Le deuxième front

2006 textes seuls



Éditorial - La question, hier, était de savoir comment le Parti québécois allait s'en tirer. Interrogation liée à une deuxième: de quelle façon la nouvelle formation Québec solidaire encaisserait son baptême du feu...
Sans enthousiasme (la participation a à peine dépassé les 30 %, un record d'indifférence!), les citoyens de Sainte-Marie-Saint-Jacques ont donc élu le candidat péquiste, Martin Lemay. Mais les souverainistes marqués à gauche se sont tournés dans une proportion non négligeable vers la candidate " solidaire ", Manon Massé.
Le premier a récolté 41 % des voix, alors que son prédécesseur, André Boulerice, député de la circonscription pendant 20 ans, était arrivé à quelques poussières des 50 % d'appuis en avril 2003. La seconde a eu la faveur de 22 % des électeurs- ce qui est probablement supérieur aux espérances du noyau militant assemblé autour de Françoise David.
Accessoirement, la candidate libérale, Nathalie Malépart, aura, malgré son patronyme prestigieux, été prise à témoin de l'impopularité du gouvernement Charest. Et l'adéquiste Catherine Goyer, qui n'espérait rien, n'a pas obtenu grand-chose...
Bien entendu, il est impossible de tirer des conclusions générales sur l'équilibre des forces politiques au Québec à partir de l'humeur des citoyens de Sainte-Marie-Saint-Jacques. On sait à quel point cette circonscription est unique. Jeune (56 % de 15-44 ans). Urbaine dans toute la force du mot. Colorée par le village gai et l'espace qu'elle englobe sur le Plateau Mont-Royal.
Néanmoins, on voit fort bien quelle dynamique pourrait s'installer entre péquistes et " solidaires ". Car le PQ sera dorénavant attaqué de façon crédible sur deux fronts idéologiques. Celui de son option fondamentale, bien entendu, comme jadis. Et un deuxième, celui de son exacte position sur l'axe droite-gauche, que tout le monde préférait ne pas situer de façon trop précise dans le passé, mais qui sera maintenant extrêmement " sensible ", pour employer le langage de la diplomatie!
Or, d'une part, la perplexité quant à l'option souverainiste a crû beaucoup avec l'usage... même chez les artistes (ô sacrilège!), comme on vient de le voir avec les sorties de l'auteur Michel Tremblay et du dramaturge Robert Lepage. D'autre part, clarifier ses options économiques et sociales sera rien de moins que déchirant pour le PQ.
Nonobstant la victoire, André Boisclair ne trouvera pas d'infinis motifs de réjouissance dans le résultat obtenu dans la circonscription qu'il habite.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé