Les blessures de l'Allemagne

Billet de Caroline


LES BIENVEILLANTES

Jonathan Littell

À travers son personnage de SS, l’auteur de confession juive, tente d’expliquer ce qui a pu mener des hommes et des femmes à tuer des Juifs par millions, des communistes, des individus hostiles au régime, des personnes atteintes de maladie mentale, de tuberculose, des Tsiganes, etc. Il en vient à la conclusion que ces gens ne cherchaient qu’à bien faire leur travail. Ainsi, massacrer un juif à coups de pelle constituait un travail mal fait. Il valait mieux l’exécuter d’une balle dans la tête. Il fallait se montrer efficace. Massacrer les plus faibles mais aussi s’assurer d’une main-d’œuvre en état de contribuer à la victoire finale. Chercher à augmenter les rations quotidiennes de nourriture, à freiner les épidémies. Ne pas perdre la tête. Ne pas trahir. Tenir. Tenir sous les tirs ennemis qui s’abattaient sur l’Allemagne nazie et ses occupants.
SEUL DANS BERLIN

Hans Fallada

Le roman de Hans Fallada nous plonge dans l’Allemagne hitlérienne où règne une tension insoutenable provoquée par les dénonciations à l’égard des Juifs et de Berlinois suspectés de conspirer contre les autorités.
LA VIE DES AUTRES

Florian Henckel Von Donnersmarck

Le tout premier film du cinéaste Florian Henckel Von Donnersmarck nous ramène à l’est du rideau de fer, quelques années avant la chute du mur de Berlin alors que la police (la stazie) s’active à démasquer les opposants au régime afin de leur faire payer le prix de leur défection, forçant d’invraisemblables trahisons.
AU REVOIR LÉNINE

Wolfgang Becker

Cette comédie de Wolfgang Becker se situe quelques mois après la chute du mur de Berlin alors que l’entourage d’une femme tente de lui dissimuler les derniers événements qu’un coma profond lui a épargné de voir et qui pourraient lui être fatals.
L’Allemagne a fait souffrir. L’Allemagne a souffert. Elle a souffert de sa défaite, de sa destruction, de la honte de ses crimes, de la peine de ses morts, de ses prisonniers, de culpabilité. L’Allemagne vaincue a éclaté. L’est s’est recréé un climat de suspicion. Des allemands sont morts d’avoir rêvé un avenir plus à l’ouest. Des allemands sont morts de ne plus avoir eu de rêves d’avenir.
Mais l’Allemagne s’est redressée. L’Allemagne a brandi son drapeau. Elle s’est fait une raison. Le passé ne s’efface pas. L’Histoire poursuit sa marche.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 236 635

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    20 février 2007

    Bonjour,
    Etant moi-meme allemand, je me réjouis qu'on parle de mon pays dans cette rubrique. En fait, l'Allemagne a fait un long chemin de la dictature nazie jusqu'à notre époque. Et ce n'était pas facile ! D'un coté, nous avions cette frontière qui divisait l'Allemagne en deux et en outre, il se posait la question des anciens nazis. Malheureusement beaucoup d'entre eux pouvaient continuer leur carrière, par exemple ce Théodor Oberländer dont parle aussi Jonathan Littell et qui fut ministre des rapatriés ou Hans Globke, l'ancen commentateur des lois antijuives qui, après la Seconde Guerre mondiale, fut chef de la chancellerie. Mais finalement, l'Allemagne est devenue une démocratie, une démocratie qui actuellement doit se battre contre la mondialisation et la toute-puissance de l'argent.