trop pressés à quitter. Ma soif d'Indépendance est intarissable. Je songe même à reprendre une carte de membre et laisserai probablement QS en veilleuse.
    Nous sommes dans un creux de vague, et Boiclair y est lui aussi...