INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 312

Le deuxième Canada (12/29)

La colonie du Haut-Canada réclame l’émancipation coloniale

Chronique de Bruno Deshaies


« W. Lyon Mackenzie, lui, se dirige

vers l’idée d’une république du Haut-Canada.

par les armes s’il le faut… »
« …les forces du parti conservateur sont en mesure

de contrôler les forces émancipatrices ».
***
Avec la confirmation de l’indépendance des États-Unis au traité de Paris en 1783, l’arrivée des Loyalistes dans le Haut-Canada et la constitution de 1791, on peut dire que ces événements constituent l’acte de naissance de l’Ontario. La population du Haut-Canada de cette époque forme l’embryon de la société ontarienne de demain. Le fait démographique, entre autres, est particulièrement marquant (cf. DOC., no 1). Par ailleurs, la prolifération des journaux locaux contribuera à propager les idées de réforme et de changement dans le monde de la classe politique canadienne (cf. DOC., no 2). Sans compter les efforts de colonisation et de développement économique et commercial.
Sur le plan politique, les tensions sont fortes entre les coloniaux ou les pionniers, les administrateurs métropolitains et le Family Compact. L’enquête parlementaire de 1828 se prononce contre l’union des deux Canadas. La crise dans le Haut-Canada devient de plus en plus grave. Le problème est porté à l’attention de Londres. Le séparatisme du Haut-Canada prend de la vigueur, mais les forces conservatrices et l’attitude de Londres plutôt favorable aux Canadiens-Français empêcheront pour un certain temps la réalisation de l’établissement d’un gouvernement responsable (cf. RÉF., nos 2, 3 et 4).
Mais, en comparaison avec ce qui se passe en Angleterre et aux États-Unis dans les années 1830, le système électoral et constitutionnel au Canada paraît déphasé (cf. DOC., no 3). Cette situation soulève de l’exaspération quand, en plus, la gouvernance népotique ajoute l’insupportable à l’administration démocratique de la colonie (cf. DOC., no 5).
W. L. Mackenzie désire un Conseil exécutif que le gouverneur choisirait. Par conséquent, c’est le régime du Cabinet qu’il propose : l’exécutif devient responsable devant l’Assemblé (cf. DOC., nos 4 et 5). En revanche, W. W. Baldwin n’accepte pas un gouvernement par la force (cf. DOC., no 6). Il reprend l’idée des Canadiens-Français de 1806 où ces derniers ne réclamaient rien de moins que la responsabilité ministérielle comme en Angleterre (RÉF., no 2). Toutefois, l’opinion de Baldwin demeure ambiguë (RÉF., no 4 et DOC., no 6).
Bruno Deshaies

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 268 182

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé