DOUBLONSLAMISE.ORG

Les dons affluent, les questions aussi

Le collectif Coule pas chez nous devra gérer la popularité de l’offensive lancée par Gabriel Nadeau-Dubois

65353dfd19d740024b83ab1f104c8d8e

Le succès de cette opération est un signe du leadership de GND et de la vigueur de l'opposition au pipeline Énergie-Est

Doubler ? Décupler, plutôt. L’appel lancé dimanche par Gabriel Nadeau-Dubois a été entendu. En moins de 24 heures, le site doublonslamise.org avait déjà permis d’amasser plus de 250 000 $, qui serviront à financer la résistance citoyenne au projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada.

L’auteur de Tenir tête — primé dans la catégorie Essai des Prix littéraires du Gouverneur général la semaine dernière — ne s’attendait pas à ce que son coup d’éclat lors de l’émission Tout le monde en parle suscite un tel engouement. La multitude de petits organismes environnementaux membres du collectif « Coule pas chez nous », bénéficiaire de la campagne Doublons la mise, non plus. Lundi, ces derniers étaient sous le choc.

« Quelle surprise ! En ce moment, il y a beaucoup de courriels qui s’échangent entre les différents groupes. Il est un peu tôt pour savoir comment les fonds seront partagés ou utilisés. On est habitués à fonctionner avec pratiquement pas d’argent », explique Jacques Tétreault, du Regroupement Vigilance hydrocarbures Québec, l’un des organismes qui pilote Coule pas chez nous. Le budget annuel du Regroupement Vigilance, actif dans diverses régions de la province, oscille entre 7000 $ et 10 000 $ annuellement.

« Chose certaine, on va s’assurer de respecter la volonté de M. Nadeau-Dubois. Nous avons l’intention d’établir un comité de gestion », a-t-il précisé.

Porte-parole de STOP Oléoduc Portneuf-Saint-Augustin et pour la région de Québec, Anne-Céline Guyon abondait dans ce sens. Toujours sonnée par l’ampleur du phénomène, elle insiste sur l’importance de consacrer les fonds amassés à la campagne Coule pas chez nous.

Les moyens d’agir

Relativement peu connue jusqu’à dimanche soir, cette campagne de sensibilisation a vu le jour en mai dernier. Elle a pour but de sensibiliser la population aux risques associés à l’oléoduc Énergie Est de TransCanada et d’autres projets semblables.

Un site Web, des dépliants et pancartes ainsi que des documents d’information destinés aux 70 municipalités touchées par ce projet existent déjà. Le groupe préparait déjà la seconde phase de son plan d’action lorsque M. Nadeau-Dubois est entré en communication avec lui pour proposer de faire don des 25 000 $ qui accompagnent le prix qu’il recevra mercredi des mains du gouverneur général.

« J’étais confiant d’atteindre 50 000 $. Mais là c’est sûr que ça change tout. C’est un signe que beaucoup de gens sont mal à l’aise avec ce projet-là, et qui sont prêts à mettre de l’énergie, du temps et de l’argent pour le contrer. On va pouvoir faire davantage », se réjouissait M. Nadeau-Dubois, joint à bord du train qui l’amenait vers Ottawa.

Coule pas chez nous dispose de tous les outils pour prendre les décisions qui s’imposent, a-t-il estimé, assurant ne pas avoir l’intention de s’immiscer dans les décisions du groupe sur l’utilisation des fonds amassés.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé